Partagez | 
 #MUSE&ZIA - lead me out into the lightVoir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
avatar

Date d'inscription : 04/02/2017

Messages : 19

Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: #MUSE&ZIA - lead me out into the light
Dim 12 Mar - 13:30

lead me out into the light
I will hear their every story, take hold of my own dream, be as strong as the seas are stormy, and proud as an eagle's scream. I will ride, I will fly, chase the wind and touch the sky.


   
   
   

ft Zia Rockwell
468 mots
D’ordinaire ponctuelle, Muse avait bien failli être en retard ce matin. Réveillée tôt par de virulentes demandes de la part des actionnaires de sa société, elle avait pu se libérer juste à temps pour rentrer à l’académie avant d’être définitivement en retard. Quittant la Tour Auxine, siège des activités du groupe immobilier dont elle a hérité, la jeune métisse s’engouffre dans la berline avec chauffeur qui l’accompagne dans tous ses déplacements. Confortablement installée sur la grande banquette arrière, elle entreprend méthodiquement de quitter son déguisement de femme d’affaire.
Elle remplace le blazer blanc cintré par une veste en jean, décidant de garder la combinaison en soie noire qu’elle a enfilée pour se protéger des températures matinales, encore un peu légères en cette saison. Exit les escarpins à talons, elle se chausse d’une paire de baskets confortables. Ôtant d’un geste rapide tous les bijoux qui complètent sa parfaite panoplie de richissime héritière, elle ébouriffe ses cheveux courts, avant de replacer son bras gauche dans le large foulard crème, qui camoufle presque entièrement ce morceau d’elle dont elle a honte.

Les pneus de la voiture crissent sur le gravier de la cour, et la jeune femme attend quelques instants que le chauffeur coupe le contact et vienne lui ouvrir sa portière. Il n’y a rien de princier dans cette habitude ; la métisse n’a tout simplement pas assez d’une seule main pour ouvrir la porte tout en ôtant la sécurité de la portière. Donnant ses dernières instructions, à savoir ramener vêtements, chaussures et bijoux dans son appartement, elle salue son chauffeur et se dirige d’un pas léger vers l’entrée des écuries, où elle a rendez-vous.
Devant l’incapacité qu’elle a à monter sur sa pouliche, Muse a choisi d’opter pour une demi-pension sur un cheval de propriétaire. C’est donc avec cette fameuse propriétaire qu’elle a rendez-vous, avec même pas une minute de retard. Une silhouette à la longue chevelure blonde, à l’exacte opposée de celle de Muse, se découpe dans l’allée.

Essayant de camoufler quelque peu sa timidité et son sentiment d’être assez peu dans son élément dans ce monde équin, la métisse avance de son petit pas feutré, avant de s’arrêter à quelques mètres de l’inconnue, n’osant pas s’avancer plus que nécessaire tant qu’elle n’est pas certaine d’avoir affaire à la personne qu’elle cherche.
Sa voix, pourtant douce, vient briser le silence des écuries. Parvenant à ne pas rougir et à surmonter son aversion pour les présentations, Muse tente tant bien que mal d’engager la conversation.

Bon...jour ? Seriez-vous Zia Rockwell ? Je suis Muse Dorwood.

La jeune femme ne prend pas la peine de préciser pourquoi elle est là ; si cette blonde est bien la Zia qu’elle recherche, elle comprendra vite qu’elle a devant elle, outre une timide jeune femme, l’élève intéressée par une demi-pension sur son cheval.




Dernière édition par Muse Dorwood le Dim 26 Mar - 13:01, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Pro
avatar

Date d'inscription : 06/08/2014

Messages : 362

Age : 27

Localisation : France les gueux

Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: Re: #MUSE&ZIA - lead me out into the light
Lun 13 Mar - 15:18


Le réveil sonne plus tard aujourd'hui. Au lieu de monter Boston au petit matin, Zia avait préférer couler une belle grasse matinée. Plutôt que de travailler la coach restai des matinées entières dans son lit au vu du peu de travail qu'on lui proposait. Dans un sens, elle ne pouvait rien dire car elle était logée payée blanchie et nourrie à dormir. Ce serait de l'abus de pouvoir si elle n'avait vraiment rien d'autre à faire. Mais ce matin quelqu'un venait voir Boston, une certaine Muse Dordwood. Rien qu'en y pensant à travers deux rayons de soleil, Zia se décourage déjà à se lever en plaquant son oreiller sur la tête.

Comme une gueule de bois provoqué par le simple fait d'avoir fait une bonne nuit, la coach se lève en traînant les pieds mais une fois l'heure sur sa montre remarquée, elle ne pouvait que se dépêcher de se préparer. Dans quinze minutes il fallait descendre. Un jean, des baskets neuves et un tee-shirt de la veille un peu froissé. Bon c'était pas trop mal. Un coup de brosse dans les cheveux et rien sur le visage, Zia, claque la porte de sa chambre avant de prendre la direction des écuries. Le pas de l'écurie passée, Zia est la première. Bon au moins elle ne passera pas pour une retardataire. Le souffle limité pour avoir couru dans les couloirs, elle marche dans un crottin dans l'allée. Merde, les baskets neuves. Ok tout n'étais sûrement bien prévu pour sa tenue mais elle ne pouvait plus rentrer. Sa rabattant sur Boston qui vient de sortir la tête, Zia lui offre une carotte comme si elle récompensait son sauveur. Inconsciemment, le pie était la seule source d'assurance que trouvait Zia quelque part. Comme si elle pensait qu'il l'écoutait alors que ce n'est qu'un quadrupède débourré qui se plie aux ordres. Heureusement, on préférera la première option.

Même pas une minute ne s'écoule lorsqu'ils sont à deux qu'une jeune femme au teint hâlé fait son entrée et vient s'adresser à la blonde. Une lueur d'hésitation dans la voix, Zia tique un peu. Elle semble si mauvaise que ça ? En tout cas elle avait frappée à la bonne porte et sans une minute de retard.
"Bonjour Muse, voilà Boston."
Un petit sourire éclaire le visage de la coach alors qu'elle flatte l'encolure de son petit protégé. Elle était très fière de lui et Muse pourra très bien s'en occuper. Si elle a été acceptée ici c'est qu'elle a toutes ces chances.
"Boston est très attachant tu verras et il demande beaucoup à apprendre et sait parfaitement apprendre à son cavalier."

_________________
"Tu m'avais dis m'avoir attendu trop longtemps. Où es-tu maintenant ?"
Zia Rockwell
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Date d'inscription : 04/02/2017

Messages : 19

Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: Re: #MUSE&ZIA - lead me out into the light
Mer 15 Mar - 17:13

lead me out into the light
I will hear their every story, take hold of my own dream, be as strong as the seas are stormy, and proud as an eagle's scream. I will ride, I will fly, chase the wind and touch the sky.


   
   
   

ft Zia Rockwell
416 mots
En vérité, il y a deux ans, lorsque son père est mort, jamais Muse n’aurait imaginé se retrouver un jour à vivre au beau milieu d’une écurie. Encore moins avec son handicap. Elle a arrêté la danse dès que sa maladie l’a privée de contrôle sur son bras gauche ; penser qu’elle pourrait un jour monter à cheval ressemblait à un rêve, voire même à un miracle.
C’était sans compter son frère, et son compagnon. Déscolarisée, et par ailleurs ayant suffisamment étudié pendant son enfance, il fallait bien occuper la jeune métisse. L’équitation s’est imposée, et aujourd’hui Muse se retrouve encombrée d’une pouliche Marwari douillette des oreilles et légèrement sauvage. Un pas de géant pour la timide demoiselle.

Lorsque son regard se pose sur l’imposant étalon pie, dans son box, une petite lumière semble s’allumer au-dessus de la tête de la jeune américaine. Son frère est resté plus d’un an dans ces écuries, et il lui a donné quelques conseils avant qu’elle ne débarque à San Francisco. Et maintenant, l’équation Zia + grand cheval pie semble se résoudre instantanément. Naël lui en a parlé, forcément ; pareille coïncidence ne s’invente pas.
La métisse s’approche à son tour du box et reste, patiente, sa main valide posée sur le chambranle. Elle ne tient pas à brusquer l’étalon, qui peut ainsi venir la voir quand il le souhaite. Elle a parfois le défaut d’être trop prudente, habituée qu’elle est aux sautes d’humeur de sa propre pouliche.

Boston, qui visiblement semble assez proche de l’humain, vient la renifler prudemment, et la jeune femme sourit délicatement lorsque les vibrisses de l’étalon viennent la chatouiller. Cette sensation, elle est précieuse pour Muse, qui n’a guère plus qu’une paume de main pour ressentir ce genre de choses.
Elle lève doucement la main et vient caresser le chanfrein du pie. Elle se tourne ensuite vers la femme blonde, curieuse de savoir si ses souvenirs à propos des recommandations de son demi-frère sont exacts.

Je crois que mon frère vous connaît… Nayiminiaël ? Il était là il y a deux ans.

Non pas qu’elle cherche à profiter d’un certain favoritisme. Cependant, elle a tout à fait conscience que son handicap peut en rebuter plus d’un, et que l’idée de confier son cheval en demi-pension à une jeune femme à qui il manque l’usage d’un bras peut être assez dérangeante pour certains. Quitte à se servir de l’aura sympathique de son extravagant grand frère, autant que cela puisse servir les intérêts propres de la métisse…




Dernière édition par Muse Dorwood le Dim 26 Mar - 13:02, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Pro
avatar

Date d'inscription : 06/08/2014

Messages : 362

Age : 27

Localisation : France les gueux

Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: Re: #MUSE&ZIA - lead me out into the light
Sam 18 Mar - 2:18


Le pie, pas peureux de l'humain pour un sous, s'approche même de cette personne qu'il n'avait encore jamais vu auparavant. Même sans la peur, il se devait d'avoir un minimum de méfiance normalement, c'est un comportement digne d'un cheval correctement dressé ou débourré. Mais Boston était un cheval beaucoup trop nounours à ces heures, réclamant câlins et attention toute particulière pour lui et lui seul. Personne d'autres ne doit perturber son instant câlin aussi sinon attention au risque que monsieur fasse la gueule !
Ce sourire qu'effectue Muse en le touchant du bout des ongles. Elle semblait si heureuse de pouvoir le toucher. Comme une enfant qui découvre un petit cheval dormant d'un club comme les autres. Sauf qu'il faut maintenant se baigner dans un contexte différent, avec des objectifs poussés et des cavaliers et chevaux aux performances assez convaincantes.

Se concentrant sur les paroles de la métisse, Zia relève tout particulièrement le regard vers elle lorsqu'elle se met à parler d'un soi-disant "demi-frère" ? Nayiminiaël. La blonde déglutit, les yeux l'espace d'un instant se portant dans le vide avant qu'elle n'affiche un grand sourire. C'était en tout cas le plus franc qu'elle pouvait lui donner et le plus généreux. Zia avait prit pour sale habitude de ne jamais recontacter le passé dans lequel elle ne souhaitait plus un jour faire allusion. Or on peut dire que l'époque de la rencontre avec Nayi était une partie heureuse et admirative. Elle ne pouvait donc réagir négativement à Muse qui ne venait qu'en amie, surtout qu'elle était comme la sœur du frère qu'elle-même n'avait jamais eut.

Les yeux enfin rieurs lorsque Boston pousse la main de la petite brune du bout du nez. "Je n'ai jamais eut de ces nouvelles depuis son départ. Il se porte bien au moins ?" Ou alors il aurait été le fils qu'elle n'aurait jamais eut. Encore parfois elle juge important de savoir si tout se passe bien dans sa vie, si il a trouvé un type bien pour l'accompagner au quotidien. Si il s'alimente bien même parfois. Une véritable maman poule. "Si tu veux le sortir aujourd'hui pour vérifier son état ou autre, il n'y a pas de problème. Il suffira juste que tu me préviennes la veille ou au risque deux heures avant si tu veux le sortir comme ça je ne viens pas pour l'embêter une seconde fois. Il a des ressources mais pas inépuisable." un petit sourire et elle tendre une simple carotte à Muse, qu'elle se familiarise un peu plus avec si elle le souhaite. Après tout, ils allaient bien devoir passer du temps un peu à deux. Et rien que la vue de cette friandise alléchant alarme l'étalon qui point déjà ces oreilles en avant.

_________________
"Tu m'avais dis m'avoir attendu trop longtemps. Où es-tu maintenant ?"
Zia Rockwell
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Date d'inscription : 04/02/2017

Messages : 19

Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: Re: #MUSE&ZIA - lead me out into the light
Dim 19 Mar - 11:39

lead me out into the light
I will hear their every story, take hold of my own dream, be as strong as the seas are stormy, and proud as an eagle's scream. I will ride, I will fly, chase the wind and touch the sky.


   
   
   

ft Zia Rockwell
476 mots
Visiblement, le souvenir de Nayiminiaël apporte un peu de joie au visage de la blonde, qui semblait être tâché de tristesse depuis quelques temps déjà. C’est, à vrai dire, une constante avec son demi-frère, pour le moins original : il apporte joie et bonheur autour de lui, comme une aura solaire. Il n’y a rien d’anormal à ce que Zia en sourie.
Cette impression de vie, il ne la partage cependant pas avec la jeune Muse. Plus renfermée, elle n’alignait plus de deux mots que parce que son frère l’avait rassurée sur l’identité bienveillante de la propriétaire du grand pie. Sa timidité et sa douceur avaient certes d’autres avantages, mais s’avéraient être un handicap lorsqu’il s’agissait de se sociabiliser. Encore pire que son bras amorphe.

Le nom ayant réveillé un peu d’intérêt chez la femme blonde, il arrache un franc sourire à la jeune métisse. Elle a pu parler à Naël pas plus tard que la veille, ainsi qu’à Orion. Les deux hommes de sa vie, son père n’ayant pas l’honneur d’y être admis tant il a toujours été aux abonnés absents.

Il se porte comme un charme ! Exactement ce que l’on attend de lui, en même temps.

Sa voix est empreinte du rire qu’elle retient malgré tout, pas très à l’aise à l’idée d’être aussi démonstrative avec une quasi-inconnue. Elle s’attache ensuite à écouter attentivement les quelques directives de la blonde, hochant silencieusement la tête. Bien évidemment, elle ne compte pas passer à l’improviste, après tout elle n’a aucun droit sur ce cheval, si ce n’est l’aimable autorisation de sa propriétaire. De plus, son état de santé, un peu vacillant, ne lui permet pas de monter tous les jours. Ce n’est certainement pas Muse qui réussira à épuiser l’étalon géant qui se trouve dans le box.
Elle jauge sa tenue, assez peu appropriée à une sortie, toute tranquille soit-elle. Désormais, elle a plus que sa pouliche ; il va vraiment falloir qu’elle explique à tout le monde qu’elle a besoin de 4 jours complets par semaine, non négociables. Après tout, c’est elle la boss.

Je passerais dans l’après-midi, après avoir enfilé quelque chose de plus confortable. Merci.

La blonde lui tend une carotte, que Boston semble vouloir alpaguer au passage, très intéressé par la friandise. Avec un léger sourire, Muse récupère le tubercule avant de le tendre à l’étalon, qui s’en empare goulument. Alors que le bruit de ses mastications résonne dans l’allée silencieuse, la jeune femme se permet un petit rire, amusée de tant de gourmandise.

Ma pouliche préfère les oranges, mais elle me semble tout aussi goinfre que lui. Je ne suis pas en terrain si inconnu que ça, après tout.

Ne reste plus qu’à espérer que la montagne de muscles qu’était Boston était moins sauvage que son alezane délurée, sinon la petite métisse ne ferait pas long feu près de lui…




Dernière édition par Muse Dorwood le Dim 26 Mar - 13:03, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Pro
avatar

Date d'inscription : 06/08/2014

Messages : 362

Age : 27

Localisation : France les gueux

Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: Re: #MUSE&ZIA - lead me out into the light
Ven 24 Mar - 0:04


Nayiminiaël était celui qui arrivait à la faire sourire juste par son regard si bienveillant. Il était tout ce que Zia aurait voulu de son frère ou son meilleur ami. Celui à qui elle aurait pu tout confier si il n'était pas partit lors d'une des fermetures des écuries. C'est une coïncidence très étroite qui vient de se réaliser. D'autant plus qu'elle c'était intéressé à Boston comme par magie. Comme quoi le hasard fait bien les choses. Mais en donnant la clé du bonheur du pie en main à Muse, elle la détaille un peu plus sans en faire trop, ne voulant pas paraître insistante ou malpolie. Ils ne se ressemblaient pas tant que ça bizarrement.
"Je n'ai jamais si il était venu ici par nécessité ou par obligation. Il aimait les chevaux mais disons qu'il se sentait d'avoir sa place ailleurs j'ai l'impression."
Sûrement hypothèse à succès puisqu'après son départ, il n'a pas suivit les copains pour revenir.

Le timbre clair qui sort de la bouche de la jeune femme semble insinuer un rire nerveux, comme mal à l'aise d'en parler. Alors elles arrêterons, pour le simple confort de la jeune femme une nouvelle fois. Car Zia sait parfaitement où arrêter certaines choses pour ne pas tomber dans le ridicule, la gêne ou la colère. Bien trop généreuse parfois elle pourrait gratter un peu plus d'informations cependant.
Juste à voir le nez de Boston arriver presque comme un gros balourd vers la main de Muse, Zia rigole un peu, tentant d'empêcher l'étalon de ne lui croquer un doigt par inattention.
"Faut l'excuser, c'est encore un énorme bébé qui a grandit trop vite. Mais il est vraiment adorable et ne te fera jamais de mal. Il a plus peur de toi que tu ne peux avoir peur de lui."

Et la coach parle en connaissance de cause. C'est pour dire ! Quand elle commence à faire une petite séance de plat pour détendre les muscles de monsieur, au lieu de se décontracter et mâcher gentiment le mords il fonce les muscles tendus et la tête vers le bas en faisant ces quelques sauts de cabris. Il suffira d'apprendre un peu à le connaître à pied et un rappel à la voix le responsabilise déjà plus à cheval. C'est un grand cheval qui voue un grand respect à l'homme et à son entourage. Il a juste cet effet bébé non débourré parfois qui peut faire penser à un cheval furieux mais il est d'un tel équilibre qu'il faudrait vraiment être inexpérimenté pour tomber. Il mâche tout le travail et n'empêche pas sa cavalière de rester sur son dos.
"Au fait oui j'ai oubliée de te dire mais je suis disponible quand tu veux pour un cours que ce soit sur les terrains en herbe, les barres ou sur le carré. Que ce soir avec Boston ou avec un autre d'ailleurs."

Pas de pub ici non plus, ni d'incitation à la maniaquerie des proprios qui ne cherchent qu'à voir leurs élèves progresser avec leur cheval uniquement sous leur propre surveillance. Loin de là cette idée. Zia ne cherche juste qu'à mettre la jeune Muse à l'aise pour qu'elle ne manque de rien. Après tout elle était une élève aussi et il valait mieux commencer par être positive avec eux sinon elle part une nouvelle fois mal comme les semaines précédentes.
"Tu as une pouliche ? Quel âge a-t-elle ?"

_________________
"Tu m'avais dis m'avoir attendu trop longtemps. Où es-tu maintenant ?"
Zia Rockwell
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Date d'inscription : 04/02/2017

Messages : 19

Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: Re: #MUSE&ZIA - lead me out into the light
Dim 26 Mar - 14:24

lead me out into the light
I will hear their every story, take hold of my own dream, be as strong as the seas are stormy, and proud as an eagle's scream. I will ride, I will fly, chase the wind and touch the sky.


   
   
   

ft Zia Rockwell
486 mots
La blonde était intelligente, ou du moins très perspicace. Nayiminiaël n’avait jamais aimé les chevaux comme l’avait fait Orion, ou même comme le faisait sa petite demi-sœur. Pour ce que Muse en pensait, il avait choisi San Francisco Stable pour échapper à leur père, plus que par passion. Il avait les moyens et les capacités, mais il s’était certainement vite lassé.
Pour la jeune métisse, l’équitation était la preuve tangible qu’elle était toujours capable de faire quelque chose sans son bras gauche. L’esprit pratique de Naël lui avait servi, car il avait mis au point toutes les techniques dont elle usait pour pouvoir monter. Elle avait besoin d’être sur le dos d’un cheval pour être certaine que sa maladie ne l’arrêterait pas. Comme elle avait auparavant besoin de danser pour oublier ce père absent et cette mère disparue, qui avaient rempli sa vie de solitude.

Toujours aussi discrète, Muse se contente de hocher la tête avec un petit sourire amusé. Elle ne risque pas d’avoir peur d’un étalon pie aussi affectueux que Boston semble l’être. Avec le sixième sens qui caractérise ces animaux, la plupart des équidés la respectent, comme s’ils sentaient qu’elle est handicapée. Pour lui faciliter la tâche, en quelques sortes.
Mais dans le cas présent, l’américaine ne doute pas un seul instant que ce cheval est adorable, que ce soit avec elle ou avec le commun des mortels. Aussi, dès que Zia se permet de lui proposer de l’aide, elle saute sur l’occasion pour lui montrer qu’elle est réellement motivée. Toujours toute en retenue et en modulant sa voix à l’extrême, mais les petites paillettes noisette qui dansent dans ses pupilles sont le témoin discret de son enthousiasme.

Merci beaucoup, je n’hésiterai pas. Je suis encore débutante, et mon bras en écharpe ne m’aide pas à progresser très rapidement.

Elle jette un regard lourd de regrets vers son foulard qui, s’il est fait d’une soie tout ce qu’il y a de plus chère et élégante, ne peut malheureusement pas redonner vie à ces nerfs qui ont cessé de fonctionner. L’argent ne peut pas tout acheter, et l’héritière s’en est très vite rendu compte.
Elle retrouve cependant un sourire léger lorsque Zia l’interroge sur sa pouliche. S’il y a bien quelqu’un capable de lui arracher un sourire même lorsque sa maladie la maintient clouée au lit, c’est Chhaaya. La pouliche sauvageonne, chapardeuse d’oranges et douillette des oreilles. L’exact opposé du placide grand bai, gourmand de carottes. Mais exactement son portrait craché dans la confiance que l’un comme l’autre des équidés semble lui vouer.

Elle a un peu plus de 4 mois, c’est une Marwari que j’ai ramené d’Inde pour la faire vivre ici. Un peu sauvage, Boston va agréablement me changer d’elle.

Elle caresse distraitement le chanfrein blanc de l’étalon, qui avance de plus en plus son chanfrein vers elle pour en réclamer plus. A croire qu’il se nourrit de papouilles et d’eau fraîche…


Revenir en haut Aller en bas
Pro
avatar

Date d'inscription : 06/08/2014

Messages : 362

Age : 27

Localisation : France les gueux

Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: Re: #MUSE&ZIA - lead me out into the light
Mar 9 Mai - 17:05


Les yeux mi-clos, Zia pose son regard vers ces yeux qui s'endorment sous les caresses de Muse. Il était toujours aussi calme lorsqu'on pouvait l'aduler d'amour simple. Quand elle y repense, Zia n'avait jamais vu le demi-frère de la cavalière sur le dos d'un cheval. Il avait cependant et la compétence et les qualités nécessaire pour arriver haut ici mais il ne devais pas avoir atterrit là pour rien. Si la place avait été faite pour elle aussi, alors Zia sera toujours de son côté. De plus, la blonde ne pouvait vouer que de l'affection envers l'image familiale qu'était Nayiminiaël donc elle pourrait être tout aussi positive avec la petite Muse.

Un regard pesant vers son bras, Zia sait que tout ce passera bien. Elle doit être forte depuis des années pour supporter un tel handicap. Il n'y a donc aucune raison à ce qu'elle abandonne aujourd'hui. Et Boston saura sûrement lui remonter le moral avec son attitude d'enfant.
"A mon avis, il ne pourra que t'emmener plus haut. Et on peut toujours lui apprendre, il ne demande que ça."
Monter avec l'usage d'une main doit s'avérer compliqué. A partir du moment où un cavalier cherche à faire sa vie entouré de chevaux, la privation d'un membre quelconque qu'il soit inférieur ou supérieur peut stopper totalement les ambitions de celui-ci. Zia ne c'était jamais posé réellement la question mais de voir la jeune femme aussi démunie mais avec tant de courage face à elle, elle reprend espoir et sourit un peu. Comme quoi, les histoires des autres peuvent être bien plus tristes qu'on ne veuille bien le croire.

Une petite pouliche Marwari, la coach n'avait jamais eut l'occasion d'en voir un pour l'instant. Connaissant son penchant pour tout ce qui est bébé et débordant d'énergie et de mignon, Zia pourrait craquer devant un petit énergumène pareil.
"Je suis sûre qu'elle doit être mignonne au possible. Des seules photos que j'ai pu en voir, c'est toujours une race que j'ai apprécié. Ils ont une finesse un peu hors du commun. C'est beau à voir."
Elle rigole alors que le pie lèche le bout des doigts de sa nouvelle cavalière. Un peu collant aussi.

_________________
"Tu m'avais dis m'avoir attendu trop longtemps. Où es-tu maintenant ?"
Zia Rockwell
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Date d'inscription : 04/02/2017

Messages : 19

Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: Re: #MUSE&ZIA - lead me out into the light
Jeu 18 Mai - 17:03

lead me out into the light
I will hear their every story, take hold of my own dream, be as strong as the seas are stormy, and proud as an eagle's scream. I will ride, I will fly, chase the wind and touch the sky.


   
   
   

ft Zia Rockwell
440 mots
La jeune métisse doute fortement de pouvoir apprendre quoi que ce soit à Boston. Elle persiste à penser qu'elle n'a sa place dans cette prestigieuse académie que parce qu'elle a la chance d'avoir un porte-monnaie bien rempli. Elle paie sa place, celle de sa jument, et en échange la direction ferme les yeux sur le fait que ce n'est pas elle qui représentera bientôt l'équipe nationale d'équitation, même en handisport. Bien évidemment, elle ne demande qu'à progresser ; mais elle a assez peu confiance en elle-même. Quand on voit comment sa toute petite pouliche parvient à la mener en bateau... Sa gentillesse légendaire, qui peut tant plaire dans le monde des humains, ne porte malheureusement pas toujours ses fruits face à plusieurs centaines de kilos de muscles clairement hostiles.

Curieuse, Muse jette un regard sur Boston avant de demander naturellement à sa propriétaire.

Il a quel âge ?

De par la musculature et la croissance terminée, il ne semble pas particulièrement jeune. Il serait donc resté un grand poulain dans sa tête ? C'est fort probable. C'était ce type de chevaux qu'affectionnait particulièrement Orion, et quand il apprenait à monter à Muse, il n'utilisait que ces grands enfants. Il disait qu'ils étaient plus curieux, et qu'ils seraient moins rancuniers de son équilibre précoce et de ses mouvements, rendus étrangers à cause de son bras gauche inutilisable et plaqué contre son corps.
Peut-être Boston est-il effectivement le meilleur choix que la jeune américaine aurait pu faire. Seul le temps le dira. Et, malgré son manque cruel de confiance en elle, la jeune femme avait hâte de voir ce que ce temps avait à dire à ce sujet.
Elle ne peut qu’acquiescer à la remarque de Zia. Oh que oui, les Marwaris sont de beaux chevaux. Très différents des standards européens, qui aujourd'hui recherchent principalement des chevaux musculeux pour les concours.

La petite métisse sourit bêtement lorsque Boston commence à lui lécher la main. Pourtant, elle sort tout juste du bureau, il n'y a aucune raison pour que ses doigts soient couverts de sucre. Quand elle s'occupe de Chaaya, certes, le jus des oranges qu'elle utilise pour la calmer lui reste parfois sur le mains. Mais là, il n'y a aucune raison valable pour laquelle l'étalon pourrait la confondre avec une pierre à sel.

La race est utilisée comme cheval de charrue dans le pays. Ils ne sont malheureusement pas tous aussi bien proportionnés qu'on le croit ici. Ma jument, en plus, est nourrie au biberon, sera certainement plus petite et plus sèche que les standards de la race.

La lancer sur sa jument est certainement l'un des seuls moyens de faire sortir Muse de sa timidité maladive...


Revenir en haut Aller en bas
Pro
avatar

Date d'inscription : 06/08/2014

Messages : 362

Age : 27

Localisation : France les gueux

Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: Re: #MUSE&ZIA - lead me out into the light
Sam 3 Juin - 2:05


Boston avait de tout à donner mais pouvait aussi apprendre. Rien que part le fait que la métisse le monteras de manière différente que Zia lui demandera de l'application et donc de l'adaptation. Et rien que ça peut être une preuve encourageante pour prouver à Muse que tout pouvait aller dans le bon sens. Après, il se pourra que l'étalon décide de s'arrêter ou de faire sa tête de mule pour pouvoir donner plus de difficulté à la jeune femme. Il était du genre à tester ces cavaliers même si il y en a peu. Le grand enfant n'est jamais vraiment méchant mais donne souvent du fil à retordre et ne fera jamais en sorte de vouloir faire descendre le cavalier qu'il a sur le dos, misant sur tout l'équilibre du sien pour compenser.

"Boston à neuf ans et il a déjà acquis plusieurs bases et à de bonnes compétences à communiquer et perfectionner. Il se peut qu'il soit fainéant mais une carotte ou un peu de foin suffisent pour le soulever." glisse la brune en souriant, la main flattant l'encolure du pie encore en train d'écouter la conversation.

Il n'y avait pas à dire, la coach aimait beaucoup l'équidé qui venait enfin de rentrer son nez à l'intérieur pour gratter la couche de paille et repérer le meilleur endroit pour s'allonger comme un roi en plein milieu. L'heure de la sieste sûrement. Quand il est n'est pas hyperactif il reste néanmoins très serein et assez passif. C'est alors que la jeune cavalière se remit à expliquer le cas de ces fameux Marwaris et que la sienne, étant nourris au biberon, serait plus maigrichonne que ces autres. Au vu de la taille et du poids de cette jeunette, elle n'aurait aucun problème à ce faire autant du point de vue monté que travaillé ou autre. Si elle ne se trompait pas aux vues des photos qu'elle avait pu voir dans les magazines, les chevaux de cette race vont quasiment la taille de Boston mais ont une carrure complétement différente, ce qui fait leur popularité en plus de leurs oreilles en forme de lune.

"J'espère alors tomber un jour sur la petite tête de cette petite."

Montre au poignet et un coup d'œil vite fait. Déjà l'heure du déjeuné et bientôt l'heure d'aller en ville. Il va falloir repasser de la graisse sur les cuirs mais Zia a finit son pot la dernière fois et hors de question de laisser le temps passer, la coach préfère avoir un matériel bien propre et sans usure. Telle était sa devise et depuis des années elle avait ses affaires même avant d'acquérir Boston c'est pour dire à quelle point elle en prend soin. Repassant les dernière minutes en boucle, elle ne pense plus rien avoir à dire. Ah, si au fait.

"Je suis désolé je vais devoir partir. Si jamais tu as des questions ou autres tu as mon numéro. Si tu veux que l'on se voit pareil je suis disponible selon toi et tiens, je te donne une clef de mon casier au cas où tu veuilles te servir ou quoi Boston à différents mors au cas où et au moins tu as de tout. N'hésites pas à te servir !" s'exclame la brune en lui tendant une clef unique en fer.

La confiance est aveugle mais elle ne pouvait plus douter de la personne en sachant qu'elle était la demie-soeur de Nayiminiaël Dordwood. Du peu que la coach avait pu le connaître, c'était quelqu'un de différent qui lui avait marqué l'esprit. Quelqu'un de bien. Alors Zia en déduit que Muse devait être du même type, même sans avoir plus conversé avec elle. Elle ne semble pas agressive, de loin la pensée qu'elle puisse être mauvaise ou méchante. Alors tout était bon du côté de Zia qui finit par lui serrer la main gracieusement.

"Merci encore et bonne journée."

Un énième sourire généreux et la coach prend le pas vers la sortie des écuries et se diriger vers la cafétaria; histoire de se mettre quelque chose sous la dent avant d'aller se changer.

_________________
"Tu m'avais dis m'avoir attendu trop longtemps. Où es-tu maintenant ?"
Zia Rockwell
Revenir en haut Aller en bas


MessageSujet: Re: #MUSE&ZIA - lead me out into the light

Revenir en haut Aller en bas
 #MUSE&ZIA - lead me out into the lightVoir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Let Love Lead The Way [PV]
» Fiche technique ; Muse sait aussi se battre... Quand elle veut ... [EN COURS]
» MUSE
» Thalie, petite muse
» Un bon suicide lead ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 ::  :: Corbeille :: V.3-
Sauter vers: