Partagez | 
 les folies sont les seules choses que l'on ne regrette jamais ▲ MuseVoir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
avatar

Date d'inscription : 07/05/2017

Messages : 13

Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: les folies sont les seules choses que l'on ne regrette jamais ▲ Muse
Mar 16 Mai - 21:30


« les folies sont les seules choses que l'on ne regrette jamais. »
muse & athéna
Les paddocks étaient étonnement silencieux, il devait être vingt heures tout juste passé quand Athéna brisa ce silence, avec sa jument sur les talons. Elle allait passer la nuit dehors. La jument, hein, pas l'américaine. La journée avait été chaude et la brune avait laissé sa jument faire du gras dans son box climatisé, la laissant se goinfrer de foin et martyriser son pauvre voisin de box. Non pas qu'elle était asocial, mais elle appréciait imposer sa loi. Tout comme sa propriétaire en fait. Cette dernière avait profité de dormir la moitié de la journée, se remettant de la geule de bois de la veille avec plus ou moins de difficulté. A l'heure actuel, malgré le soleil qui commençait à se coucher, Athéna avait toujours ces ray-ban collé sur le nez. Le reste de sa tenue n'était pas vraiment recherchée à vraie dire, un jean's clair, assortis d'un débardeur zébré de gris, le tout trouvé un peu au hasard dans sa penderie. Ces longs cheveux bruns avaient été relevé en vrac sur son crâne, dans un chignon -mal- improvisé et heureusement que ces lunettes cachées les cernes qu'elle avait, car malgré le mascara et le trait d'eye-liner qu'elle avait mis, sa face ne ressemblait à rien aujourd'hui. Mais il y a des jours comme ça, ou peu importe ce qu'on fait, rien ne va. C'est en partie pour cette raison qu'Athéna n'avait rien fait aujourd'hui, tout entreprise aurait été un échec.

Et d'ailleurs, il n'y avait qu'à voir comment sa propre jument profitait de la situation. Elle trottait nerveusement sur les talons de sa propriétaire, marquant son impatience avec son encolure arquée et de puissants hennissement. Elle allait réveiller toute l'académie, à un détail prêt, que personne ne devait dormir à une heure aussi tôt. La plupart des paddocks étaient pris, ah oui, peut-être fallait-il qu'elle pose la question au directeur avait de s'en approprier un ? Elle allait régler ce petit détail demain, maintenant il était trop tard. Visant un paddock de libre, où la jument partageait seulement un pan de clôture avec son voisin, c'était parfait.

Rapidement, la cavalière amena sa jument à l'intérieur de l'espace clôturé, prenant le soin de bien refermer le paddock avant de libérer la jument de son licol en cuir. Cette jument serait capable de se tirer une fois lâchée si le paddock était ouvert, et il était hors de questions qu'Athéna use ces pumas suèdes à courir derrière sa jument, surtout pas ce soir.

Tiens, elle n'était pas la seule à avoir eut l'idée de mettre son cheval au paddock, ou plutôt une pouliche. Et avec ces oreilles recourbées, ça devait être une marwari. Plus choses l'étonnait. D'une, c'était plutôt rare comme race aux états-unis, et principalement en compétition, mais c'était aussi la taille de la pouliche qui l'intriguait. Elle semblait jeune pour être sevrée et elle n'était pas accompagnée de la mère. Et dernière chose qui l'intriguait, c'était qu'est-ce qu'un poulain fout ici ? On est bien d'accord, que c'est une école de compétition ? Le pôle élevage bla bla bla, elle en avait entendu parler mais ça lui semblait étonnement que l'académie produise un tel produit. N'y voyez aucun préjugé là-dedans.

Décidément, la curiosité était vraiment un des plus gros défauts de l'américaine, celle-ci attendit patiemment que la jeune femme ait lâcher son cheval pour aller s'appuyer contre le paddock de la marwari, pas loin de la supposé propriétaire. Et ça y est qu'immédiatement, Qaraïbe s'élança vers la clôture pour aller voir sa voisine, pauvre pouliche, l'isabelle n'était pas la copine de paddock de rêve. Sa jument arpentait déjà le bord de la clôture, les oreilles en arrières, à l'affût du moindre mouvement de la part de la pouliche.

« En vraie, elle est pas si terrible -elle pointa du doigt sa jument-, mais elle a du mal avec les nouveaux chevaux. »

Entrée en scène misérable, c'était la seule chose qui lui était venu à l'esprit. Et soyons indulgent avec la demoiselle, elle avait passé la journée à comater. Espérons que la demoiselle en face d'Athéna lui pète pas un plomb à cause de sa jument, pas toujours très sympa.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Date d'inscription : 04/02/2017

Messages : 19

Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: Re: les folies sont les seules choses que l'on ne regrette jamais ▲ Muse
Dim 28 Mai - 13:33

you gotta get back to beautiful
They say you're not good enough, you're not brave enough, you should cover up your body. Tell me, watch my weight... Why do we say this to ourselves ? And even worse to each other ?


   
   
   

ft Athéna Blackburn
625 mots
La journée avait été longue. Et difficile. Muse sortit de la berline noire avec un soupir de soulagement. La nuit n'était plus très loin ; elle qui s'était promis de rentrer avant le déjeuner s'était allègrement faite dépasser par les événements. Des contrats divers et variés, des différends avec les autres investisseurs... Et son frère, qui n'avait pas daigné paraître pour l'aider à s'affirmer. Elle y était parvenue - après tout, elle ne possédait pas 51% des parts de sa société pour rien - mais au bout de huit heures au lieu des deux prévues dans son emploi du temps.
Et, à seulement 18 ans, la riche héritière n'était pas encore habituée à ce marathon des affaires. Elle se sentait épuisée, vidée, lessivée. Et pourtant, plutôt que de se diriger vers son appartement, elle prit immédiatement le chemin des écuries pour y retrouver sa pouliche, qui avait malheureusement passé sa journée enfermée.

La jeune marwari, loin d'être heureuse de voir arriver sa propriétaire, manifesta son mécontentement en entamant une série de sauts de cabri, frôlant dangereusement les murs à chaque réception. Muse souffla : ce box était soit trop grand, soit trop petit pour sa pouliche à moitié foldingue. Elle parvint tout de même à entrer dans le box sans se faire décapiter au passage et, avec une demi-orange - elle n'avait pas eu le temps d'en découper les quartiers - elle réussit même à accrocher la longe au collier turquoise qui cerclait le cou de Chaaya.
Guidant sa pouliche, elle quitta l'allée, direction les paddocks. Sa tenue, qui lui avait semblé parfaite pour la tour d'ivoire dans laquelle elle s'était enfermée toute la journée, lui parut un peu décalée. Mais tant pis. Sa robe bleu lavande et ses sandales à talons compensés feraient l'affaire. Son bras gauche était, comme à son habitude, maintenu dans un foulard parfaitement assorti au motif floral de ses chaussures. Le diable est dans les détails.

Sa pouliche dansait au bout de la longe, et à peine Muse eut-elle détaché le mousqueton que la petite alezane partit comme une furie pour explorer les quatre coins de son paddock. Avec un sourire tendre, l'américaine observait sa petite alezane galoper sur ses pattes trop grandes, faire des dérapages plus ou moins contrôlés, et renifler le moindre bout de clôture qui lui semblait suspect. Elle était vraiment exceptionnelle, à sa manière.
Puis, vint le moment de s'intéresser à sa voisine de paddock. Une grande isabelle - grande étant tout relatif, Chaaya n'ayant que 5 mois, tout devait lui sembler grand. La pouliche se tenait à bonne distance, elle était téméraire mais pas non plus suicidaire. Elle ronflait, ses petites oreilles toutes recourbées pointées démesurément vers l'avant. Dans ces moments-là, son port de princesse ressortait, et s'il n'y avait pas eu la voix à côté d'elle, Muse serait certainement restée encore de longues minutes à contempler sa farouche alezane.

Un sourire effleura le visage de la métisse. Elle avait l'habitude des chevaux caractérielles, sa propre demi-jument lui en faisant déjà voir de toutes les couleurs. Tant que l'isabelle inconnue ne sautait pas par-dessus la clôture pour lui faire la peau, elle pouvait bien s'exciter tout son soûl.

Oh. Entre juments caractérielles, elles devraient finir par trouver un terrain d'entente.

Elle resta quelques instants silencieuse, observant Chaaya qui revenait doucement vers elle, sûrement intriguée par l'inconnue qui avait osé adresser la parole à sa propriétaire. Elle était un peu jalouse, sur les bords. Mais pour l'approcher, le seul et unique moyen était pourtant de se montrer à côté de Muse, la seule personne à qui elle faisait véritablement confiance.

Je m'appelle Muse. Et la princesse, là-bas, c'est Chaaya.

C'était exactement le qualificatif qui seyait à la petite pouliche, qui s'était à présent arrêtée face aux deux jeunes femmes, les jaugeant du haut de sa petite taille.


Revenir en haut Aller en bas
 les folies sont les seules choses que l'on ne regrette jamais ▲ MuseVoir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Les folies sont les seules choses que l'on ne regrette jamais † Ozvan
» ♚ Alex ~ Les folies sont les seules choses qu'on ne regrette jamais.
» Les folies sont les seules choses qu'on ne regrette jamais. [Arhan ♥]
» Tiphanie ✖ les folies sont les seules choses qu'on ne regrette jamais
» I swear that tomorrow, this will all be in the past [ft. Jamie-Rose]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 ::  :: Corbeille :: V.3-
Sauter vers: