Partagez | 
 I won't let this plane go down | MATTVoir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
Hope
avatar

Date d'inscription : 11/08/2014

Messages : 462

Voir le profil de l'utilisateur http://minibn.tumblr.com


MessageSujet: I won't let this plane go down | MATT
Lun 26 Juin - 13:14

I'll do what it takes to make this fly
curare feodor ostrov & matt ostrov
Le jour filtrait délicatement entre les persiennes. Curare, déjà réveillé depuis de longues minutes, se délectait en silence de la silhouette de son homme. Allongé, illuminé par les rais de lumière qui parvenaient à percer à travers la fenêtre, le letton très peu impartial le trouvait particulièrement beau. Et l'anneau qui luisait légèrement à l'annuaire de Matt, parfait réplicat de celui qui brillait également sur celui du tatoué, ne pouvait que le rendre plus séduisant.
Ou ne faisait que rendre Curare plus partial, c'était aussi tout à fait possible.

Un bref coup d’œil au réveil indiqua au tatoué qu'il était temps pour lui de se lever. Laissant son homme dormir encore un peu, il se dirigea vers la cuisine pour reprendre ce qui était devenu son rituel des derniers jours. Après avoir patiemment préparé le plateau du petit-déjeuner qu'il apportait à son compagnon tous les matins, il retourna dans la chambre, le déposa sur la table de nuit et s'assit délicatement sur le bord du lit, qui s'affaissa légèrement, faisant bouger Matt qui semblait n'être plus que dans un demi-sommeil.
A l'aide de tendres caresses sur la joue et de petits baisers déposés le plus délicatement possible dans le creux du cou de son homme, le letton finit par lui faire ouvrir les yeux. Ne se départissant pas de son sourire tendre, il lui annonça le plus naturellement du monde.
Allez, debout ma marmotte, sinon on va finir par louper notre avion.
Au moins, il était certain qu'avec cette révélation inattendue, Matt se réveillerait rapidement et efficacement... Même s'il n'était pas certain que lui cacher leur petit voyage avait été une bonne idée. Mais maintenant que c'était fait, il ne pouvait plus y changer grand-chose.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Date d'inscription : 23/02/2017

Messages : 291

Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: Re: I won't let this plane go down | MATT
Lun 26 Juin - 14:04

I won't let this plane go down

CURARE & MATT

Assomé par les médicaments de la veille, il n'avait pas fait long feu avant de sombrer dans les bras de morphée son mari. Il fut réveillé par de tendres baisers au creux de son cou et sur ses joues. Il ouvrit les yeux pour découvrir les premières lumières du jour qui filtraient par les fenêtres. Il reconnut le doux parfum du petit déjeuner que son homme lui offrait chaque matins. Encore dans une semie-léthargie, il fut réveillé par un mot qui piqua sa curiosité. Il se redressa subitement, cherchant le contact visuel avec son homme et arquant un sourcil, lança :
- Avion ?

Il avait bien un avion ? Ou bien les médicaments le faisaient encore délirer ? Il fallait en apprendre plus :
- Ou est ce qu'on va ? Et j'ai pas fait de valise. Et d'ailleurs je sais même plus où est mon passeport.

Bel et bien réveillé, il attendait les réponses de son homme.


(c) Madouce sur Epicode
Revenir en haut Aller en bas
Hope
avatar

Date d'inscription : 11/08/2014

Messages : 462

Voir le profil de l'utilisateur http://minibn.tumblr.com


MessageSujet: Re: I won't let this plane go down | MATT
Lun 26 Juin - 14:20

I'll do what it takes to make this fly
curare feodor ostrov & matt ostrov
Son annonce avait effectivement eu pour effet de réveiller parfaitement son homme. Presque parfaitement, car ses yeux ensommeillés trahissaient le fait qu'il avait été réveillé en fanfare. Un sourire s'afficha sur le visage du letton ; oh, non, il ne lui dirait où ils allaient. S'il était si curieux que ça, il devrait attendre l'aéroport et la porte d'embarquement. Et encore, il n'était pas sûr que l'Australien connaisse la capitale de la Lettonie, donc il aurait certainement du mal à trouver la réponse tout seul.
Poussant le plateau du petit déjeuner vers son compagnon pour l'enjoindre à manger, et attrapant son propre verre de jus d'orange, Curare resta silencieux de longues secondes encore, ravi de faire durer le suspense. Enfin, voyant que Matt était légèrement fébrile, il craqua, et lui révéla une partie des réponses qu'il demandait.
Petit un, tu sauras bien assez vite où on va. Petit deux, tu es un homme, je compte sur toi pour ne pas mettre trois plombes à faire une valise pour trois jours. Et de trois, ton passeport est déjà dans mon sac ; j'en ai eu besoin pour aller faire signer l'acte de mariage il y a quelques jours.
Il réitéra sa proposition en poussant encore un peu plus le plateau chargé vers son compagnon, rajoutant un "Maintenant, mange. En ce moment, tu mets trois heures à prendre ta douche, comme une nana, va falloir que tu accélères sur le petit dej'" avec un petit clin d’œil. Cela l'amusait beaucoup de voir son compagnon galérer pour les tâches quotidiennes. Et il avait davantage l'occasion de l'aider, ce qui lui donnait une place de protecteur qu'il appréciait plus que tout.
Terminant son propre repas, le letton se leva pour aller réquisitionner la douche avant son homme. Pas trois heures pour lui, et il en ressortit rapidement, revigoré par l'eau fraîche dont il s'était aspergé. Il tenta - en vain - de discipliner ses cheveux qui, trempés, lui tombaient devant les yeux. Puis, taquin, il retourna s'habiller dans la chambre, ayant abandonné boxer sale et serviette dans la salle de bain. Son air devint hilare devant la tête de son compagnon, clairement étonné devant tant d'impudeur de bon matin, et il lui lança le premier Tee-Shirt qui lui tomba sous la main à la tête, toujours en riant davantage.
Allez hop. Arrête d'en profiter et fonce dans ta douche chéri.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Date d'inscription : 23/02/2017

Messages : 291

Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: Re: I won't let this plane go down | MATT
Lun 26 Juin - 16:22

I won't let this plane go down

CURARE & MATT

Pour seule réponse, son homme poussa le plateau de petite déjeuner entre eux, mais l'australien ne se résolut à manger que lorsqu'il lui en apprit un peu plus sur le fameux voyage.Il sourit en entendant l'évocation du mariage. Il croqua dans une biscotte, il n'avait pas réellement faim mais décida de manger un bout, ne sachant pas vraiment quand ils arriveraient. Il constata que sauf le bras qui avait réceptionné la chute, tout le reste de son corps s'était remis plutôt rapidement. Il n'avait qu'une hâte et c'était celle de pouvoir reprendre le sport. Pouvoir retourner sur le dos de son étalon gris, et la moto même si celle ci serait surement à mettre entre parenthèses pendant un certain temps. Il avait été à fumer quelques fois par son homme pour éviter de perdre le contrôle quand le besoin de nicotine était beaucoup trop fort. Il avait aussi décidé d'offrir en remerciement, la chose peu légale qui restait dans ses tiroirs, au plus grand plaisir de son homme, à celui qui l'avait trouvé étalé sur la route. Mais il ne pouvait nier que la cigarette lui manquait et que si pour l'instant les médicaments qu'il était bien forcé de prendre pour éviter les infections susceptibles de la renvoyer à l’hôpital, permettait à son cerveau embrumé de ne pas ressentir les effets du manque de façon trop forte, il savait que dès le traitement terminé, ce qui ne tarderait plus à arriver, il peinerait à ralentir. Il était déjà passé de douze cigarettes par jour à une voir zéro. Trop perdu dans ses pensées, il n'avait pas répondu à son homme qui s'absentait pour prendre une douche.

Il finit de manger, se relevant pour aller ranger le plateau tant bien que mal avant de se rasseoir dans le lit. Se balader toute la journée dans une tenue si simple n'était pas véritablement à son gout, et de la sorte il passait plus de temps sous les draps regardant l'extérieur avec envie. Il vit son homme sortir dans le plus simple appareil avec une aisance déconcertante, qu'il n'arborerait surement jamais.
Un t-shirt lui arriva dessus sans qu'il n'ai le temps de comprendre. Il l'enfila et se leva pour se diriger vers la douche sous les rires de son compagnon. D'un air faussement indigné il lança :
- Hé, on ne se moque pas des handicapés !
Il entra dans la salle d'eau, prenant soin de fermer la porte derrière lui sans verrouiller la porte. Il défit soigneusement le bandage qui entourait son bras de l'épaule au poignet. Observant l'évolution des brûlures et des griffures provoqués par le macadam. Certaines encore à vif, d'autres déjà recouverte d'une fine pellicule brune qui indiquait une cicatrisation partielle. Il risquait de les garder longtemps les traces de celles ci. Il se déshabilla, tentant de se dépêcher pour balayer les insinuations de son homme. Gardant son bras hors de portée du flot d'eau qui lui avait déjà arraché de belles grimaces tant la peau semblait brûler à nouveau au contact de celle ci.

Il se hâta peinant tout de peine avec son dos. Mais avant que son homme ne rentre dans la salle de bain et que la tentation ne les mette en retard, il sortit de celle ci, son regard tomba sur un t-shirt gris. Un t-shirt gris tout particulier. Celui que son homme lui avait prêté lors de l'épisode du soda de leur première rencontre. D'ailleurs maintenant qu'il y repensait, il n'avait jamais revu le t-shirt noir couvert de liquide sucré oublié las bas. Il passa celui ci avec grand mal, troqua son boxer et enfila un pantalon d'une main. Mais il devait se l'avouer, pour la ceinture et le bandage il allait avoir besoin d'aide.

Il s'échappa de la salle de bain, un rouleau de bandage et la lanière de cuir à la main pour retrouver son homme et dire d'un ton ironique en tirant la langue:
- J'espère que n'ai pas été trop longue.

Il appuya sur la fin de la phrase pour souligner la blague de son homme sur le fait qu'il mettait autant de temps qu'une fille à se préparer. Il repris en désignant sa main :
- Tu peux m'aider avec ça ?


(c) Madouce sur Epicode
Revenir en haut Aller en bas
Hope
avatar

Date d'inscription : 11/08/2014

Messages : 462

Voir le profil de l'utilisateur http://minibn.tumblr.com


MessageSujet: Re: I won't let this plane go down | MATT
Lun 26 Juin - 17:09

I'll do what it takes to make this fly
curare feodor ostrov & matt ostrov
Au grand dam de Curare qui vit s'éloigner son amant, Matt décida d'aller prendre une douche. Avec un soupir, le letton posa quelques instants son front sur la porte du placard, les yeux fermés. Cet homme le rendait fou, à occuper la moindre de ses pensées à toute heure du jour et de la nuit. Et pas de la plus catholique des manières, malheureusement...
Reprenant lentement ses esprits, il piocha au hasard dans son placard de quoi s'habiller. Il était certain que cela ne dérangeait pas vraiment son homme de le voir se balader nu, mais ça allait s'avérer plus compliqué de prendre l'avion dans cette tenue d'Adam. Ayant mis la main sur un jean et un Tee-Shirt rouge, il commença rapidement à enfourner des piles de vêtements dans sa valise. Lui, il n'avait pas besoin de grand-chose, il avait laissé de quoi s'habiller chez lui. Mais il s'occupa rapidement des valises de son compagnon, sachant très bien que ce dernier n'était pas non plus très regardant sur ce qu'il mettait le matin.

Il boucla la valise avec un petit soupir. Ils n'en prenaient qu'une ; outre le fait qu'ils ne partaient pas en expédition, Matt ne pourrait pas porter sa propre valise. Ou en tout cas, Curare ne l'aurait pas laissé en porter une. Tentant encore une fois de discipliner ses cheveux, il continua à ranger la pièce plutôt efficacement, faisant le lit et jetant les vêtements éparpillés un peu au petit bonheur la chance dans la panière à linge sale. Sur une pensée qui l'étonna lui-même, il récupéra un des paquets de cigarettes de son homme dans un tiroir, et le rajouta dans une poche extérieure de son sac de voyage.
Il savait bien que Matt avait du mal à se sevrer, et avec les doses de médicaments qui diminuaient de jour en jour il allait avoir du mal à ne pas re-sombrer. Autant prévoir, même si le letton ne plussoyait pas le moins du monde cette attitude.

Le visage de Curare s'éclaira lorsqu'il entendit la porte de la salle de bain jouer. Son homme fit bientôt irruption dans la pièce, tout en ayant une requête qui fit frissonner le letton. Pourtant, il ne faisait vraiment pas froid. Il ne comprenait vraiment pas ce qui lui avait pris. Peut-être était-ce la faute de ce Tee-Shirt, qu'il ne reconnaissait que trop bien, et qui lui rappelait des souvenirs dont il se serait bien passé, vu son semi-état d'excitation déjà.
En essayant de forcer ses doigts à mettre la ceinture et pas à déboutonner le pantalon, le patient tatoué aida son amant à finir de s'habiller, avant de récupérer le rouleau de bandage et de protéger tout le bras. Au fil des jours, il avait fini par prendre le coup de main, et ce fut bientôt terminé sur un morceau de sparadrap pour faire tenir le tout et un baiser chaste sur le poignet, où se terminait l'impressionnant pansement.
Avec un petit sourire, ses lèvres vinrent effleurer celles de Matt - après tout, ils ne s'étaient toujours pas embrassés ce matin - mais le letton changea d'avis en annonçant, pour se donner bonne contenance "On part dans deux minutes,
le taxi est déjà là
".

Lui-même profita de ces deux minutes pour récupérer un sac à dos où il rangea leurs papiers d'identité, les billets, et tout ce qui aurait normalement dû se retrouver dans le sac à main d'une femme aux petits soins pour son mari. Là, on ne savait plus vraiment qui était la femme, mais le fait que ce soit Curare qui porte la valise et pense aux papiers d'identité en disait certainement déjà long... (:trigg:)
Le taxi les conduisit en silence jusqu'à l'aéroport. Durant tout le voyage, le letton laissa sa tête posée sur l'épaule de son compagnon - celle qui n'était pas brûlée - et ne lâcha pas sa main, sur laquelle il dessinait de petits cercles concentriques en un mouvement régulier qui l'apaisait.

Arrivés à l'aéroport, le letton se dirigea d'un pas faussement habitué vers le Hall destiné aux départs pour l'Europe. Avisant un guichet où il pouvait laisser son bagage en soute, il fut obligé de répondre à haute voix "Riga" quand l'hôtesse lui demanda la destination de son vol.
En se mordant la langue, un peu vexé que son effet de surprise soit si rapidement gâché, le letton observa son homme à ses côtés. Avait-il suffisamment révisé sa géographie pour connaître la capitale de son petit pays ? Le doute était encore permis pour le letton.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Date d'inscription : 23/02/2017

Messages : 291

Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: Re: I won't let this plane go down | MATT
Lun 26 Juin - 20:28

I won't let this plane go down

CURARE & MATT

Il prit soudain conscience de l'effort qu'il venait de demander au letton mais puisqu'il avait toujours son pantalon sur les jambes, il en conclut qu'il avait pu résister. Le bandage, les valises, il passa une veste très ample, fourrant un briquet dans sa veste et suivi le tatoué jusqu'au taxi. Il avait décidément tout prévu sans jamais lui en parlé. Tout comme pour 'officialisation du mariage. Il se demandait même si il lui en avait parlé pendant la journée qui n'était à présent plus qu'un trou noir. Il le sentit se blottir contre lui, et Matt entoura son bras droit autour de ses épaules pour l'attirer contre lui. Retrouvant l'aéroport qui ne lui avait servi qu'à retourner en visite en Australie.

Suivant son homme au milieu des flopées de personnes qui n'affichaient souvent que des mines tristes. Il aurait voulu leur rendre à tous le sourire en leur parlant comme il aurait voulu le faire avec le reste du monde. Mais il savait très bien que la plupart ne lui aurait même rendu un sourire et que son homme n'aurait pas forcément été d'accord. Il regardait le monde vivre autour de lui, et d'une oreille distraite entendit leur destination. Il murmura avec humour :
- C'est là que je regrette d'avoir sécher les cours de géographie, j'aurais peut être enfin pu savoir où tu n’emmènes.

Ils passèrent quelques portes et autres contrôle de sécurité. Il devint hilare lorsque son homme du retirer tous ses piercings qui faisaient sonner la sécurité et encore plus lorsque son homme se retrouva torse nu, obligé d'enlever tous les petits bouts de métal puis de les remettre. Mais il s'amusa surtout des drôles de tête qu'affichaient les passagers derrière lui.

Ils arrivèrent enfin dans la salle d'embarquement, il restait une bonne quinzaine de minutes avant que l'avion qui les emmèneraient à .. Riga ? n’atterrisse. Matt s'amusa à balayer la salle bondée du regard.. Soudain une lueur enfantine émergea dans son cerveau. Depuis quelques temps, il voyait les regards interrogateurs ou discrètement jeté. Alors que son homme cherchait quelques chose dans son sac et lisait une inscription sur une sorte de papier, il posa sa main sur sa cuisse, détaillant les regards alentours. L'air étonné de son homme, le fit doucement rire. Conscient que ce n'était pas très sympathique de chercher un tel contact sans lui indiquer qu'il essayait juste de regarder les réactions des gens alentours, il retira sa main.

Il poussa plus loin son petit délire solitaire et quémanda discrètement un baiser à son homme qui lui rendit bien évidement toujours aussi intrigué. Les visages étonnés autour de lui achevèrent de le faire rire. Il plongea sa tête dans le creux de l'épaule de son homme pour étouffer le fou rire qui le prenait soudain. Quand il se redressa la salle était presque vide puisqu'un embarquement avait été annoncé et Matt en profita pour expliquer ce qu'il essayait de faire devant la mine interrogatrice de ce dernier. Il s'amusait vraiment d'un rien. Continuant sur le chemin enfantin, il tira un billet de sa poche et sourit doucement à son homme :
- Dis, tu ne voudrais pas aller acheter des bonbons à un estropié ?

Il savait que son homme ne lui dirait jamais non. Il le remercia gentiment. De nouveaux arrivants, ou plutôt de nouvelles arrivantes, s'installèrent en face de lui. Comme il le faisait avec tout le monde qu'il croisait, il sourit gentiment. La conversation s'engagea tranquillement entre eux réveillant le côté hypersociable de Matt.


(c) Madouce sur Epicode
Revenir en haut Aller en bas
Hope
avatar

Date d'inscription : 11/08/2014

Messages : 462

Voir le profil de l'utilisateur http://minibn.tumblr.com


MessageSujet: Re: I won't let this plane go down | MATT
Lun 26 Juin - 20:57

I'll do what it takes to make this fly
curare feodor ostrov & matt ostrov
Sans grande surprise, Matt ne savait pas du tout ou pouvait se trouver Riga. Déjà que la moitié des gens n'aurait pas su placer la Lettonie sur une carte - et l'autre moitié n'aurait même jamais entendu parler de ce pays - ç'aurait été étonnant de trouver quelqu'un qui en connaissant la capitale. Quelqu'un qui n'était pas Russe, ou même carrément Letton.
Mais, à la décharge de l'Australien, le tatoué serait bien incapable de reconnaître une seule capitale de pays pourtant connus, comme ceux de l'Amérique Latine. Lui n'avait pas vraiment séché les cours de géographie, il ne les avait même jamais suivis. Et autant il avait continué à s'instruire en apprenant de nouvelles langues et en perfectionnant - un peu - ses mathématiques, autant la géographie mondiale lui était passée clairement au-dessus de la tête.

Il resta donc mystérieux, et l'hôtesse qui récupéra leur valise eu le bon sens de ne pas mentionner le nom du pays directement dans sa maigre conversation. Elle leur indiqua le passage vers la salle d'embarquement et les deux hommes n'ayant plus rien à faire dans le hall d'accueil s'y dirigèrent rapidement.
Vint l'épreuve des portiques. Comme à chaque fois qu'il prenait l'avion, Curare eu le privilège de faire sonner tous les radars. Avec un soupir, il commença patiemment à enlever les différents piercings qui ornaient son corps, créant une queue monstre derrière lui. Il remarqua bien l'air hilare de Matt qui l'observait - certainement sans en perdre une miette - se déshabiller en plein milieu de toute cette foule. Au moins le tatoué n'en avait-il pas honte ; la partie aurait été toute autre si ç'avait été Matt le bipeur de portiques de sécurité.

Enfin la salle d'embarquement. S'asseyant avec plaisir aux côtés de son compagnon, le letton se pencha pour ranger leurs billets et leurs visas. Un sursaut le gagna lorsque, assez mystérieusement, Matt posa sa main sur sa cuisse. Jamais il n'avait eu particulièrement honte de leur relation, mais au vu des regards des gens autour, ça avait l'air d'en troubler plus d'un. Et ce fut carrément pire lorsque le tatoué, incapable de résister, offrit à son homme le baiser qu'il lui quémandait.
En même temps, ils devaient attirer l'attention. Deux hommes, dont les regards les plus observateurs pouvaient aisément remarquer leurs alliances. L'un d'eux tatoué des pieds à la tête et qui avait offert un strip-tease public quelques minutes plus tôt ; l'autre avec un pansement qui lui couvrait tout un bras et des égratignures facilement visibles sur le reste de sa peau.

Une demande qu'il ne pouvait pas refuser plus tard, et il se retrouvait en train d'acheter un paquet de bonbons pour le grand enfant qu'il trimbalait avec lui. Il ne put cependant pas résister à son tour et compléta avec un paquet de Tic-Tac qu'il fourra négligemment dans sa poche avec la monnaie et le juste dû de sucreries pour son homme.
Retrouvant le chemin inverse dans la salle d'embarquement - bien trop grande pour l'homme avec un manque total de sens de l'orientation qu'il était - il aperçut au loin la silhouette de Matt, qu'il put suivre avec un grand sourire. Néanmoins, arrivé à proximité, il surprit son compagnon en pleine conversation, riant et souriant, avec un petit groupe de jeunes femmes comme par hasard assises en face de lui. Le tatoué en perdit son sourire et accéléra le pas, s'imaginant toutes sortes de minauderies dans le moindre gestes des américaines qui étaient visiblement tombées sous le charme de son mari.

Il retrouva un faux sourire avenant en approchant et coupa net la conversation avec un air qui se voulait poli "Mesdemoiselles, je peux vous l'emprunter quelques instants ?". Sans crier gare, il s'installa confortablement sur les genoux de son homme, posa ses mains délicatement sur les hanches de celui-ci et l'embrassa langoureusement. Il se moqua bien du hoquet de surprise qu'il lui sembla entendre derrière lui et il coupa son baiser pour venir murmurer à l'oreille de son compagnon.
Si je ne te connaissais pas mieux, je dirais que tu essaie de me rendre... jaloux ?
Heureusement pour Curare et sa jalousie maladive, les hauts-parleurs de la salle d'embarquement se mirent à crachoter, annonçant le vol pour Riga. Poussant un soupir, le tatoué se releva, récupéra son sac puis attrapa compulsivement la main de son homme. Si c'était comme ça, il ne le lâcherait plus d'une semelle. Avant de s'enfuir comme un voleur, le letton amoureux trouva tout de même l'humour nécessaire pour conclure, au nez et à la barbe des jeunes femmes.
Ce fut un plaisir.
Jetant un regard faussement énervé à Matt qui retenait à grand-peine son hilarité, il le tira sans ménagement jusqu'à leur porte d'embarquement, maugréant presque pour lui-même "Manquerait plus qu'elles prennent le même avion que nous...".
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Date d'inscription : 23/02/2017

Messages : 291

Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: Re: I won't let this plane go down | MATT
Lun 26 Juin - 21:41

I won't let this plane go down

CURARE & MATT

Lorsqu'il vit le regard des jeunes femmes déviés légèrement derrière lui et les bruits de pas, il sut que c'était son homme qui arrivait. Un léger sourire au coin des lèvres. Il était désolé pour les demoiselles en face de lui qui semblait toute heureuse d'avoir découvert quelqu'un de sympathique dans un aéroport. Entendant la voix de son homme, il s'apprêta à se lever pour le suivre mais il se retrouva avec ce dernier sur les genoux, lui offrant un baiser plein de passion qu'il lui rendit alors que l'aéroport semblait s'être retourné sur eux. Le murmure de son homme à son oreille le fit sourire, il l'avait pris en flagrant délit. Ce n'était pas le but recherché à la base mais pour recevoir un baiser de cette catégorie, il ne disait jamais non, il répondit très innocemment :
- Je m'amuses simplement avec l'état cardiaque des gens.

Bien vite l'avion fut annoncé, et Matt n'eut que le temps d'adresser un grand sourire aux demoiselles à la mine déconfite. Elles auraient au moins quelque chose à raconter lors de leur longs voyages. Alors que son compagnon leur répondait d'un tout autre ton. Voyant le letton qui affichait un drôle d'air énervé sur la visage, il retint son fou-rire encore un moment. Ils grimpèrent dans l'avion et s'assirent côte à côte. Prenant place près du hublot de sorte à ce que son bras droit valide soit du côté de Curare. D'un air de chien battu il se rapprocha comme il le pouvait de lui, en parlant d'une voix douce, juste pour être sur :
- Tu es fâché namour ?

Il était ridicule mais en ce moment, il redevenait un véritable gamin.




(c) Madouce sur Epicode
Revenir en haut Aller en bas
Hope
avatar

Date d'inscription : 11/08/2014

Messages : 462

Voir le profil de l'utilisateur http://minibn.tumblr.com


MessageSujet: Re: I won't let this plane go down | MATT
Lun 26 Juin - 23:12

I'll do what it takes to make this fly
curare feodor ostrov & matt ostrov
Le jeune mari qu'il était ne parvint même à trouver ridicule le passe-temps de Matt. Mais le letton ne se gêna cependant pas pour lever les yeux au ciel, faussement exaspéré. Il avait décidément épousé un vrai enfant. Et, bien qu'il ne se serait jamais considéré comme tel, il avait peur de devoir jouer l'adulte, même quand ils auraient adopté leur premier enfant... Tout juste s'il n'en avait pas déjà adopté un, finalement.
Ils montèrent aisément dans l'avion, fort heureusement toujours aucun indice sur la destination ne fut livré en pâture à Matt à l'embarquement. L'Australien opta pour la fenêtre, et le tatoué se blottit avec grand plaisir contre son homme. Ils étaient sur une rangée à deux, ils pourraient donc se peloter en toute tranquillité. Autant s'installer confortablement, ils en avaient pour plus d'une dizaine d'heures de vol.

Heureusement, la compagnie aérienne était américaine et ne prit pas la peine de retranscrire en letton les consignes de sécurité. Pendant qu'il attachait sa ceinture, le letton se concentra quelques instants sur leurs plus proches voisins ; que de bons étasuniens, qui ne risqueraient pas de gâcher sa surprise en parlant un dialecte que, même s'il ne comprenait pas, Matt était certainement capable de reconnaître. Au moins pour la consonance ; Curare marmonnait souvent dans sa langue maternelle, ce qui avait le don d'amuser son compagnon.
Son sourcil se leva à la question de son mari. Fâché ? Et pourquoi pourrait-il l'être ?
Et puis quoi encore ? Je t'aime, trésor. Et j'aime même tes bêtises, c'est te dire...
L'avion se détacha progressivement de la piste, et bientôt ils n'eurent plus aucun contact avec le sol. Toujours pas particulièrement rassuré par ces gros engins qui survolaient quand même des mers entières à plusieurs kilomètres, le letton ferma les yeux quelques instants. Le calme revint rapidement lorsqu'il posa sa tête sur l'épaule de son compagnon. Calme à un point tel qu'il se sentit progressivement sombrer dans un demi-sommeil, causé à la fois par la sensation de plénitude qui l'habitait et sa nuit un peu courte...

Il ne fut à nouveau opérationnel que quelques heures plus tard. Sans même rouvrir les yeux, il tourna la tête pour venir embrasser tendrement son homme dans le cou, prenant un matin plaisir à le chatouiller en lui soufflant un peu d'air chaud dessus. Puis, entendant le bruit caractéristique des chariots-repas, il se décida, bien qu'à contre-cœur, à se redresser pour reprendre une place plus pratique pour manger.
Un plateau rempli de nourriture plus ou moins lyophilisée fut posé devant chacun d'entre eux par une hôtesse qui les ignora superbement. Soit elle préférait les femmes, soit le regard brûlant que posait Curare sur son homme était suffisamment parlant pour qu'elle ne tente rien. Attrapant les couverts sur le plateau de son compagnon, Curare se mit patiemment à découper les bouts de viande pour que ce dernier n'ait plus qu'à les piquer avec sa fourchette.
Avoue, tu as fait ça uniquement pour me tester et voir si je serai un bon père...
L'hypothèse était bien évidemment ridicule ; Matt ne s'était certainement pas laissé tomber si violemment juste pour ça... Du moins il valait mieux pour lui. :trigg:
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Date d'inscription : 23/02/2017

Messages : 291

Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: Re: I won't let this plane go down | MATT
Lun 26 Juin - 23:43

I won't let this plane go down

CURARE & MATT

Bien installé dans l'avion, il eut une point d'appréhension lorsque l'avion se détacha de la piste. IL n'avait jamais vraiment compris comment un véhicule aussi lourd puisse planer comme un oiseau jusqu'au dessus des nuages. Tandis qu'il se posait la question, il sentit son homme s'endormir doucement sur lui jusqu'à sombrer véritablement.
L'australien trouva des moyens de tuer le temps, d'abord, il s'amusa à regarder son homme dormir, passant doucement ses doigts contre sa peau. Puis il regarda le paysage, cherchant les pics de montagnes sous l'épaisse masse de nuages au dessus de laquelle l'avion s'élevait. Ils était bien trop loin du sol à tel point qu'il en avait presque le vertige. Il regarda autour de lui, analysant les passagers mais ne chercha pas le contact. Se contentant de tuer le temps comme il le voulait. Il attrapa le sachet de bonbons acheté par son homme, mangeant quelques petits morceaux de gélatines avant de le reposer là ou il les avait trouvé. Le logo interdisant de fumer, lui rappela soudain son envie de cigarette. Il tenta de chasser tout cela de son esprit.

Le letton se redressa doucement, et lui signifia qu'il était réveillé en l'embrassant doucement tout en lui soufflant dans le cou, laissant sourire son compagnon. Ils reçurent rapidement leur repas. Avant qu'il n'ai eu le temps de réagir, il se retrouva à se faire découper sa viande par son homme. Mais plus que le fait d'être traité comme un bébé, une chose attira son attention. Le poignet de son homme. Il aurait voulu répondre à l'indication de son homme mais il préféra attraper la main de ce dernier pour pouvoir regarder tout cela de plus près, les yeux brillants, il découvrit une petite boussole dont l'aiguille pointait son nom. Il releva la tête vers son homme et un grand sourire aux lèvres reprit la voix teinté d'émotions:
- Petit cachotier, quand est ce que tu as trouvé le temps de te faire tatouer ça. Quel mari indigne je fais de ne pas l'avoir vu plutôt. C'est tout simplement magnifique.

Il ne se souvenait pas d'avoir vu le pansement aidant à la cicatrisation alors qu'il n’était parti que deux jours. Il l'embrassa doucement, ravi de voir que son homme l'avait gravé à tout jamais dans sa peau.



(c) Madouce sur Epicode
Revenir en haut Aller en bas
Hope
avatar

Date d'inscription : 11/08/2014

Messages : 462

Voir le profil de l'utilisateur http://minibn.tumblr.com


MessageSujet: Re: I won't let this plane go down | MATT
Mar 27 Juin - 0:15

I'll do what it takes to make this fly
curare feodor ostrov & matt ostrov
Lorsque Matt lui attrapa le poignet pour détailler la boussole qui était désormais parfaitement intégrée dans sa peau, le letton comprit vite qu'il n'avait pas retrouvé tous les éléments datant d'avant son accident. En même temps, il avait accepté ce mariage bien vite, pour un homme dont le futur mari venait de gémir le nom de son ex... Alors le tatoué frissonna, mais pas forcément parce que Matt le touchait. Parce qu'il n'avait pas envie que son compagnon se rappelle de cette journée. Pas de toute cette journée. Seulement de certains éléments, qu'il allait choisir avec soin et précaution.
Avec un tendre sourire amoureux, Curare observa son mari s'émerveiller devant son poignet en restant silencieux. Il le gratifia ensuite d'un baiser brûlant, tentant de le rassurer.
Tu es un mari parfait. Il semblerait qu'avec ta chute, tu ai oublié un bout de ta journée avant... Je me suis fait ça le week-end dernier. En t'attendant.
Il n'en était pas forcément fier ; il était couvert de tatouages pour plus ou moins des bonnes raisons. Mais il était heureux que son choix plaise à Matt. Il avait un temps hésité à le choisir avec lui, mais il s'était vite rétracté en se disant que l'Australien n'aurait certainement pas accepté de prendre une telle décision alors que ce n'était pas son poignet à lui. Et aujourd'hui, il était ravi de voir qu'il avait le bon choix, même sans l'homme de sa vie à ses côtés. A croire que quand c'était Matt qui l'inspirait, le letton faisait toujours bien.
En recommençant à grignoter ce qui se trouvait sur son propre plateau-repas, Curare se demanda ce qu'il devait encore avouer à son homme à propos de cette fameuse journée. Tout en triant ses légumes - les petits pois d'un côté et les carottes de l'autre - il tenta de se mettre d'accord avec lui-même, avant de décider d'en dire le moins possible, à moins que son compagnon ne lui demande expressément.

Mais tout de même, il tenta un coup. Après avoir fini de faire mumuse avec sa nourriture et avoir bien entamé le dessert - il préférait le sucré au salé - il lança, d'un air plein de mystère.
Mais alors, tu ne te souviens pas du prénom que je t'avais proposé pour notre fils ? Quel dommage...
Son sourire trahissait aisément à quel point il s'amusait, mais il resta faussement concentré sur son repas, désireux de voir Matt le supplier pour avoir un indice...
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Date d'inscription : 23/02/2017

Messages : 291

Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: Re: I won't let this plane go down | MATT
Mar 27 Juin - 9:04

I won't let this plane go down

CURARE & MATT

Le letton ne fit que confirmer les doutes qu'il avait depuis quelques temps. La journée du dimanche était bien un énorme trou noir, il avait raté la validation des papiers de mariage, ainsi que le fait que son homme possède un tatouage au poignet. Les aiguilles de boussoles sur son bras s'assortaient désormais avec l'encre près de la main du tatoué. Il sourit doucement :
- Je me disais aussi qu'il me manquait un petit bout de mon week end. Parce que je me souviens très bien de la carrière transformé en piste de bowling par Phoenix mais pour le reste c'est très flou.

Ils attaquèrent le plateau repas et Matt grimaça légèrement, la nourriture des avions ne lui avait jamais vraiment réussi mais il avala pourtant tous les petits morceaux de viandes coupés par le brun, Jetant un coup d’œil à son autre bras momentanément invalide, il releva la tête en la penchant vers l'arrière. Il tendit le bras vers le petit logo au dessus de lui et tapota le plastique comme si il cherchait à faire changer le logo avant de se pencher au hublot puis de se replacer sur son siège en attrapant son paquet de bonbons, et de dire comme pour lui même :
- Je n'ai jamais compris le fonctionnement des avions. Personne n'a jamais fumé dans un avion, et puis comment un truc aussi lourd peut voler ?

Soudain, une phrase de son homme l'intrigua, un prénom ? Piqué au vif, il se pencha vers lui en souriant, son paquet de bonbons à la main :
- Non, mais tu vas te faire un plaisir de me le rappeler.


(c) Madouce sur Epicode
Revenir en haut Aller en bas
Hope
avatar

Date d'inscription : 11/08/2014

Messages : 462

Voir le profil de l'utilisateur http://minibn.tumblr.com


MessageSujet: Re: I won't let this plane go down | MATT
Ven 30 Juin - 18:57

I'll do what it takes to make this fly
curare feodor ostrov & matt ostrov
Il avait oublié encore plus que ce que Curare pouvait penser. Et le letton n'allait pas se gêner pour lui cacher le plus honteux. Au moins pendant encore quelques jours ; il allait avoir suffisamment d'émotions comme ça à l'idée de se retrouver en Lettonie, confronté à sa mère, pour qu'il ne vienne pas en rajouter avec son frère. Son ex. L'homme dont il avait malencontreusement murmuré le nom, au plus mauvais moment possible.
Il ne répondit pas à la demi-remarque de Matt ; il n'avait pas fini l'école, ce n'était certainement pas à lui qu'il fallait demander les principes de l'aérodynamique. Tant que l'appareil volait et l'amenait d'un point A à un point B en toute sécurité, c'était tout ce qu'il demandait. Et c'était bien plus rapide, confortable et nettement moins effrayant que la moto de son homme, n'en déplaise à ce dernier.

Terminant tranquillement son dessert, le letton se fit désirer. Il prit un malin plaisir à faire durer cette fin de repas, s'en servant comme d'un prétexte pour ne pas répondre. Mais il finit lui-même par craquer, n'attendant même pas que son compagnon le lui redemande pour lâcher un bref "Milo. Je voudrais appeler notre fils Milo.". Ce n'était pas vraiment un vœu. Plutôt une exigence. Mais il ne valait mieux pas le présenter comme ça, au risque de se prendre un refus net et sans appel de la part de son homme.
Mais Curare était prêt à négocier. Ils avaient encore plusieurs heures de vol devant eux, si nécessaire. Il ne comptait pas lâcher l'affaire en si bon chemin.

L'une des hôtesse passa débarrasser leurs plateaux, et cette fois-ci elle leur adressa un franc sourire, que le letton s'empressa de lui retourner, non sans placer négligemment sa main sur la cuisse de son compagnon. Des fois que Matt ait une pancarte "J'aime les filles aussi" accrochée autour du cou. Pancarte qu'il ne devait pas voir mais que la gente féminine devait bien distinguer, vu les demoiselles qui s'étaient approchées de lui à l'aéroport...
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Date d'inscription : 23/02/2017

Messages : 291

Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: Re: I won't let this plane go down | MATT
Ven 30 Juin - 20:12

I won't let this plane go down

CURARE & MATT

Son homme prenait tout son temps pour manger, le faisant attendre encore un peu sachant pertinemment que dans cet avion, il ne pouvait pas faire grand chose d'autre que d'attendre. Enfin son homme lui dévoila le nom qu'il avait choisi. Milo. Milo. Il le fit sonner dans sa tête avant de le répéter à haute voix en prenant plusieurs intonations différentes. Jouant la colère et la joie. Il se fit rire lui même en s’imaginent essayer de discipliner un petit garçon qui courait partout. Ce prénom lui disait vaguement quelque chose, comme si il l'avait déjà entendu quelque part mais il ne parvenait pas à se souvenir quand.

Alors qu'il allait répliquer pour s'amuser un peu, l’hôtesse vint reprendre les plateaux repas un grand sourire aux lèvres que Matt lui rendit agréablement content de voir un peu de joie dans le monde. Il sentit la main de son homme glisser sur sa cuisse. Il ne pouvait pas le nier, il adorait le voir être si mignonnement jaloux. Il sourit doucement à ce dernier et reprit en essayant de garder un air sérieux :
- Mouais c'est pas mal..

Il jeta un coup d'oeil en coin pour voir son homme qui attendait surement qu'il se mette à rire. Il poussa la chose un peu plus loin :
- Mais tu peux surement trouver mieux.


Alors que son homme s'apprêtait à répliquer, un grand sourire s'étira sur ses lèvres et il craqua presque instantanément :
- Mais non, bien sur que non. C'est parfait. J'aime beaucoup. Vraiment. J'ai l'impression de l'avoir déjà entendu quelque part mais j'arrive pas à m'en souvenir. Mais je trouve ça très joli.

Un bisous sur la joue puis il posa sa tête sur l'épaule de ce dernier, trouvant refuge contre ce dernier :
- A ton avis, il reste combien d'heure de vol ? Non pas que je n'apprécie pas ce moment en ta compagnie, mais je préférerai nettement pouvoir marcher un peu et que ce logo au dessus de ma tête arrête de me narguer.

Un véritable enfant, sa voix était restée douce. Il était très bien au côté de son homme et hâtif de découvrir où ils allaient, mais il voulait aussi descendre et enfin pouvoir bouger un peu.


(c) Madouce sur Epicode
Revenir en haut Aller en bas
Hope
avatar

Date d'inscription : 11/08/2014

Messages : 462

Voir le profil de l'utilisateur http://minibn.tumblr.com


MessageSujet: Re: I won't let this plane go down | MATT
Sam 1 Juil - 0:19

I'll do what it takes to make this fly
curare feodor ostrov & matt ostrov
Les yeux de Curare s'écarquillèrent devant les premières paroles de Matt. Incapable de cacher sa surprise face à cette réaction, il ne trouva même pas quoi répondre. Lors de cette fameuse après-midi oubliée, son homme n'avait pas paru aussi réticent à l'idée de ce futur prénom. Peut-être cette information s'était-elle perdue dans le flot des excuses que le letton s'était appliqué à libérer, finalement... Mais il ne put s'empêcher de montrer un air de déception accrue, sa bouche se pliant en une moue clairement parlante.
Néanmoins, le malaise fut rapidement dissipé, alors que Matt le rassurait avec un sourire ravageur et une ou deux phrases qui eurent le mérite de faire fondre le letton. Presque littéralement. Il embrassa délicatement son compagnon juste après que l'hôtesse ait débarrassé leurs plateaux, évitant ainsi de tout renverser en voulant prouver son amour à son homme. Les yeux pétillants d'un doucereux mélange de bonheur et d'amour, il accepta ensuite avec grand plaisir le baiser davantage enfantin, mais non moins agréable, que lui livra son mari.

Il souffla de dépit devant l'attitude de son homme. Lui lançant un regard qui se voulait noir, mais qui était certainement bien piètre, le letton lui cloua le bec d'un baiser, encore une fois. Avant de regarder l'heure, de procéder à un rapide calcul et de lui répondre.
Encore 6 heures, je dirais. De toutes façons, tu sais bien qu'ici ou ailleurs, je ne t'aurais pas laissé faire,
chéri.
Il n'y avait certainement nul besoin de lui spécifier, en ce moment Matt se plaignait suffisamment de ce sevrage imposé auquel le letton veillait tout particulièrement. Relevant l'accoudoir entre eux deux, le tatoué détacha la ceinture de son compagnon - aucune perturbation à l'horizon, ils pouvaient donc se détacher - et le fit asseoir sur ses genoux en le soulevant délicatement par les hanches. Il entoura ensuite le torse de son compagnon de ses deux bras et laissa divaguer ses lèvres sur le dos, à travers le Tee-Shirt, profitant cependant de la chaleur qui émanait du corps de son homme.
Maaaaaaais. Ce sont six longues heures où je ne vais pas pouvoir m'enfuir pour X ou Y raison histoire d'échapper à ton impatience légendaire. Estime-toi heureux, tu vas pouvoir me torturer tout ce que tu veux.
Et il le pensait. Plus ou moins sérieusement.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Date d'inscription : 23/02/2017

Messages : 291

Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: Re: I won't let this plane go down | MATT
Sam 1 Juil - 16:34

I won't let this plane go down

CURARE & MATT

Matt sourit à cause des yeux pétillants de Curare avant de profiter de ce nouveau baiser. Il grimaça à l'évocation du sevrage à venir. Il essayait tant bien que mal de se réfugier dans l'amour et les principes charnels pour échapper au manque de nicotine. En quelques secondes, il se retrouva détacher de son siège et assis sur les genoux de Curare. Bien plus confortable. Il sentit les baisers à travers le t-shirt. Il tenta d'oublier les images qui lui venait dans la tête pour ne se concentrer que sur le contact avec son homme. Il réfléchit un instant à des bêtises à faire mais il manquait soudain cruellement d'imagination. Il se contenta simplement de se détacher de lui en reprenant place sur son siège avant de se coucher dans une drôle de position, posant sa tête sur les jambes de son mari et fermant les yeux en lui parlant encore un peu de tout et de rien, plongeant doucement dans le sommeil alors qu'il sentait les doigts de son homme contre sa tête, avant de lancer en souriant :
- A tout à l'heure.


(c) Madouce sur Epicode
Revenir en haut Aller en bas
Hope
avatar

Date d'inscription : 11/08/2014

Messages : 462

Voir le profil de l'utilisateur http://minibn.tumblr.com


MessageSujet: Re: I won't let this plane go down | MATT
Sam 1 Juil - 19:29

I'll do what it takes to make this fly
curare feodor ostrov & matt ostrov
A la grande surprise de Curare, son homme ne profita pas de sa proposition. Plutôt que de reprendre son activité habituelle de grand enfant, il s'assagit brusquement, s'allongeant confortablement, estimant sans doute que les cuisses de son compagnon pouvaient servir d'oreille de substitution. Affichant un sourire tendre devant cette parfaite démonstration de confiance, le letton posa sa main contre le cou de son homme, effleurant du bout des doigts la peau tendre qui avait bien entamé sa cicatrisation.
Pendant quelques minutes, ils conversèrent normalement, oubliés et oublieux du monde. Bientôt, ce fut à Matt de sombrer dans les méandres du sommeil, et le tatoué le laissa faire sur un dernier sourire qui en disait long sur l'amour qu'il pouvait porter à cet homme.

Assez restreint sur sa liberté de mouvement vu la position clairement invasive - mais ô combien agréable - que Matt avait adoptée, le letton jeta son dévolu sur l'écran encastré sur le siège devant lui. Comprenant - au prix de nombreux efforts - le fonctionnement de l'engin, il se décida bien vite pour une des vieilles comédies musicales américaines, qu'il regardait jadis sur l'écran fatigué de la maison familiale. Et la qualité de la vidéo réussit - sans grande surprise - à occuper longtemps le tatoué, qui eut même le temps d'en visionner deux avant que son compagnon ne semble émerger du sommeil.
Mettant le film sur pause, il enleva ses écouteurs et reporta son attention sur son homme, qui s'éveillait lentement. Un bref coup d’œil à l'horloge lui indiqua qu'ils atterriraient dans deux heures, et que la compagnie aérienne n'allait pas tarder à leur distribuer le second repas du vol.

Une fois les aliments lyophilisés avalés à nouveau, l'avion amorça sa descente, et Curare commençait clairement à ne plus tenir en place. Il n'était pas rentré chez lui depuis plus de 6 mois, et son pays commençait à lui manquer. Il fut, sans aucune surprise, l'un des premiers à sortir de l'avion, tenant son compagnon par la main. Arrivés dans le Hall, nettement moins imposant que celui de San Francisco, les hauts-parleurs vieillissants crachotèrent dans sa langue, et un immense sourire s'épanouit sur le visage du letton.
Bienvenue en Lettonie, trésor.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Date d'inscription : 23/02/2017

Messages : 291

Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: Re: I won't let this plane go down | MATT
Sam 1 Juil - 23:13

I won't let this plane go down

CURARE & MATT

Il se réveilla doucement, émergeant des bras de morphée, cherchant à se rappeler ou il était. Il retrouva l'avion, il retrouva les plats au gout de plastique, les hôtesses, les voyants lumineux. Encore quelques heures et enfin l'avion entama sa descente et les ramena sur la terre ferme. Par le hublot, il vit le sol se rapprocher, les nuages repassant au dessus d'eux. L'australien entendit une langue étrangère qi lui semblait étrangement familière. Il se tourna vers le brun qui lui annonça enfin leur destination. La Lettonie.

Il allait enfin découvrir la pays dont il était originaire. Il pourrait comprendre sa culture et voir de ses propres yeux ce dont il lui parlait. Il réalisa soudain qu'il allait aussi rencontré la mère de Curare et une pointe de stress naquit en lui. Il n'était pas vraiment présentable, abîmé de la sorte et en manque de nicotine. Il afficha tout de même un grand sourire, et se hâta de descendre de l'avion impatient de sortir dehors et de découvrir tout cela. Tenant la main de son homme et voyageant dans tout l'aéroport pour trouver leur valise et la sortie. Il regardais partout autour de lui, cherchant à capter le moindre petit morceau de paysage, il entendait les mélanges d'anglais et de letton dans la bouche des personnes autour de lui. Voyant les regards intrigués autour de lui par leur rapprochement très physique, il murmura à Curare :
-Tu me diras ce qu'on peut faire ou ne pas faire ici.

Puis sur un ton à la fois enjoué et inquiet il finit par lancer :
- On va aller voir ta maman ?

(c) Madouce sur Epicode
Revenir en haut Aller en bas
Hope
avatar

Date d'inscription : 11/08/2014

Messages : 462

Voir le profil de l'utilisateur http://minibn.tumblr.com


MessageSujet: Re: I won't let this plane go down | MATT
Lun 3 Juil - 1:05

I'll do what it takes to make this fly
curare feodor ostrov & matt ostrov
Ayant plus ou moins l'habitude des regards intrigués, le letton ne lâcha pas la main de son compagnon. Mais il se calma nettement sur les démonstrations d'affection et, à son grand dam, ne put même pas lui donner un baiser alors qu'ils patientaient devant le tapis roulant qui devait leur apporter leur valise. Matt sembla remarquer cette ambiance un peu particulière puisqu'il demanda plus d'informations à Curare, qui tenta de faire au plus court et au moins alarmant. Inutile de dire que, en tant que touriste, l'Australien ne craignait rien. Et que lui, en tant que pur letton possédant un passeport et une vie bien remplie ici, il risquait tout bonnement une sacrée amende et un emprisonnement sous divers prétextes qui feraient passer la Lettonie pour un pays ouvert d'esprit et pas du tout homophobe.
Tant que tu ne me fais pas une déclaration d'amour enflammée au beau milieu de l'aéroport, ça devrait bien se passer.
Son air rieur contrastait avec la tempête qui se jouait sous son crâne mais qu'il parvenait à cacher. Ayant récupéré la valise, il fouilla dans une poche pour en sortir une des cigarettes qu'il avait sagement emportées, adressant un regard mi figue-mi raisin à son homme en se permettant de lui donner quelques instructions.
Tu as dix minutes avant qu'on ne trouve un taxi. Et dix minutes pour oublier où est-ce que je les ai planquées aussi.
C'est pourtant un regard empreint d'amour qu'il jeta sur son compagnon, qui affichait l'air soulagé de celui qui allait pouvoir dire adieu à trop d'abstinence. Mais c'était mentir de dire que le letton ne faisait pas ça aussi pour son propre intérêt : l'idée de présenter à sa mère un homme rendu un peu à cran par le manque le charmait moyennement. Il préférait que Matt soit en pleine possession de ses moyens. Et, histoire de le déstabiliser un peu plus, il ajouta "Et elle ne sait pas que tu viens. Encore moins que nous sommes mariés.". Ce qui était vrai. Pour les deux cas. Et heureusement qu'il l'avait gardé pour lui, car à voir l'air légèrement paniqué de son compagnon, ce dernier aurait bien été capable de rester aux Etats-Unis s'il l'avait appris avant.

Ils trouvèrent facilement un taxi, et le véritable letton qu'était Curare indiqua l'adresse. Ils en avaient pour encore au moins deux heures de route, pendant lesquelles le tatoué prodigua à son compagnon toutes les attentions possibles et inimaginables.
Arrivés non loin des grands champs qui précédaient la maison, le chauffeur les arrêta, arrêta le gracieux pourboire laissé en dollars que Curare lui fournit et, main dans la main, les deux hommes s'avancèrent vers la vieille bicoque de bois qui avait accueilli toute l'enfance du letton.

Sa mère, penchée dans un champ devant, apparut bien vite à leur yeux et, abandonnant quelques instants son compagnon avec une vague excuse, Curare ne put s'empêcher d'aller l'aider à porter le panier dont elle était encombrée. Bien loin de se laisser faire, la vieille lettone cessa toute activité pour enlacer son fils, étreinte que ce dernier lui rendit avec les larmes aux yeux. Elle lui avait indéniablement manqué.
Mais rapidement, le regard aguerri de la mère qu'elle était se posa sur Matt, qui patientait au loin. Un simple sourire de Curare qui l'invitait à les rejoindre et il lança à sa mère, pas peu fier.
Maman, il faut que je te présente quelqu'un...
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Date d'inscription : 23/02/2017

Messages : 291

Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: Re: I won't let this plane go down | MATT
Lun 3 Juil - 10:44

I won't let this plane go down

CURARE & MATT

Alors qu'ils retrouvaient enfin leur valise, le tatoué lui offrit généreusement une cigarette ainsi que dix minutes pour fumer. Tirant un briquet de sa poche alors qu'il sortait de l'aéroport il ne perdit pas de temps pour allumer celle ci et c'était mieux ainsi puisque la montée soudaine de stress lorsqu'il lui annonça que sa mère n'était au courant ni de sa venue ni de leur statut le perturba soudain. Il prit le temps de faire durer la cigarette, soudain heureux d'avoir acheté des vogues bien plus longues que celle qu'il prenait habituellement. La fumée dans ses poumons eut pour effet de faire redescendre la tension qui habitait son corps. Mais à présent qu'il était dans ce pays, pas de retour en arrière possible. Sa poitrine se soulevait avec un peu trop d'ampleur alors que la nicotine remplaçait l'oxygène pour le détendre. Bien trop vite pourtant, il dut écraser le mégot qui menaçait de lui brûler les doigts. Si il avait pu, il aurait fumer le paquet en entier dans l'instant. Pourtant il n'avait aucun moyen de consommer autant puisque son mari était à présent fervent gardien des cigarettes de ce dernier.

Le taxi les mena à travers la ville qu'il observa à travers les vitres sans dire mot, le trajet dura presque deux heures alors que le stress montait chez l'australien malgré les tentatives de son homme pour le rassurer. Laissant la ville derrière eux, ils arrivèrent dans une zone plus reculée et agricole. Tout comme lui il vivait en marge des grandes zones urbaines mais c'était la terre qui était travaillée ici et non l'élevage. Au loin, il aperçut la dite maman encore au travail près de la petite maison de bois. Curare le laissa la et respectueusement, l'australien resta en retrait, regrettant encore une fois de ne pas avoir une cigarette au coin des lèvres ou tout autre chose qui aurait pu le faire relaxer. Il la savait surement plus ouverte d'esprit que sa propre famille et aimante pour son fils, ce qui atténuerait surement la tension de la rencontre. Il les regarda de loin, il aurait aimer avoir cette jolie complicité qu'ils s'offraient. Son homme lui signifia de s'approcher, il parcourut la distance qui les séparait. Il ne savait que dire, il ne savait pas comment se présenter, comment expliquer son statut.

Alors très maladroitement, toute son extrême sociabilité envolée alors que comme le grand enfant qu'il était, il stressait lors d'une si grand confrontation. Il saisit discrètement la main de Curare pour se rassurer, et affichant gentiment son habituel grand sourire, il commença :
- Bonjour, je suis Matt. Ravi de vous rencontrer. Curare m'a beaucoup parlé de vous.

Lançant un regard discret à son homme, il le priait de lui indiquer ce qu'il devait faire ou dire, ne sachant pas vraiment ce qu'il comptait lui annoncer.

(c) Madouce sur Epicode
Revenir en haut Aller en bas
Hope
avatar

Date d'inscription : 11/08/2014

Messages : 462

Voir le profil de l'utilisateur http://minibn.tumblr.com


MessageSujet: Re: I won't let this plane go down | MATT
Lun 3 Juil - 11:55

I'll do what it takes to make this fly
curare feodor ostrov & matt ostrov
Le moins que l'on pouvait dire, c'était que Curare était très amusé de voir son homme perdre autant ses moyens. Bien évidemment, le letton connaissait sa mère, et il savait que Matt n'avait rien à craindre d'elle. Elle n'avait jamais jugé ses préférences, s'étant contentée de l'aider toujours du mieux possible. Et l'Australien était un homme bon, intègre, et dont son fils était tombé éperdument amoureux : il avait tout pour lui. Il ne faisait aucun doute, dans l'esprit du tatoué, que les deux s'apprécieraient. Et que sa mère approuverait son choix : Matt était de loin l'homme le plus merveilleux du monde (au moins), et son fils avait eu de la chance d'être tombé sur lui.
C'était en tous cas ainsi que le voyait Curare. Et il était quasi-certain de ne pas se tromper.

Sa mère, déjà petite face à lui, le paraissait encore plus lorsqu'elle se retrouvait à côté de Matt. Mais elle devait avoir l'habitude, elle avait eu deux fils à la maison fut un temps. Elle sembla chercher ses mots quelques instants. Son anglais, bien que plutôt correct, était teinté d'un accent encore plus prononcé que celui de son fils, et un peu rouillé. Elle parvint néanmoins à s'y remettre et répondit avec un grand sourire qui illumina son visage.
Pas autant qu'il a du me parler de toi, j'arrive difficilement à avoir de ses nouvelles à lui ces derniers temps... Enchantée également, tu peux m'appeler Lyla.
A côté, Curare avait envie de s'enterrer, littéralement, et il se passa la main sur le visage, comme s'il était fatigué. Ce petit séjour s'annonçait plus que difficile pour lui et son ego. A coup sûr, sa mère ne tarderait pas à raconter la couleur de ses couches et ses pires bêtises, histoire que Matt soit bien au courant de ce dans quoi il s'engageait. Au pire, le letton pouvait peut-être s'arranger pour ne pas les laisser seuls, et ça suffirait ? Son espoir était bien mince, connaissant sa mère, elle n'allait pas s'arrêter devant cette simple difficulté.
Avec un petit soupir qui en disait long sur ce qu'il ressentait à l'idée que sa mère commence déjà à le ridiculiser, il tira son homme par la main pour l'amener vers la maison. Loin de la lettone, dont le visage rieur indiquait qu'elle n'en resterait pas là. La porte toujours ouverte, il poussa sur le simple battant de bois et monta rapidement les escaliers qui se trouvaient tout de suite à sa droite.

Sa chambre, restée intacte, lui attira à peine un regard. Il connaissait par cœur ce mur recouvert de dessins, dont une bonne partie avait fini en tatouages. Cet amoncellement de peluches au pied de son lit, surmonté de son énorme peluche Dumbo qui, il devait l'avouer, lui avait évité de passer ses nuits en solitaire. Cet autre mur, sur lequel étaient accrochées une ribambelle de photos de mauvaise qualité. Quelque part au milieu traînaient les deux seules photographies de ses parents, jaunies et vieillissantes.
Il déposa la valise et se dirigea vers son placard, laissé presque vide. Rapidement, rompu par l'habitude, il ôta ses vêtements pour enfiler un short et un Tee-Shirt qui avaient plus que servis, à en juger par les trous et les tâches. Avec un petit regard désolé, il expliqua rapidement.
Est-ce que ça te dérange si je vais l'aider ? Je reviens vite, promis. En attendant, la maison est à toi, tu peux visiter. Fais gaffe, il y a des trucs compromettants derrière ma porte, je sais pas si tu es prêt psychologiquement pour cette étape.
Il lui tira la langue, assez amusé de ce petit effet. Il y avait, effectivement, un vieux calendrier accroché, souvenir de ses jeunes années où il avait fini par comprendre que les corps des hommes l'attiraient bien plus que les courbes féminines. Puis, prenant grand soin de justement refermer la porte, il sortit rejoindre sa mère, ravi de pouvoir à nouveau l'aider et travailler dehors. Bien que le travail soit éreintant, cela lui avait manqué.

Il resta près d'une heure dehors, et ce fut finalement sa mère qui le chassa, lui faisant clairement comprendre que ça ne se faisait pas de laisser un invité tout seul. Il reprit donc le chemin de la chambre, non sans avoir au passage déposé les paniers remplis de légumes dans le petit cabanon qui leur servait de réserve. La porte était restée entrouverte, signe que Matt avait fait sa petite vie, et le letton put la pousser en toute discrétion. Il avait depuis longtemps enlevé son Tee-Shirt, de toutes façons encore plus sale qu'avant, et son bras gauche était maculé de terre. Pas particulièrement sexy, mais il n'avait pas eu le courage d'aller à la douche sans passer voir son homme avant, fou amoureux qu'il était.
Et il avait bien fait : la vision de Matt, assis sur son lit et en train de parler littéralement à ses peluches eut le mérite de lui arracher un franc éclat de rire, incapable de rester silencieux plus longtemps.
Il s'appelle Pārsla, au cas où tu te poses la question. Je pense que ça doit vouloir dire "Flocon".
Oui, chacune de ses 40 peluches avait un nom, qu'il connaissait. Et vu que Matt parlait avec, il ne devrait pas s'étonner de savoir que son homme leur avait donné des noms...
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Date d'inscription : 23/02/2017

Messages : 291

Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: Re: I won't let this plane go down | MATT
Lun 3 Juil - 21:38

I won't let this plane go down
"

CURARE & MATT


Après avoir échangé un peu avec sa mère le sourire aux lèvres, il finit par suivre l'homme qui l'entraîna à l'intérieur de la maison de bois. Il découvrit enfin l'endroit ou Curare avait grandit. Observant respectueusement la pièce principale sous toutes ses coutures, se déplaçant tranquillement et effleurant les meubles du bout des doigts. Ce dernier montant dans la pièce qui semblait être sa chambre avant de redescendre dans une toute autre tenue, s'excusa avant de le laisser pour aller aider sa mère. Celui ci le laissa faire, il était proche d'elle, c'était beau, et il ne voulait pas lui retirer ce qu'il n'avait jamais eu. Et puis il était bien conscient que dans les champs il ne serait pas d'une grand aide, mis à part les cactus et les buissons épineux, il ne poussait pas grand chose chez lui. Il en profita pour visiter la maison, ignorant la remarque de Curare pour justement poussé pas sa naturelle curiosité à aller voir cela. Il parcourut le salon décoré très sobrement.

Furtivement, il poussa quelques portes découvrant tantôt la salle de bain, les toilettes, une chambre à laquelle il ne sut attribuer de propriétaire réel. Il referma soigneusement chacun des portes. Il s'aventura tout de même dans une chambre qui l'intrigua. Celle de son frère surement. Il la balaya du regard cette pièce dans laquelle il n'avait surement pas le droit d'entrer. Il observa les photos de son homme au mur. Centis l'avait aimé, il l'avait aimé réellement. Il eut presque de la peine pour lui en découvrant tout cela. Il sortit de cette chambre qui ne l'inspirait que très peu et en referma doucement la porte, il continua, sa progression pour entrer enfin dans la chambre de Curare. Il prit soin de détailler chaque chose. Il vit les photos accrochées au mur, les souvenirs de cheval, de vieilles photos jaunies de ses parents. Malicieusement il se retourna sur la porte pour découvrir un vieux calendrier aux images plutôt affriolantes. Il ne résista pas à tourner les pages de celui ci avec un sourire malicieux au coin des lèvres. Il tourna la tête et aperçut les nombreuses peluches sur le lit de celui ci. Il s'y assit tranquillement et commença à détailler chacune d'entre elle. Une lui plut plus que les autres et s'allongeant un instant, il la tendit au dessus de sa tête en commençant à lui faire bouger les pattes avant de se redresser et de commencer une discussion imaginaire. Un grand enfant, il était encore un grand enfant.

Surpris, par la voix de son homme il releva la tête en souriant face au prénom de celui ci et repris : - Alors bonjour Pārsla

Il reposa la peluche sur le lit et sourit doucement en le voyant ainsi couvert de terre :
- Heureux de retrouver ta maison ?

Il l'embrassa doucement avant de reculer en lui tirant la langue en se moquant gentiment de lui:
- Cette fois ci c'est à moi de t'envoyer à la douche non ?




(c) Madouce sur Epicode
Revenir en haut Aller en bas
Hope
avatar

Date d'inscription : 11/08/2014

Messages : 462

Voir le profil de l'utilisateur http://minibn.tumblr.com


MessageSujet: Re: I won't let this plane go down | MATT
Mar 4 Juil - 0:00

I'll do what it takes to make this fly
curare feodor ostrov & matt ostrov
La réaction de Matt, loin d'avoir honte de parler ainsi aux peluches et se mettant même à les saluer, eut le mérite de faire glousser Curare comme une gonzesse. Lui aussi s'était inventé une vie avec ses peluches ; mais cela faisait de nombreuses années qu'il ne s'était pas surpris à leur parler véritablement. L'Australien avait le don de le faire retomber en enfance, et de la plus agréable des manières. Le tatoué avait bien fait de ne pas se séparer de ses peluches à l'adolescence ; comme s'il avait su qu'un jour il s'amuserait de voir son mari les faire vivre à son tour. Même si cette idée contredisait fortement le Destin en lequel croyait le-dit mari, elle séduisait intensément le letton énamouré, qui lançait des œillades brûlantes à cet homme qu'il aimait un peu plus chaque jour.

La question suivante lui attira un sourire encore plus grand. Oh que oui, il était heureux d'être chez lui. Son pays, sa maison, lui manquaient terriblement. Et puisque, pour le moment, il ne pouvait pas vivre indéfiniment avec son compagnon dans ce pays si étriqué d'esprit, il comptait au moins profiter de chaque instant. Tout en sachant très bien que la présence de Matt changeait encore sa perception de cette vie lettone ; mais uniquement en bien.
C'est chez moi, ici. Jusqu'à ce qu'on se trouve une maison à nous aux Etats-Unis, j'aurais toujours autant de plaisir à revenir ici.
Et il était on ne pouvait plus sérieux. Ce qui ne l'empêcha pas d'embrasser légèrement son homme qui s'était approché, et de lui tirer la langue en retour. Comme disait toujours sa mère, ce n'était pas sale, c'était de l'eau de la terre. Sans ces deux éléments, rien ni personne ne serait pas pour les considérer comme salissants. Tout en ouvrant la valise pour essayer de mettre la main sur des vêtements propres, il lança, taquin.
Et moi qui pensait que le fait d'avoir ôté le haut jouerait en ma faveur, me voilà bien déçu...
Il tomba sur le paquet de cigarettes de son homme, et décida au même moment de stopper toute recherche de sous-vêtements. Tant pis, il en trouverait bien au fond de son placard, il n'avait quand même pas déménagé avec l'intégralité de sa penderie. Il lança le paquet, soigneusement fermé, en direction de Matt, qui l'attrapa bien évidemment sans aucun souci. Avec un petit regard vers le ciel et la Puissance Supérieure qui lui faisait aimer cet homme bien trop fort, Curare glissa un "Je te fais confiance", qui laissait toute latitude à son homme pour se débrouiller avec son addiction, ses médicaments, et tout ce qui allait avec.

La tuyauterie fatiguée crachota l'eau éternellement froide de la maison, et comme à son habitude, Curare fut plutôt expéditif sous la douche. Il en profita néanmoins pour se décrasser de la tête aux pieds, se lavant les cheveux et s'enduisant de ce savon au parfum de cèdre qu'il n'avait jamais réussi à retrouver aux Etats-Unis. Il trouva sa serviette, bien évidemment préparée à l'avance par sa mère, qu'il noua négligemment autour de sa taille avant de regagner sa chambre, laissant des petits pas mouillés derrière lui, vite absorbés par le bois vieillissant du parquet.
Il referma soigneusement la porte après son entrée dans la chambre, ayant prit cette habitude depuis tout petit, où c'était le seul moyen de le séparer de son frère, turbulent et franchement intrusif pendant certaines périodes. Mais aujourd'hui, c'était un être encore plus intrusif qu'il venait rejoindre...
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Date d'inscription : 23/02/2017

Messages : 291

Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: Re: I won't let this plane go down | MATT
Mar 4 Juil - 1:34

I won't let this plane go down

CURARE & MATT

Une nouvelle projection vers l'avenir, une embrassade et son homme fila effectivement sous la douche pour se débarrasser de tout cela. Lorsqu'il lui jeta son paquet de cigarette qu'il attrapa au vol en le serrant entre ces doigts comme si il venait de trouver le graal, il le remercia avec un Merci sonore et joyeux. Il tira un briquet de sa poche, et ouvrit la fenêtre pour fumer sur le rebord de celle ci et ainsi éviter d'enfumer la maison. Il souffla un peu, faisant le point à nouveau sur les événements. Il se contenterai d'une seule cigarette pour l'instant. Une seule. Et puisqu'elles étaient plus longues et beaucoup moins bonnes que celle qu'il achetait habituellement, il se limiterait.
Il laissa la fameuse cigarette reprendre son emprise sur lui, lui donnant le pouvoir d'un simple geste de le détruire une nouvelle fois. Il se délecta de chacun des arômes très amer du tabac avant de l'éteindre et de la jeter prenant soin de fermer la fenêtre par laquelle un vent frais s'engouffrait.

A cet instant, il se tourna et vit son homme entrer dans la chambre, propre comme un sous neuf, un délicat parfum gagnant son nez. Il ne put s'empêcher de se mordre la lèvre face au tatoué vêtu de cette simple serviette autour de la taille. C'était de la pure torture, après plus d'une semaine passé dans une période de presque abstinence c'était tenté le diable et véritablement cette fois ci. Il sentait déjà les papillons dans son ventre et la tension qui montait. Ce n'était pas raisonnable, ce n'était pas raisonnable. Pas ici, pas maintenant et pourtant un seul pas en avant suffit à enclencher tout le processus. Il s'approcha de lu, posa ses mains sur les hanches de ce dernier encore protégé par un simple nœud tout ce qu'il y avait de plus fragile. Il l'embrassa à pleine bouche, plein de passions, le regard brûlant, le poussant jusqu'au lit jusqu'à perdre son contact en le retrouvant allongé sur celui ci. Avançant doucement à quatre patte, enfin plutôt à trois pattes, évitant de malmener son bras plus qu'il n'était nécessaire. sur ce dernier pour le rejoindre en se plaçant au dessus de lui avant de reprendre son baiser la ou il l'avait laissé, posant par la même occasion ses mains sur la torse musclé en dessous de lui, qui n'avait décidément rien à envier aux personnages de calendrier.

Il ne savait pas vraiment quand la mère de celui ci rentrerait, et il ne voulait pas le mettre mal à l'aise ou créer quelconque situation qui aurait pu le faire passer pour un bien mauvais gendre qu'il était actuellement, il ne pouvait pas le nier :
- J'ai terriblement envie de toi. Je sais qu'on avait dit pas de déclarations d'amours enflammées. Mais ça j'ai le droit ?

Il ne s'attendait pas franchement à ce que ce dernier lui dise non mais sait on jamais, si un élément perturbateur auquel il n'avait pas vraiment pensé venait s'ajouter à cela. Mais il priait pour qu'il l'approuve simplement.



(c) Madouce sur Epicode
Revenir en haut Aller en bas
Hope
avatar

Date d'inscription : 11/08/2014

Messages : 462

Voir le profil de l'utilisateur http://minibn.tumblr.com


MessageSujet: Re: I won't let this plane go down | MATT
Mar 4 Juil - 1:59

I'll do what it takes to make this fly
curare feodor ostrov & matt ostrov
Il n'eut même pas le temps de faire un seul pas vers l'armoire pour se trouver un caleçon que son homme s'avança vers lui, un simple regard le convainquant nettement d'abandonner toute idée de se vêtir davantage. C'aurait été mentir que de dire que le letton n'avait pas espéré que tout ceci terminerait comme ça. S'il avait vraiment voulu l'éviter, il aurait cherché plus longtemps ses vêtements. Ou il aurait couru vers l'armoire. Ou même, il n'aurait pas répondu avec autant de fougue au baiser de son compagnon, et n'aurait pas commencé à reculer de lui-même vers le lit, qui n'attendait plus qu'eux, leur amour, et leurs ébats.
Curare se laissa tomber sur le lit, gémissant lorsque son mari se plaça instantanément au-dessus de lui. Cela faisait trop longtemps, bien trop longtemps qu'il n'avait pas pu profiter de l'expertise de son homme. Bien sûr, ils n'étaient pas restés sages, et ce malgré les recommandations du médecin ; Curare s'était bien assuré que son compagnon ne manquait de rien, y compris de plaisirs les plus charnels. Mais pour lui... c'était une toute autre affaire. Après tout, il n'avait même pas consommé ce mariage qu'il avait initié dans cette chambre d'hôpital.

La phrase de Matt eut le mérite de lui faire perdre la tête. Allongé sur le lit, plus que très confortablement installé, le letton tira légèrement sur le Tee-Shirt de son homme pour l'attirer à lui. Lui volant un baisier fiévreux, qui le laissa tout pantelant, il finit quand même par lui murmurer, entre deux respirations saccadées.
Je veux tes déclarations d'amour enflammées. Je veux tes baisers langoureux, tes caresses tout sauf sages. Et je veux que tu me fasses l'amour, encore et encore. Quitte à te supplier, et à t'offrir tout ce que tu veux.
Oh que oui, il ne lui refuserait rien, il n'en aurait vraisemblablement pas la force. Déjà, les simples gestes de Matt réveillaient des parties particulièrement primaires de son corps, qui atteignaient un niveau d'excitation bien trop intense et bien trop rapidement. Curare aurait voulu croire que seule l'abstinence était responsable de son état. Mais il savait très bien que c'était l'homme au-dessus de lui qui le mettait dans cet état, purement et simplement. Il avait toujours autant envie de lui, qu'il ait pu profiter de son corps la veille ou la semaine passée.
Même si ç'aurait été mentir que de dire que là, le corps de l'Australien n'avait pas un attrait encore plus prononcé, blessures ou pas blessures.

Un mouvement de bassin de Matt, bien trop près du propre entre-jambe de Curare, fit littéralement craquer ce dernier. Son bassin se souleva d'une bonne dizaine de centimètres et il ne put étouffer le cri qui franchit la barrière de ses lèvres. Les yeux fermés, il mit son poing devant sa bouche, et essaya de compenser ce trop-plein de plaisir qui l'habitait soudainement par la douleur de ses dents sur sa main. En vain.
Il rouvrit difficilement les yeux, tentant de reprendre un contrôle tout relatif sur son corps qui n'était pourtant pas loin de l'abandonner complètement. Son regard tomba sur celui de Matt qui - et c'était bien normal - se délectait de ce qu'il arrivait à provoquer. La voix rendue rauque, l'accent traînant, le letton parvint à articuler, au prix d'un effort surhumain.
Bordel. Je ne m'étais pas rendu compte à quel point tu as pu autant me manquer.
Alors qu'ils dormaient ensemble toutes les nuits.
Revenir en haut Aller en bas


MessageSujet: Re: I won't let this plane go down | MATT

Revenir en haut Aller en bas
 I won't let this plane go down | MATTVoir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 3Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
 Sujets similaires
-
» Fin d'une quête ou fin d'espoir ? [PV Daneva]
» L'oiseau de mauvaise augure plane sur le vent x)
» Musique, mage et conflit. [Pv Jet Hyle]
» {EVENT} Un grand malheur plane sur nous {Tous les Heavens}
» Scorplane / Gligar

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 ::  :: Corbeille :: V.3-
Sauter vers: