Petit déjeuner au lit | Curare



 

Partagez | 
 Petit déjeuner au lit | CurareVoir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
avatar

Date d'inscription : 23/02/2017

Messages : 282

Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: Petit déjeuner au lit | Curare
Ven 23 Juin - 22:43

Petit déjeuner au lit

CURARE & MATT

Il n'avait été cloué à la maison qu'une journée entière et déjà il n'en pouvait plus. Il avait passé la nuit à se tourner et se retourner sous le coup de la douleur. Son bras brûlant entouré d'un bandage qu'il avait refait à plusieurs reprises découvrant sa peau ou plutôt ce qu'il en restait, brûlée par le macadam. Tel l'enfant hyperactif qu'il avait toujours été, il retrouvait les anciennes manies qu'ils avaient de chercher à faire tout et n'importe quoi pour s'occuper sauf que cette fois ci ce n'était pas les cris de ces parents qui l'arrêtait mes ses muscles douloureux. Il avait bien sur tenté de tricher en fumant mais son homme l'avait rapidement arrêter et il s'était retrouvé sevré une journée entière. Deuxième jour à la maison, la douleur s'était un peu atténuée mais elle persistait. Il avait simplement envie d'aller galoper dans les champs, de disposer du corps de son homme et de le sentir bien trop près du sien.
Se tournant et se retournant dans les draps, alors que son homme s'affairait ailleurs dans l'appartement en cette heure bien matinale.

Il lui aurait fallu des somnifères ou une puissante morphine, ou simplement le droit de fumer ou de bouger... Il exaspérait surement son homme à se comporter comme un enfant enfermé lors d'un jour de pluie, posant milles et unes questions, et l’embêtant à tout bout de champs pour une chose ou une autres. Et bien sur le tatoué était obligé de rester avec lui pour éviter toute bêtises de sa part. Il lui restait dans ces placards, une cartouche de 20 paquets de cigarettes acheté dans l'avion et à laquelle il ne pouvait pas toucher sous la surveillance de celui qu'il pouvait désormais appeler son mari. Ce matin, assis dans son lit, il jouait avec un briquet de son bras valide, s'amusant simplement à allumer la petite flamme avant de souffler sur celle ci pour l'éteindre et de recommencer encore et encore, le laissant crisser jusqu'à ce que son pouce lui fasse mal, se demandant ce que son homme pouvait bien fabriquer dans l'appartement alors qu'il était cloué au lit.


(c) Madouce sur Epicode
Revenir en haut Aller en bas
Hope
avatar

Date d'inscription : 11/08/2014

Messages : 456

Voir le profil de l'utilisateur http://minibn.tumblr.com


MessageSujet: Re: Petit déjeuner au lit | Curare
Ven 23 Juin - 23:06

breakfast at tiffany's
curare feodor ostrov & matt ostrov
Lorsque le letton passa la porte, les bras chargés d'un plateau qui menaçait de se renverser tant il était encombré, il eut une vue imprenable sur son homme qui, assit dans son lit, semblait... s'amuser ? Pour autant qu'il y avait quelque chose d'amusant dans un briquet. L'attrait de la flamme, peut-être ; mais à son souvenir, Matt n'était pas pyromane. Ceci dit, Curare ne pouvait pas comprendre : il n'avait jamais réussi à se servir d'un briquet. Il lui fallait ceux où il n'y avait pas la sécurité enfant, sinon il pouvait se laisser mourir de froid en pleine forêt. Littéralement.
Il poussa un soupir et leva les yeux au ciel. Son homme tournait en rond, il le voyait bien. C'était même pire que tourner en rond à ce stade, vu qu'il ne quittait la chambre que pour aller dans la salle de bains. Plus ou moins. Et encore. Un peu trop protecteur, c'était à peine si le letton ne le forçait pas à faire pipi dans une bassine. A peine.

Il s'approcha du lit, où il y déposa le plateau chargé. Jus de fruits, tartines. Lui, il était encore au chocolat chaud, d'autant plus qu'il savait que les moustaches que cela lui dessinait amusaient l'Australien, comme le grand enfant qu'il était. Qu'ils étaient, tous les deux. Même si en ce moment, l'homme cloué au lit brillait par son inventivité.
Tu sais trésor, je veux vraiment avoir des enfants avec toi... Mais parfois je me demande si t'avoir toi, ce n'est pas déjà avoir un enfant.
Mais il ne lui en tenait pas rigueur. Écartant le plateau vers la partie opposée du lit histoire d'éviter les catastrophes, le letton s'avança pour quasiment se coller au corps de son homme, et lui chipa son briquet d'un mouvement vif que l'Australien ne fut pas capable d'anticiper. N'ayant nulle part où le poser - et ne voulant surtout pas s'éloigner de son mari pour le ranger correctement - il le glissa sur le côté de son boxer, juste sous la ceinture pour le maintenir.
Puis, se moquant bien du ridicule de ce précédent geste, il se pencha délicatement, posant avec une infinie douceur sa main sur la hanche de Matt, là où il savait que la peau n'était pas trop meurtrie. L'autre main posée sur la nuque de son homme, il l'attira enfin à lui pour l'embrasser tendrement, comme redécouvrant ses lèvres après cette nuit où, sommeil oblige, il n'avait pas pu en profiter.
C'est injuste. Même tout abîmé, même les cheveux en pétard, j'arrive à te trouver beau. C'est franchement de la concurrence déloyale pour les autres.
Quoique. Il ne regardait plus les autres. Et ce depuis déjà plusieurs mois.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Date d'inscription : 23/02/2017

Messages : 282

Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: Re: Petit déjeuner au lit | Curare
Ven 23 Juin - 23:32

Petit déjeuner au lit

CURARE & MATT

Son homme réapprut les bras chargé d'un plateau de petit déjeuner qu'il apporta jusqu'au lit, prenant soin de le placer hors de portée pour ne pas le renverser alors qu'il lui volait son briquet pour le placer à la jointure de son caleçon, le simple lieu ou Matt avait envie de glisser ses doigts depuis de longues heures. Il sourit à sa remarque, il était un grand enfant, il ne pouvait même pas le nier, il se comportait comme tel :
- Sauf qu'avec moi, il y a des petits plus.

Un regard lubrique, les yeux brillants. Il savait pertinemment qu'il n'avait pas le droit et que son corps meurtris ne lui permettait pas vraiment ce genre de folie. Il ne parvenait toujours pas à comprendre pourquoi il avait voulu aller si vite jusqu'à se vautrer en beauté. Mais ce qui était fait était fait. A présent que le puissant relaxant ne faisait plus effet, il n'attendait plus qu'une chose c'était d'être miraculeusement guéri pour retourner vaquer à ses occupations.

Son homme semblait craquer doucement aussi puisqu'il se retrouva collé contre lui, une main sur ses hanches l'autre dans sa nuque. Il saisit le compliment sur son physique sans même se braquer. Il avait été demandé en mariage dans une tenue ignoble et un état lamentable, si il s'était vraiment arrêté au physique, il ne l'aurait surement pas fait et cela avait considérablement rassuré l'homme qui n'était vêtu que de son boxer pour une fois et du bandage qui descendait d'un bout à l'autre de son bras gauche. Il lui rendit son tendre baiser et lança doucement, le couvant d'un regard désireux et une léger sourire en coin sur le visage :
- Je soulèverai bien l'idée de me laisser fumer quelque chose de plus fort et potentiellement condamnable pour effacer efficacement la douleur et laisser mon corps à ton entière disposition mais je suppose que si je n'ai pas le droit à la cigarette, cette option est aussi à suspendre ?

Il pouvait toujours essayé même si il n'était presque persuadé que son homme ne le laisserait pas toucher à cela alors qu'il voulait l'éloigner de la cigarette. Quoique cette idée était bien trop tentante pour qu'il ne l'émette pas avec toute l'indélicatesse du monde.

(c) Madouce sur Epicode
Revenir en haut Aller en bas
Hope
avatar

Date d'inscription : 11/08/2014

Messages : 456

Voir le profil de l'utilisateur http://minibn.tumblr.com


MessageSujet: Re: Petit déjeuner au lit | Curare
Sam 24 Juin - 0:30

breakfast at tiffany's
curare feodor ostrov & matt ostrov
La remarque de Matt fit d'autant plus sourire le letton. Certes. Si c'était un enfant, ce n'était pas un enfant comme les autres. Il avait raison, au final. Mais il avait toujours raison ; Curare devrait s'y faire. Avec un tendre sourire, il rajouta un léger "Certains sont loin d'être petits, de plus..." avant de le rejoindre tranquillement sur le lit. Il jaugeait d'un œil gourmand le torse de son homme, qu'il avait l'occasion de voir nettement plus que d'habitude, puisque ce dernier était actuellement dans l'incapacité d'enfiler un Tee-Shirt. Et le tatoué se faisait un malin plaisir de lui faire croire qu'il n'avait plus aucun vêtement ample à lui prêter. Juste pour pouvoir l'observer encore un peu, à la dérobée.

Le plateau fut écarté, les corps furent rapprochés. Curare ne pouvait ignorer la lueur, bien connue, qui brillait dans les yeux de son homme. Ils passaient leurs nuits côté à côté, tous les deux presque nus, et pourtant... Trop effrayé à l'idée de blesser davantage son mari, qui était déjà suffisamment bien amoché à son goût, le tatoué restait sage. Comme une image. Mais il ne pouvait nier que ses derniers rêves étaient loin d'être racontables.
Néanmoins, la remarque de son homme le fit beuguer quelques instants. Il aurait pu mal comprendre mais... non. Son sourcil gauche se leva, en ce tic dont il ne parvenait toujours pas à se débarrasser quand il était surpris. Perplexe, même. Il ne savait pas quoi répondre à son trésor. Dans un sens, il ne cautionnait vraiment pas ce qu'il lui proposait de faire - et ses poumons étaient assez endommagés comme ça. Mais dans un autre sens... il ne pouvait mentir sur ce qu'il ressentait. Même si actuellement, c'était assez primaire, comme réaction.

Délicatement, il repoussa son homme pour l'allonger sur le matelas, réarrangeant les oreillers sous sa tête en un geste clairement trop protecteur, mais qui ne faisait que trahir encore une fois l'importance que Matt avait à ses yeux. Il hésita un instant à repousser les draps sous lesquels était encore à moitié enfoui son compagnon, mais il décida finalement de se glisser en-dessous, avec lui. Pas une seule parcelle de leur peau n'était au contact l'une de l'autre, Curare y avait veillé. Néanmoins, il permit à leurs lèvres de se rencontrer en un baiser qui, nettement plus passionné que le premier, faillit le faire définitivement déraper.
Si tu ne me penses pas capable d'effacer cette douleur avec mes faibles moyens de mari aimant, je te laisse carte blanche... Malgré tout ce que je peux dire, tu n'es pas un enfant. Pas sur ce terrain-là.
Il se dédouanait de tout choix et laissait Matt faire le sien. Ou comment éviter la difficulté.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Date d'inscription : 23/02/2017

Messages : 282

Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: Re: Petit déjeuner au lit | Curare
Sam 24 Juin - 0:54

Petit déjeuner au lit

CURARE & MATT

Le regard perplexe de son homme, le tira de sa soudaine torpeur. Il ne voulait par lui imposer cela si il n'y était pas d'accord. La drogue restait un sujet sensible pour beaucoup de monde et si il n'était pas à l'aise avec cette idée, il ne lui imposerait surement pas ça. Il l'allongea doucement sur le lit d'un geste protecteur. Il avait l'impression d'être un bibelot de porcelaine à ne pas casser et à protéger précieusement sur un écrin de velours. Il aurait tout donné pour sentir les mains puissantes le plaquer au lit, mais son épaule ne l'aurais sans doute jamais supportée. Le contact rompu des corps alors que la simple proximité demeurait, il lui accorda tout de même un baiser. Les paroles qu'il lança lui permettait de choisir l'option qu'il préférait. Bien sur il aurait voulu se lever et aller chercher ce qui lui permettrait de profiter pleinement de son homme. Mais, il ne voulait pas que cela joue en quoique ce soit sur le perception de celui ci.
Il se ravisa en lançant d'une voix douce :
- Je t'ai toujours dit que tu étais la plus puissante des drogues pour moi, et tu sais quoi, je me dis que je n'ai besoin que de toi.

Il l'embrassa délicatement et tendit son bras valide pour effleurer la cuisse de ce dernier et le rassura doucement comme pour achever de le convaincre :
- Promis, si ça fait mal, je te le ferai savoir.

Il savait pertinemment qu'il n'en ferait rien de peur de couper son homme dans son élan mais il voulait l'avoir contre lui, sur lui, en lui, tout ce qu'il voulait tant qu'il restait à une proximité bien trop indécante.

(c) Madouce sur Epicode
Revenir en haut Aller en bas
Hope
avatar

Date d'inscription : 11/08/2014

Messages : 456

Voir le profil de l'utilisateur http://minibn.tumblr.com


MessageSujet: Re: Petit déjeuner au lit | Curare
Sam 24 Juin - 1:08

breakfast at tiffany's
curare feodor ostrov & matt ostrov
Au grand soulagement du letton, Matt abandonna rapidement l'idée de troquer ses cigarettes contre ce qu'il devait garder bien caché dans un de ses tiroirs. Si Curare de s'autorisa pas un soupir de soulagement, il n'en pensa pas moins, et la semi-déclaration de son homme lui valut un deuxième baiser, moins puissant que le précédent, mais clairement tout aussi passionné. Tout en douceur, le tatoué commença à effleurer de son souffle les moindres parcelles du visage de Matt. Il remonta tranquillement, chassant quelques mèches rebelles du bout du nez pour accéder à son oreille, dont il mordilla tendrement le lobe avant de murmurer, d'une voix lourde de sous-entendus.
Si tu ne bouges pas de là, tu ne te feras pas mal... Et je pense être tout à fait capable de te faire plaisir même si tu restes là.
Un peu vantard, peut-être. Mais il aimait penser qu'il était le seul à pouvoir faire ainsi plaisir à son homme. Le seul à être maître de son plaisir de façon aussi parfaite. Le seul à pouvoir se trouver là, aujourd'hui, comme scellé à cet Australien par les anneaux qui les unissaient.
Il laissa tranquille cette oreille, et plus précisément l'intégralité de ce visage qu'il ne se lassait pourtant pas de voir sourire. Toujours sans le toucher, par de simples effleurements de son souffle qui se faisant de plus en plus court, le letton continua en explorant le torse de son amant. Les traces de brûlures étaient encore vives, et devant les frissons qui secouaient la carcasse de l'Australien, Curare eut un instant peur de l'avoir blessé. Dans le doute, il s'éloigna un peu, gardant une distance presque raisonnable entre leurs deux corps. Presque.

Un air malicieux affiché sur le visage, le letton commença, tout en effleurant le torse de son compagnon, partout où la peau était encore "normale".
Hum... J'ai peur de te faire mal, par ici. Il va peut-être falloir que je passe à certaines parties qui auraient pu être mieux protégées lors de ta chute, tu ne penses pas ?
Bien que Matt avait certainement saisi le sens de sa pensée, le letton décida de s'y mettre avec ses gestes. Plongeant tel un rapace sur l'entrejambe de son compagnon, le tatoué commença à embrasser nonchalamment le tissu du boxer, faisant semblant de se moquer de ce qu'il y avait en-dessous, mais revenant titiller l'objet de son désir bien trop régulièrement pour que tout ceci ressemble à du hasard...
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Date d'inscription : 23/02/2017

Messages : 282

Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: Re: Petit déjeuner au lit | Curare
Sam 24 Juin - 1:22

Petit déjeuner au lit

CURARE & MATT

Son compagnon s'approcha des son visage, effleurant la peau d'un souffle chaud et délicat, emplissant les poumons de Matt d'un air qu'il lui offrait, aux douces senteurs qui le caractérisait si bien. Bien mieux que n'importe quelle autre chose. Il l'enivrait. Il n'avait pas été dans un contact aussi intime depuis le jeudi précédent. Soit presque une semaine entière. Il le sentait jouer avec le lobe de son oreille, chose qu'il commençait de plus en plus à apprécier. Son corps se réveillait sous les baisers de son homme qui finit par descendre un peu plus bas, redessinant le torse, lui arrachant de grands frissons tantôt douloureux, tantôt désireux. Un bon prétexte pour cesser de se préoccuper de cette partie meurtrie de son corps et passer à la zone en dessous de la ceinture -bien moins endommagée- par un subtil sous-entendu. Il sentait les lèvres se poser nonchalamment sur le tissu. Bandant tous ses muscles, il se rendait compte à quel point il en avait besoin au quotidien.

Il effaça la douleur, fermant les yeux et prenant de grandes inspirations pour ne plus pensé qu'à l'homme niché entre ses jambes et qui le faisait languir en parcourant l'aine et les cuisses intactes pour en revenir toujours presque innocemment sur ce boxer qui masquait une partie qui heureusement, n'avait pas été touchée par l'accident. Ne pouvant se résoudre à mordre sa lèvre encore douloureuse pour étouffer les gémissements qui montait en lui, il ne pouvait que les laisser s'exprimer à leur guises. Il laissa sa main valide descendre jusqu'à son homme pour trouver place dans ses cheveux pendant un instant avant d'empoigner les draps sous une stimulation plus forte que toutes les précédentes. Il relâchait tout ce qu'il ressentait autour de cette poignée de draps et évitait ainsi de tendre les zones douloureuses de son corps pour ne plus que profiter de son homme.

(c) Madouce sur Epicode
Revenir en haut Aller en bas
Hope
avatar

Date d'inscription : 11/08/2014

Messages : 456

Voir le profil de l'utilisateur http://minibn.tumblr.com


MessageSujet: Re: Petit déjeuner au lit | Curare
Sam 24 Juin - 1:38

breakfast at tiffany's
curare feodor ostrov & matt ostrov
Et son homme, qui semblait vraisemblablement tendu après leur quasi-semaine d'abstinence, ne cessait de l'abreuver de gémissements toujours plus forts. Toujours plus sonores. D'ordinaire, Matt se retenait davantage, mais aujourd'hui le letton avait l'impression qu'il serait capable de lui faire crier son nom avec un simple baiser. Et cela lui plaisait. Voir ainsi son homme entièrement à sa merci, rendu presque handicapé par ses blessures et condamné à subir ses caresses et ses baisers. Oui, cela lui plaisait. Et le propre boxer du letton, qui commençait lui aussi à prendre mystérieusement quelques tailles en moins, ne faisait que le conforter dans cette idée.
Mais aujourd'hui, il s'occuperait uniquement du plaisir de son homme. Le sien viendrait plus tard, en temps voulu, et lorsque son compagnon serait rétabli. Pour l'instant, il voulait prendre soin de Matt. Et uniquement de Matt.

Il finit par ôter le boxer, s'amusant avec un sourire à cette fois-ci ne pas effleurer une seule parcelle de peau lorsqu'il fit glisser le tissu de long des jambes de son amant. Puis, taquin, il lui écarta légèrement les jambes, et commença à l'embrasser à l'intérieur, tantôt à gauche, tantôt à droite, en commençant par la plante du pied. Il avançait lentement. Il remontait avec la lenteur d'un fauve prêt à attraper sa proie ; et c'était tout comme.
A ceci près que, de longues minutes après avoir commencé son curieux manèges, de longues minutes après s'être repu des sons qu'était capable de créer son homme, le tatoué s'arrêta. Il s'arrêta à quelques millimètres à peine de la partie du corps de Matt qui semblait pourtant réclamer toute son attention. Il l'effleura de son souffle, il l'embrassa dans le vide, sans jamais toucher.
Le regard brûlant, il finit par relever la tête pour rencontrer les prunelles de son compagnon, qui avaient noircies sous l'effet du plaisir. Du moins espérait-il que c'était sous l'effet du plaisir, et pas de la douleur. Avec une voix qui sonnait presque comme légère vu la tournure des événements, le tatoué demanda
Hum... Je continue ? Ou je te laisse languir. Tu auras au moins une raison de bouder en ce début de journée, peut-être que ça t'occuperait un peu...
Bien qui se sentait lui-même incapable de s'arrêter et de laisser son homme en plan ainsi, il se tut, attendant une réaction, voir mieux, une supplication de son amant.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Date d'inscription : 23/02/2017

Messages : 282

Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: Re: Petit déjeuner au lit | Curare
Sam 24 Juin - 10:16

Petit déjeuner au lit

CURARE & MATT

Il n'avait presque aucune retenue sur les sons qui franchissaient ses lèvres, le boxer glissa sans même toucher sa peau alors qu'il perdait tout contact physique avec son homme. Un baiser sur le plante du pied le fit se tendre à nouveau alors que le tissu ne le protégeait plus. Il sentait les lèvres de son homme qui s'attaquait à la partie la moins abîmée de son corps. Découvrant chaque millimètres de la peau du corps tendu à l’extrême, et effleurant délicatement les quelques égratignures superficielles qu'il pouvait subsister ça et là.

Plus il se rapprochait de la source de toutes les tensions, moins Matt arrivait à contrôler les réactions provoqués par cette ascension vers le plaisir. Il tentait de ne pas contracter les zones douloureuses, laissant son bras intact et ses jambes le loisir de tout encaisser pour lui alors que des vagues de frissons déferlantes le secouait. Eenfin il s'approcha dangereusement du fruit défendu mais seul son souffle vint l'effleurer alors que son homme relevait la tête pour le provoquer.

L'australien n'était pas franchement en état de réfléchir, mais il savait pertinemment que si il arrêtait là, il serait intenable toute la journée, il reprit le souffle entrecoupé :
- Non .. Ne t'arrêtes pas ... Pitié Curare.. Je te jure de te laisser tranquille, mais continue..

Il fut interrompu par son propre gémissement, priant pour que cette phrase assez peu syntaxique achève de convaincre son homme.

(c) Madouce sur Epicode
Revenir en haut Aller en bas
Hope
avatar

Date d'inscription : 11/08/2014

Messages : 456

Voir le profil de l'utilisateur http://minibn.tumblr.com


MessageSujet: Re: Petit déjeuner au lit | Curare
Sam 24 Juin - 10:40

breakfast at tiffany's
curare feodor ostrov & matt ostrov
Sans grande surprise, le letton écouta son homme le supplier. Le laisser tranquille toute la journée ? Aussi étonnant que cela puisse paraître, cette idée ne ravissait pas le trop amoureux Curare. Il adorait s'occuper de son compagnon estropié. Même si celui-ci était parfois digne du cliché ambulant de l'enfant pourri-gâté capricieux, le tatoué appréciait indéniablement le fait qu'il doive être constamment présent pour prendre soin de celui qu'il aimait.
La veille, il avait simplement profité du fait que Matt était littéralement assommé par les médicaments pour sortir sa jument au pré et aller faire les courses. Il avait même mis Phoenix au pré aussi, combattant son aversion pour le grand gris, qui n'avait fait que danser au bout de la longe, à tel point que le letton s'était un instant demandé si ce cheval ne s'était pas trompé de vocation en choisissant l'obstacle. Il avait quand même tout du clown.

Mais sinon, il était resté près de son compagnon sans cesse. Vaquant à ses quelques occupations - le ménage et la vaisselle ne se faisaient pas encore tous seuls - et l'observant discrètement dormir lorsque les anti-douleur faisaient effet.
Donc il n'avait pas particulièrement envie que son compagnon le laisse tranquille. Néanmoins, avec un sourire lubrique, il finit par accéder à la demande de son homme. Embrassant délicatement l'une des parties qui, heureusement pour eux, n'avait pas été touchée par l'accident, il se fit tortueux et poussa le vice jusqu'à caresser son homme en même temps que ses baisers passaient au stade supérieur. Il avait cédé, et le plaisir que semblait exprimer Matt était la plus belles des récompenses.

Cependant, pris d'une inspiration divine - au moins - Curare stoppa brusquement toutes ses caresses. Se redressant avec un sourire carrément carnassier sur les lèvres, laissant son homme en plan, il se décala un peu et poussa le plateau du petit-déjeuner dans sa direction. Il s'était à peine écarté de quelques centimètres, mais c'était suffisant pour rompre le contact.
Ne parvenant décidément pas à se départir de son sourire, le letton ajouta.
Allez, mange plutôt. On a dit pas d'activité sportive, et au vu de ton état, tu as déjà outrepassé toutes les règles.
Il était cruel. Ô combien cruel. Mais le jeu en valait la chandelle. A savoir un homme qui, à défaut de s'énerver vraiment, serait très probablement frustré et transformé en véritable boule de nerfs.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Date d'inscription : 23/02/2017

Messages : 282

Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: Re: Petit déjeuner au lit | Curare
Sam 24 Juin - 11:28

Petit déjeuner au lit

CURARE & MATT

Les mains et les lèvres se retrouvèrent en un même point, poussant le vice un cran plus loin. Celles ci se firent de moins en moins sages à son plus grand soulagement. Basculant sa tête vers l'arrière, fermant les yeux et gémissant doucement des choses inaudibles. Alors qu'il arrivait presque à un point de non retour, il perdit tout contact avec son homme qui se retira de lui, un sourire digne d'un fourbe de dessin-animé alors qu'un grognement s'échappa d'entre ses lèvres. Il poussa le plateau vers lui, le priant de manger. Si il avait pu enfreindre toutes les règles, il l'aurait bien sur fait. Il n'avait qu'une envie et c'était celle d'être rétabli pour profiter pleinement de son homme.

Mais à l'instant il n'était que frustration, il peina à calmer son rythme cardiaque et à reprendre une respiration normale alors qu'il chassait les pensées bien trop explicites qui tournaient dans sa tête. Il lança d'une mine faussement boudeuse, regrettant presque de ne pas pouvoir croiser ses bras sur sa poitrine :
- Tu es conscient que je vais faire de ta journée, un enfer ?

Il ne pouvait pas la bouder longtemps et il était surement bien incapable de véritablement mettre en œuvre sa menace, mais il n'en resterait surement pas là. Il resta sage un instant, mais il ne le resterait surement pas très longtemps.

(c) Madouce sur Epicode
Revenir en haut Aller en bas
Hope
avatar

Date d'inscription : 11/08/2014

Messages : 456

Voir le profil de l'utilisateur http://minibn.tumblr.com


MessageSujet: Re: Petit déjeuner au lit | Curare
Sam 24 Juin - 11:48

breakfast at tiffany's
curare feodor ostrov & matt ostrov
Curare hocha la tête avec un immense sourire. Oh que oui, il savait que Matt ne le laisserait pas s'en tirer de la sorte. Et c'était justement tout le but de la manœuvre ; avoir un homme intensément frustré en guise de compagnon pour la journée. Sans se départir de son sourire, le letton s'imagina déjà devoir échapper aux avances plus ou moins camouflées de son mari... il risquait d'avoir beaucoup de lessive à faire. Et pas mal de ménage. Et pourquoi pas encore des courses ? Parce qu'en restant dans la même pièce et sur le même lit, la résolution du letton de faire languir son homme ne tiendrait pas plus d'une heure.
Pas plus de quelques minutes, même, à la vue du regard brûlant que lui adressait Matt. Le tatoué, prit en flagrant délit passionnel, ne put retenir un gémissement rauque. Il était tout aussi torturé que son compagnon. Et le baiser brûlant dont il ne tarda pas à le gratifier, menaçant au passage de vider le verre de jus d'orange sur la couverture, ne put que montrer toute l'intensité de son désir. Et son incapacité notoire à réussir à faire languir son amant plus de deux minutes.

Néanmoins, il s'écarta encore une fois de l'Australien. Il se passa une main nerveuse dans les cheveux, et laissa son regard errer sur le plateau couvert de victuailles puis sur son homme. Qui était au moins tout aussi appétissant.
Prenant un air lubrique qui allait décidément très bien avec le signe torride de cette matinée, le letton proposa à demi-mots.
Pourtant, Dieu sait que j'aimerais encore et toujours t'embrasser, te caresser, et te faire l'amour... Mais j'ai faim. Et je ne vois aucun moyen de faire les deux choses en même temps, donc il faut que je priorise.
C'était honteux, afin de clairement chauffer son homme, il lui faisait croire qu'un repas passait avant une séance de papouilles torrides et amoureuses. Mais il était presque fier de ses petites manigances...
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Date d'inscription : 23/02/2017

Messages : 282

Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: Re: Petit déjeuner au lit | Curare
Sam 24 Juin - 14:42

Petit déjeuner au lit

CURARE & MATT

Un simple regard brûlant lancé à son égard et un gémissement monta de la gorge du letton faisant à nouveau bondir le cœur de l'australien dans sa poitrine. Cette situation était tout simplement intenable. Un baiser tout sauf innocent fut déposé sur ses lèvres, manquant de renverser le plateau. Alors qu'il reprenait sa place, semblant hésiter entre le plateau et lui, passant sa main dans ses cheveux d'une façon que le brun appréciait tout particulièrement. Il n'avait pas réellement faim, cloué au lit depuis 2 jours, et sans pouvoir faire d'activité physique. Son compagnon le chauffait outrageusement et l'australien qui aurait très bien pu se vexer d'être moins attirant qu'un plateau de nourriture, décida simplement de rentrer dans son jeu en lançant d'un ton provocant.
- Tu sais.. Mon bras droit est intact lui. Si tu me laisses comme ça, il est possible que quelque chose d'autre que toi trouve le moyen de me faire gémir. Reste à savoir si tu resteras indifférent à ça.

Un sourire rieur au coin des lèvres. Il savait pertinemment qu'il ne parviendrait jamais à se faire autant d'effet que celui que les mains de son homme lui offrait. Il refoula une énorme bêtises qui venait de lui traverser l'esprit pour allier amour et nutrition, s'amusant lui même de ses pensées bien trop perverses pour son comportement de gamin. Un vrai paradoxe en soit.
Il glissa son bras valide sous la couverture pour effleurer son homme au niveau du boxer, sentant la bosse sur le tissu avant de conclure:
- Mais je pense qu'une partie de ton corps n'est pas d'accord.

Il retira innocemment sa main, se contentant de regarder son homme d'un regard rieur qui s'associait à son ton :
- Mais si tu as faim mange, ce serait bête que tu nous fasse un malaise.


(c) Madouce sur Epicode
Revenir en haut Aller en bas
Hope
avatar

Date d'inscription : 11/08/2014

Messages : 456

Voir le profil de l'utilisateur http://minibn.tumblr.com


MessageSujet: Re: Petit déjeuner au lit | Curare
Sam 24 Juin - 15:23

breakfast at tiffany's
curare feodor ostrov & matt ostrov
Le letton ouvrit de grands yeux effarés devant le sous-entendu gros comme une maison de Matt. A ce niveau-là, ce n'était même plus un sous-entendu : son homme venait clairement de lui dire que si lui ne lui faisait pas plaisir, il s'en chargerait tout seul. Pendant quelques instants, piqué au vif, Curare songea à céder. Il pensa à caresser à nouveau son amant, pour lui faire gémir son nom et être responsable de la moindre de ses réactions.
Et l'Australien qui venait effleurer son propre bassin, lui arrachant un petit cri et un mouvement immanquable. Ce serait mentir que de dire que lui n'avait pas envie de faire l'amour à son homme, encore et encore. Mais il devait le ménager, et l'énorme pansement, pas vraiment discret, qui enserrait son bras, sembla le décider. Il resterait sage. Au moins pour encore aujourd'hui.

Il chipa au passage le boxer de son compagnon, échoué entre les draps, et l'envoya valser au pied du lit. Avec un sourire immense, il expliqua
Je compte au moins profiter du spectacle tant que c'est encore possible...
Puis, il décala le plateau de petit-déjeuner entre eux deux, histoire de poser une barrière à la tentation. Gourmand et affamé, il commença à se nourrir de chocolat chaud et de pains au lait, son péché mignon le matin. Il poussa en direction de Matt le verre de jus d'orange qui lui était destiné, et c'est sans se départir de son éternel sourire heureux qu'il engloutit littéralement son repas.
Puis, alors qu'il débarrassa le plateau pour partir le poser en lieu sûr, c'est-à-dire sur le petit bureau de la chambre, son envie le reprit, plus pressante, plus intense. Il poussa un soupir devant la violence des réactions qui habitaient son corps. Et, trouvant la parade ultime, il s'approcha à nouveau du lit pour embrasser une dernière fois son homme avant de lui lancer, en guise d'excuse.
Il faut que j'aille rentrer ton cheval, je l'ai laissé la nuit au pré pour qu'il se dégourdisse les papattes.
Je reviens vite mon amour.
Faisant tout pour quitter cette chambre et son homme bien trop tentant, le letton s'habilla en quatrième vitesse pour sortir vaquer à ses occupations, loin de la vision bien trop érogène d'un Matt complètement lu dans leur lit...
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Date d'inscription : 23/02/2017

Messages : 282

Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: Re: Petit déjeuner au lit | Curare
Sam 24 Juin - 16:06

Petit déjeuner au lit

CURARE & MATT

Au vu du petit cri qu'il lui arracha, il crut un instant que le jeu était gagné. Et pourtant, son homme se montra bien plus tenace que lui et ramena le petit déjeuner entre eux, lui volant son boxer par la même occasion. Il le regarda manger gentiment alors qu'il buvait tranquillement son verre de jus d'orange qui apporta un peu de frais à son corps en ébullition. Il finit par se relever en l'embrassant, le laissant définitivement là avec ses hormones en ébullition sans rien avoir d'autre à faire que s'ennuyer sur son lit. Il sourit à l'idée de voir son homme s'occuper de son cher gris :
- Merci mon amour. Fais quand même attention à tes pieds, il est pas très sage en ce moment.



(c) Madouce sur Epicode
Revenir en haut Aller en bas
Hope
avatar

Date d'inscription : 11/08/2014

Messages : 456

Voir le profil de l'utilisateur http://minibn.tumblr.com


MessageSujet: Re: Petit déjeuner au lit | Curare
Sam 24 Juin - 16:52

breakfast at tiffany's
curare feodor ostrov & matt ostrov
L'air frais sur son visage permit à Curare de retrouver un peu ses esprits. Heureusement pour lui, son pantalon était assez ample, et il ne marchait pas comme un Cow-Boy. Et, vu l'heure matinale, pas grand-monde n'arpentait l'académie ; il passerait inaperçu, et personne ne saurait jamais qu'il venait de s'arracher avec la plus grande des difficultés au lit d'un homme qui le rendait fou. Au sens propre du terme ; il perdait la tête lorsqu'il était dans ses bras, et avec ça le contrôle sur toutes les parties de son corps. Surtout les plus primitives. Et bien que dans la chambre cela ne le dérangeait pas le moins du monde, c'était un peu plus compliqué à assumer en public.

Il se dirigea d'un pas rêveur vers le pré du grand gris, encore un peu planant après avoir touché le plaisir de si près. Heureusement, Phoenix était couvert de poussière et semblait plutôt enclin à rentrer après avoir passé une nuit dehors. Soufflant devant l'état de la robe de l'étalon, il se promit de le passer à la douche en début d'après-midi, quand la température se ferait plus chaude et que de l'eau froide ferait du bien au cheval. En attendant, il ramena le gris jusqu'à son box, s'assura que sa ration matinale avait bien été distribuée, et l'abandonna à son triste sort, clairement pas enclin à le câliner.
Il avait un étalon d'une toute autre espèce qui l'attendait... (:trigg:)

Il remonta, presque fébrile, vers sa chambre, se débarrassant sur le paillasson de ses bottes qui étaient déjà toutes poussiéreuses. Avec la chaleur qu'il faisait ici, tout était sec, et il avait parfois l'impression de se promener en plein désert tant il soulevait de matière à chacun de ses pas.
Il entra furtivement dans l'appartement, ne souhaitant pas être trop remarqué. Avec un sourire, il se dirigea vers leur chambre, déjà impatient de retrouver son homme alors qu'il l'avait quitté quelques dizaines de minutes à peine. Mais Curare s'arrêta net sur le seuil de la pièce, plus que surpris du spectacle qui se déroulait devant ses yeux. Bien que partiellement caché par les draps mystérieusement remontés jusqu'au bas de son ventre, Matt semblait avoir mis sa menace à exécution, et compenser charnellement le départ précipité de son compagnon.

Avec un sourire qui avait tout de l'homme satisfait qu'il était, le tatoué s'appuya contre le chambranle de la porte, toujours aussi silencieux, profitant malicieusement des gémissements de son homme qui, vu qu'il se complaisait à murmurer son prénom entre deux râles, ne semblait pas vraiment avoir remarqué son retour...
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Date d'inscription : 23/02/2017

Messages : 282

Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: Re: Petit déjeuner au lit | Curare
Sam 24 Juin - 17:13

Petit déjeuner au lit

CURARE & MATT

Matt s'enfonça encore plus profondément dans le plaisir charnel et solitaire. Son bassin se souleva, emmenant les draps avec lui dans un gémissement bien plus puissant, imaginent les doigts de son homme contre lui : - Curare.. Un instant, il ouvrit les yeux pour être sur que par la porte surement restée ouverte, personne n'était entré. Il découvrit son homme appuyé contre l'encadrement de la porte un sourire satisfait au coin des lèvres. Il attrapa le draps précipitamment et le fit remonter jusqu'à son torse comme pour se cacher, le rouge lui montant aux joues, honteux d'avoir été surpris dans un moment aussi intime. Il grimaça sous la douleur qu'avait provoqué ces soudains mouvements et se mit à fuir le regard de son homme. L'ascenseur émotionnel était puissant alors que la plaisir était sur le point d'atteindre son ultime paroxysme. Il finit par relever les yeux brièvement pour être sur qu'il n'avait pas rêvé ou qu'il n'avait du moins pas fait fuir son homme.

Mais ce dernier était toujours là, le regardant d'un air amusé devant son visage rougissant comme un enfant surpris à voler des bonbons mais dans des circonstances bien plus décalées. Comme lorsqu'il avait fait accélérer sa moto l'avant veille, il ne savait pas vraiment ce qu'il lui avait pris. Son corps lui jouait de vilains tours, toujours en recherche de compositions d'hormones qu'elle soit d'adrénaline, de dopamine ou de tout autre qui perturbait franchement sa raison pure. Il ne savait plus trop quoi dire et c'est ce qu'il tenta d'expliquer à son homme :
- J'aimerais trouver une explication valable... Mais là tout de suite, je trouve pas.

Il tenta de se sortir de là avec un petit sourire niais dont il avait le secret, ne sachant pas vraiment comment son homme allait réagir à ça.


(c) Madouce sur Epicode
Revenir en haut Aller en bas
Hope
avatar

Date d'inscription : 11/08/2014

Messages : 456

Voir le profil de l'utilisateur http://minibn.tumblr.com


MessageSujet: Re: Petit déjeuner au lit | Curare
Sam 24 Juin - 17:32

breakfast at tiffany's
curare feodor ostrov & matt ostrov
Un rire léger secoua tout l'être de Curare lorsqu'il vit son homme, clairement surpris, stopper toute activité. Ce dernier remonta le drap, au grand désespoir du letton, qui ne pouvait plus profiter de la vue si charmante de son homme qui, en plus d'être entièrement nu, se donnait du plaisir. En son honneur, semblait-il. Du moins, c'était ce que les gémissements tout sauf discrets de l'Australien semblaient lui faire croire.
Comme pris en faute, rougissant comme un adolescent que ses parents auraient surpris pour la première fois en rentrant brusquement dans la chambre, il se cachait sous les draps sans oser en ressortir. Et ce n'est que lorsqu'il tenta - sans grand succès visiblement - de s'expliquer que le tatoué s'avança enfin dans la chambre.

Sage - du moins en apparence - il s'assit sur le lit, assez éloigné de Matt. Ne se départissant pas de son sourire, il aida son homme à se trouver une excuse, autant pour le rassurer sur le fait qu'il trouvait ça parfaitement normal et naturel que pour lui réitérer une fois encore son amour.
Il me semble que tu compensais l'absence de ton mari qui, honte à lui, n'a toujours pas été fichu de trouver le courage de consommer ce récent mais pas moins merveilleux mariage comme il se doit.
Il se rapprocha en se décalant de quelques centimètres vers son homme avant de, taquin, tirer les draps vers le bas pour révéler à nouveau ce torse sur lequel il pourrait encore fantasmer longtemps. Il s'arrêta avant de dévoiler la fameuse partie du corps que Matt venait lui-même de stimuler, affichant un air clairement hilare devant la bosse qui se formait sur ce drap, pourtant correctement repassé. Mais, au vu de la propre tension dans son pantalon - moins visible mais tout aussi présente - c'était un peu l'hôpital qui se foutait de la charité.
Aussi, pour se faire pardonner cette moquerie qui n'en était pas une, le letton se pencha pour venir murmurer à l'oreille de son homme, d'une voix empreinte du désir qu'il avait décidé de ne plus cacher.
Alors dis-moi comment faire. Dis-moi ce dont tu as envie, mon amour.
Il était on ne peut plus sérieux. Il voulait que son homme, son mari, puisse profiter de ce qui lui faisait envie. De ce dont il avait besoin, pour ne pas rester une énième fois frustré...
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Date d'inscription : 23/02/2017

Messages : 282

Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: Re: Petit déjeuner au lit | Curare
Sam 24 Juin - 18:06

Petit déjeuner au lit

CURARE & MATT

Son homme s'approcha de lui en s'asseyant sur le lit, lui trouvant une excuse en se mettant en tort. L'australien répondit en riant :
- Si je n'avais pas voulu faire la course avec le vent, peut être qu'on ne serait pas dans cette situation.

Le tatoué s'approcha et tira doucement le tissu qui lui servait encore de frêle barrière avec le monde extérieur. Voyant la bosse se dessiner sous les draps provoquant une drôle de réaction chez son homme. Les corps devinrent bien trop proches. Le murmure sensuel qui gagne ses oreilles, manqua presque de terminer ce qu'il avait commencer une dizaine de minutes plus tôt. Toutes les possibilités défilèrent à une vitesse hallucinante :
- J'ai bien une idée..

Il fit glisser sa lèvre meurtrie entre ses dents, les pupilles empiétant franchement sur les contours noisettes, il chuchota en empruntant son ton à celui du ton letton, à l'oreille de son homme, comme si personne ne devait l'entendre :
- J'ai un petit faible pour ton côté dominant. Tu crois que tu peux faire ça sans toucher à mon épaule ?

Il ne désirait qu'une chose et c'était qu'il finisse ce que son homme et lui-même avait entamé. Égoïstement, puisque de son côté, il ne faisait pas grand chose.. Et il ne pouvait pas véritablement grand chose puisque chacun de ses muscles hurlaient à l'assassin dès que ses mouvements se faisaient exagérés. Sa poitrine se soulevait et s'abaissait bien trop violemment et son souffle était irrégulier au simple contact de Curare.


(c) Madouce sur Epicode
Revenir en haut Aller en bas
Hope
avatar

Date d'inscription : 11/08/2014

Messages : 456

Voir le profil de l'utilisateur http://minibn.tumblr.com


MessageSujet: Re: Petit déjeuner au lit | Curare
Sam 24 Juin - 19:57

breakfast at tiffany's
curare feodor ostrov & matt ostrov
Le letton frissonna lorsque son homme lui rappela à quel point il n'était pas passé loin de... pire. Pire que ses blessures, son immobilisation forcée, et les caresses qu'il était obligé de recevoir pour égayer un peu sa morne journée alité. Mais il se reprit vite, trouvait les mots justes pour dédramatiser un peu la situation, et éviter à Matt de trop regretter son acte qui, s'il était impulsif, n'en restait pas moins accidentel.
C'est certain. Je n'aurais certainement pas eu le déclic nécessaire pour enfin accepter de te donner cet anneau, et nous ne serions pas mariés.
Cette chute n'aurait pas eu que du mauvais. Et elle ne resterait pas teintée de mélancolie dans leurs mémoires, mais plus de bonheur et d'allégresse. En tous cas, le letton aurait tout essayé pour.
Les paroles de son homme le firent frisonner. Lui qui s'était pourtant promis de faire plaisir uniquement à son compagnon et d'oublier ses propres envies, il était on ne pouvait plus tenté. Mais, à l'évocation des blessures de son amant, Curare reprit ses esprits. Cela ne l'empêcha pas de se départir de son Tee-Shirt et de son pantalon, restant quasi-nu devant son homme, et trouvant comme unique excuse "Il fait trop chaud". il haussa les épaules, comme pour lui faire croire que c'était normal. Et en soit, c'était normal ; normal d'avoir autant envie de son homme qui était entièrement nu sous ses draps.

Avançant à la manière d'un prédateur, Curare grimpa à nouveau sur le lit, se positionnant à quatre pattes au-dessus de son compagnon et envoyant valdinguer le reste de draps vers le pied du lit pour avoir à sa disposition l'entièreté du corps de son homme. Le plus délicatement du monde, il releva la main encore valide de Matt au-dessus de sa tête, la plaqua contre l'oreiller et entrelaça tendrement leurs doigts. La main de Curare était ornée de cet anneau qui le galvanisait encore plus.
Oscillant du bassin, se rapprochant dangereusement de celui de Matt, le letton finit par se pencher une nouvelle fois vers l'oreille de son mari. Au passage, il lui vola un baiser, et embrassa les joues qui commençaient à devenir râpeuse sous la barbe qui repoussait. Avec un petit sourire, amusé par cette sensation, le tatoué lança, le ton lourd.
Et si je n'étais pas rentré ?... Qu'aurais-tu fait ?
Une allusion plus qu'indiscrète à la position pour le moins condamnable dans laquelle il l'avait trouvé quelques minutes plus tôt.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Date d'inscription : 23/02/2017

Messages : 282

Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: Re: Petit déjeuner au lit | Curare
Sam 24 Juin - 20:19

Petit déjeuner au lit

CURARE & MATT

Matt sourit lorsque son homme lui offrit sur un plateau d'argent le côté de son accident et il ne pouvait qu'approuver. Il le regarda se déshabiller devant lui alors qu'il prétextait la chaleur. Les draps tombèrent alors qu'il se retrouvait plaqué à lit. Relevant la main peu abimé au dessus de sa tête alors que les doigts s’entremêlaient d'une parfaite étreinte marquée par le froid de l'anneau qui ornait le doigt de son mari.

Le simple contact des deux bassins, le replongèrent immédiatement dans un état second. De doux baisers sur ses joues que le pourpre avait quitté et une voix murmurante parvint à son oreille. Il fit mine de réfléchit un instant :
- Si tu n'étais pas rentré ? Humm...

Il fit mine d'hésiter, puis adopta une voix qui se voulait traînante et lancinante mué d'un rauque bien trop subjectif qui montait dans sa gorge face au contact des deux corps :
- J'aurais surement continué. J'aurais continué à imaginer ton corps, à détailler le moindre des morceaux de peau que j'ai déjà si souvent imprimé sur mes doigts. J'aurai continué à imaginer tes doigts contre ma peau et ta tête au creux de mes jambes. J'aurais continuer à gémir ton nom jusqu'à ce que mon corps n'en puisse plus et rende les armes.

Il cueillit ses lèvres au creux des siennes et reprit doucement :
- Et j'aurais caché les preuves en priant pour que tu ne le découvres pas, simplement pour pouvoir te réclamer et sentir tes lèvres m’emmener jusqu'à l'extase.

Il n'y avait absolument plus rien d'enfantin dans ces paroles et il en était bien conscient. Mais c'était la vérité vraie et l'aboutissement de tout ce qu'il traversait désespérément son esprit torturé de ne pas pouvoir rendre la pareil à son homme.

(c) Madouce sur Epicode
Revenir en haut Aller en bas
Hope
avatar

Date d'inscription : 11/08/2014

Messages : 456

Voir le profil de l'utilisateur http://minibn.tumblr.com


MessageSujet: Re: Petit déjeuner au lit | Curare
Sam 24 Juin - 23:12

breakfast at tiffany's
curare feodor ostrov & matt ostrov
Son homme se laissa faire alors que Curare hésitait entre le traiter comme la plus fragile des porcelaines et le compagnon honteusement désirable qu'il était. Il décida finalement d'allier les deux ; après tout Matt n'était pas blessé de partout. Et certaines parties de son corps, heureusement intactes, intéressaient tout particulièrement le letton.
Son souffle se fit court, ses battements de cœur plus irréguliers alors que son compagnon lui susurrait ce qui n'étaient autre que des mots doux. Un peu crus pour certains, mais doux tout de même. Et, après que l'Australien se soit libéré de son honteux secret, le tatoué se pencha pour cueillir ses lèvres en un baiser qui ne mit pas bien longtemps à déraper.

Il hésita un instant sur la conduite à tenir. Son bassin qui oscillait au-dessus de Matt, les deux hommes étant dangereusement proches ne pouvait que l'inspirer. Malgré tout, le letton avait envie, à son tour, d'être responsable des gémissements de son homme. Il réfléchit encore pendant quelques secondes, qu'il mit à profit pour embrasser encore et encore les lèvres de Matt qui, confortablement allongé sous lui, ne semblait opposer aucune résistance.
Le regard du tatoué se posa sur les flancs de son compagnon, encore constellés de brûlures, coupures, et diverses autres plaies qui ressemblaient à des blessures de guerre. Soudainement inspiré, il se releva du lit, attrapa son Tee-Shirt pour en faire une sorte de turban, et intima à son homme de soulever légèrement la tête pour qu'il puisse lui bander les yeux. Il en profita même pour pousser le vice et lui murmurer un "Tu n'as qu'une main de libre, tu ne pourras pas défaire le nœud sans mon aide..." qui lui montrait bien qu'il attendait, tôt ou tard, une supplication.
Le plus tôt serait le mieux. Comme ça, il pourrait faire languir son compagnon autant plus longtemps.

D'un pas léger, Curare se dirigea vers la salle de bain, où le lavabo abritait toute une batterie de médicaments qui étaient prescrits à son homme pour les prochaines semaines. Ayant mis la main sur la pommade qui était sensée apaiser un peu la peau torturée de Matt, le letton fila à nouveau en direction de la chambre et de son mari, qui l'avait attendu sagement.
Délicatement, il enjamba te torse de son compagnon, et vint s'asseoir légèrement sur les cuisses de l'Australien. S'assurant qu'il ne le blessait pas, le tatoué commença ensuite par déposer un peu de crème sur ses mains et à les frotter l'une contre l'autre pour réchauffer un peu la substance légèrement glissante. Puis, avec toute la douceur du monde, il approcha ses doigts du torse de Matt, finissant par poser ses paumes à plat sur les endroits les plus abîmés.

S'amusant avec un sourire du petit sursaut de surprise qui anima le corps de son compagnon, la voix du tatoué retentit dans le silence léger de la chambre qui les abritait.
Allons bon. Tu frissonnes de la sorte quand c'est un médecin qui te soigne d'habitude ?
Il espérait bien évidemment que non. Juste pour la survie des médecins qui avaient pu toucher Matt dans un passé plus ou moins proche.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Date d'inscription : 23/02/2017

Messages : 282

Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: Re: Petit déjeuner au lit | Curare
Sam 24 Juin - 23:33

Petit déjeuner au lit

CURARE & MATT

Les bassins s'effleuraient avec douceur. Il avait l'impression d'être un bibelot de porcelaine. Son homme enroula son t-shirt autour de ses yeux. Cette pratique était l'une de celle qui plaisait à Matt, il ne savait plus ou était son homme et ne pouvait qu'être surpris de son contact. Celui ci se détachant de lui, il l'entendit marcher à travers la pièce puis s'asseoir sur lui à nouveau en prenant soin de ne pas lui faire de mal.

Il n'avait qu'une envie et c'était celle d'être guéri pour lui rendre la pareille de toute ce qu'il lui offrait. Il sentit soudain quelque chose de froid sur ses hanches, un frisson le parcourut soudain, sursautant légèrement. Se demandant un instant ce que son homme était entrain de faire. Ne sachant pas vraiment ce qu'il avait dan les mains. Il sourit face à la jalousie de son homme :
- Pas autant qu'avec toi en tout cas.

Son homme continuait à parcourir son corps abîmé de ses mains couvertes d'un produit frais. Matt dont le souffle se faisait court et saccadés lança :
- Bordel, je n'ai qu'une envie, celle d'aller mieux pour te rendre tout ce que tu me donne et même plus encore.

Il avait besoin de lui dire, besoin de lui montrer qu'il lui rendrait chacun des choses si agréables qu'il provoquait volontairement ou non. Il ne savait pas vraiment comment tout cela allait se finir, mais à cet instant, son esprit était embrumé de milles pensées, il ne savait plus vraiment ce qu'il voulait, pensant à son homme qui ne pourrait pas profiter de tout ça.


(c) Madouce sur Epicode
Revenir en haut Aller en bas
Hope
avatar

Date d'inscription : 11/08/2014

Messages : 456

Voir le profil de l'utilisateur http://minibn.tumblr.com


MessageSujet: Re: Petit déjeuner au lit | Curare
Dim 25 Juin - 0:30

breakfast at tiffany's
curare feodor ostrov & matt ostrov
Non, Curare n'était pas jaloux. Simplement un peu trop protecteur. Et il ne supportait pas l'idée que quelqu'un d'autre que lui puisse toucher Matt. Puis faire rire Matt. Puisse parler à Matt, presque. Mais quand même, il savait se militer. Plus ou moins. Même si ça allait certainement être encore plus dur maintenant que cet anneau et cette promesse les liait.
Quoique. Ce n'était plus vraiment une simple promesse. La veille, pendant que Matt sombrait lentement après avoir ingéré une dose de cheval de médicaments, le letton s'était rendu en ville, supposément pour y faire les courses. Courses qui s'étaient terminées à la mairie, avec un beau tampon et une jolie signature sur leur acte de mariage. Il l'avait rangé en arrivant et ne l'avait même pas encore avoué à son homme. Mais il était certain que celui-ci se moquait bien du côté administratif de la chose.

Il continua délicatement à masser son homme sous couvert de lui appliquer de la crème. Heureusement pour Matt, le tatoué avait quelques notions de massage, héritées de sa mère, qui avait toujours réussi à apaiser ses courbatures après ses longues journées aux champs. Il passait ses mains partout là où la peau avait été abîmée par la chute ; et même ailleurs.
Bientôt, les caresses vinrent s'appliquer autour du bas-ventre de son homme. Jusqu'à ses cuisses, l'intérieur et la peau si fine que Curare appréciait tant. Il tourna sur l'aine, avant de revenir furtivement au torse, reprenant comme si de rien n'était ses massages sur la peau endolorie.
Moi j'aime bien quand tu es comme ça. Tout à moi. Mon mari, à ma merci. Je t'assure, ça a son charme,
que je puisse en profiter ou pas.
Et, comme pour le lui prouver, il se pencha, venant titiller de sa langue le bord du bandeau improvisé, lui faisant croire quelques instants qu'il allait le lui retirer. Mais que nenni, il n'en fit rien et se contenta de reprendre sa place initiale, non sans lui avoir chuchoté un "Et puis, cette abstinence forcée ne pourra que jouer en ta faveur, crois-moi...". Le letton se connaissait trop bien, et il savait que la prochaine que Matt pourrait le toucher, il ne résisterait pas longtemps à ses charmes. Encore moins longtemps que d'habitude, ce qui ne faisait plus beaucoup de résistance...
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Date d'inscription : 23/02/2017

Messages : 282

Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: Re: Petit déjeuner au lit | Curare
Dim 25 Juin - 0:52

Petit déjeuner au lit

CURARE & MATT

Les puissantes mains venaient caresser son corps avec douceur. Étalant la pommade sur son corps abimé et meurtri. Il se laissait faire à la totale merci de son homme. Entre détente et excitation. La plupart des cicatrices étaient superficielles, et étaient presque refermées contrairement aux grandes et douloureuses sur son bras. Il le sentait divaguer à des lieux où ces mains n'avaient pas lieu d'être, et pourtant, il ne dit rien, simplement parceque tout cela lui faisait un bien fou. Il appréciait le contact des mains glissantes sur son corps. Alors qu'il pensait que son homme allait enfin mettre fin à tout cela à lui retirant le bandeau, il fut vite détrompé alors qu'il retournait plus bas sur son corps.
Il lui arracha un frisson alors qu'il caressait la peau si sensible. Il l'écouta lui parler. Il avait l'impression qu'il ne cesserait jamais de se tendre sous les paumes et les doigts.

Rien que l'idée de pouvoir faire de lui ce qu'il voulait l'emoustillait. Il se tendit sous les doigts froids de son homme. Sa main valide tenta de trouver son homme alors que ses yeux aveugles l'empêchait de voir ou ces doigts couraient. Il rencontra la cuisse de ce dernier, l'effleurant du bout des doigts, avant de glisser sur le côté, trouvant le tissu du boxer laissa sa main aller et venir sur ce dernier qui semblait contenir la passion de son homme pour lui. Il frotta ouvertement sa paume de main contre lui en murmurant comme si il savait si bien le faire un grand sourire aux lèvres :
- Oups.

Cela eut pour effet de faire redoubler les caresses qui en devinrent plus qu'intimes. Une nouvelle vague de tension et de gémissement s'installa dans son être et il se retrouva à nouveau cloué au matelas par une passion dévorante. Il était bien trop sensible, beaucoup trop sensible, il avait l'impression qu'il ne s'arrêterait jamais de réagir pour un rien.
En une fraction de seconde, il passa du faux tentateurs, au supplicié cloué avec son propre désir :
- Curare, s'il te plait...

Il s'interrompit dans sa phrase, un râle montant dans sa gorge. Son homme avait parfaitement compris et il le savait, mais il préféra terminer sa phrase :
- .. Je ne tiens plus..

Il ne tenait plus, la tension qui parcourait son corps était bien trop forte et il donnait là le dernier avertissement.



(c) Madouce sur Epicode
Revenir en haut Aller en bas
 Petit déjeuner au lit | CurareVoir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» [libre] Un petit déjeuner ?
» Nicholas a rendez-vous avec Noah pour un petit déjeuner, père et fils...
» Petit déjeuner studieux [Libre]
» " L'enfer, c'est les autres" Sartre (Dhaaarc ! DDF ? :3)
» Arrête-moi si tu peux [Pv Sarah Mann & Leroy Jethro Gibbs]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Paperasse :: Corbeille :: V.3-
Sauter vers: