Partagez | 
 Reprendre en "douceur"Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
avatar

Date d'inscription : 05/03/2017

Messages : 49

Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: Reprendre en "douceur"
Lun 29 Mai - 22:14


~Reprendre en "douceur"~
Mots : 2002

La grande porte des écuries s'ouvrit dans un vacarme. Tous les chevaux, sans exception, levèrent leur tête, oreilles en avant, guettant l'arrivé du visiteur. Bien sûr, cette petite personne, c'était moi... Donc seule une jument alezane au fond du couloir hennit en ma vue. Un vrai petit rayon de soleil mon égyptienne, même si en ce moment, un petit nuage ne serait pas de refus. Mais bon, malgré cette chaleur insoutenable, j'acceptai avec joie et honneur cet accueil chaleureux qu'elle m'avait faite. Je m'approchai d'elle doucement, présentant d'abord ma main, une fois ce premier contacte de fait, qui était important pour moi peut importe la relation qu'on a avec le cheval qui se trouvait devant nous, ma main passai sur son chanfrein pour glissai sur son plat de la joue droite et pour finir par flatter son encolure. Un délicat bisous volage posé sur son nez et me voilà en route vers les casiers pour chercher toutes les affaires nécessaires.

Après plusieurs aller-retours et un casier fermé a clef, j'ouvris la porte de son boxe et attrapai le licol en cuir noire avec sur un des montants de la muserolles, une sorte de petite plaque, tout fine, en or ou il y avait de gravé son nom. C'était peut-être sans originalité pour certains, mais j'aimais ce genre de chose, oui oui. Enfin, je le passai avec attention sur la tête de ma jument et d'un claquement de la langue, je l'invitai à sortir. Je l'attachai à la boucle de métal clouée à gauche de la porte. Je fouillai dans ma boite de pansage après la première brosse, que la brosse dure. Non, pas d'étrille américaine aujourd'hui, je la jugeais assez propre comme ça, puis si jamais, au grand jamais, il y avait une tache tenace qui serait apparue je ne sais comment, à ce moment là je m'en servirai. Effectivement, Osiris n'était pas sortie depuis la dernière fois que je l'avais brossée, elle serai sûrement énergique aujourd'hui, mais vu la chaleur torride qu'il y avait, ça ne sera certainement pas mal.
Je passai donc cette première brosse sur l'entièreté du corps de mon alezane brûlée. Elle avait chaud, très chaud... Je le sentais car je passais ma main après chaque coup de cette plaque en bois ornée d'une multitude de poils durs. Elle transpirait même déjà légèrement au niveau du poitrail. Ca sera donc une séance pas trop longue mais il ne fallait pas exagérer, elle sera faite à fond ! Je troquai la brosse dure pour la douce qui se passa encore plus vite que la précédente. Au niveau des pieds, n'en parlons même pas, c'était rare, mais ils étaient d'une propreté ! Un bon coup énergique de brosse sur chacun et c'était déjà fini ! Je fis en vitesse ses crins et sa queue. Place au sellage et bridage. Je déposai son tapis bleu claire un peu trop sur le garrot pour finir par le reculer jusqu'au bon endroit, cela permettait aux poils de bien se mètrent. Pas d'amortisseur, cela ne servait strictement à rien, à part péter le dos de son cheval, si la selle était bien adaptée. Je posai donc cette dernière, légère comme tout, avec une petite difficulté suite à ma taille. Mais bon, j'en était habituée... Je la sanglai en deux trois mouvements. Ce qui était bien avec Osiris, c'était qu'elle ne bronchait pas avec cette étape, enfin, elle ne plaçait juste que ses oreilles en arrière, point. Je pris ensuite son bridon. Au préalable, je défis son licol pour seulement le faire pendre à son encolure, même si ça ne servait à rien, je pouvais très bien la laisser en "liberté". Je fis passé les rênes au dessus de sa tête et plaçai ma main droite à droite de sa tête et tint avec le bridon. Avec ma main gauche, je lui présentai le mors. Un peu de résistance mais il passait généralement sans aucun soucis. Je réglai la sous-gorge et la muserolle, parfait. J'attrapai juste ses guêtres et avant de les faire glissai et de bien les serrer, je vérifiai qu'il n'y plus aucune crasse gênante ou voir blessante.

« Nickel ma grande, on peut enfin y aller ! »

Sur ce, je déposai mes affaires dans le boxe d'Osiris, même si les gens d'ici n'étaient pas du genre à voler ou autre, et je la détachai. Je ne tins même pas les rênes, je savais qu'elle allait me suivre. Et c'est sans aucun encombre que nous arrivions dans la carrière de saut. J'avais choisi d'aller à l'extérieur, car je me disais que s'il faisait chaud ici, il ferait sûrement le double à l'intérieur. De nouveau, personne dans la piste, à croire que tout le monde avait peur de moi, je ne voyais pas pourquoi. La possibilité la plus probable est qu'ils ont tous un horaire différent du mien. Je fis une sorte de nœud pas du tout serré à une barrière pour aller monter ma ligne sans présence "dérangeante" dans mon chemin.
Dix chandeliers, six barres. En faisant bien attention aux espaces pour les foulées, ça donne : Un vertical-saut de puce-une vertical-une foulée-une croix avec les taquets assez haut-deux foulées-un oxer. Ah, j'avais prévenu, j'allais faire une petite séance, mais une bonne séance. Je mis aussi un petit vertical isolé pour m'échauffer avec Osiris. J'allai retrouvai ma jument, je défis le nœud et grâce à un plot, je lui grimpai dessus.

« Et c'est partit mon kiki ! »

Je pris les rênes courtes et avec une légère pression des jambes, je demandai à Osiris de se mettre au pas. Je jouais un peu avec mes doigts, reprenant et relâchant régulièrement les bandes de cuir pour que ma jument vienne céder gentiment. Je fis quelques voltes, des doublés, des accélérations dans l'allure. Enfin, des petites figures pour qu'elle soit bien à l'écoute de mes aides. Après quelques minutes à cette allure, je la mis au trot avec une nouvelle pression de mes jambes. Et là, je voyais bien qu'elle n'avait pas été sortie. Une jument pleine d'énergie, avançant dans un bon bon trot malgré cette chaleur. Mais dans cet exercice, la vitesse était certes utile, malheureusement ça n'était pas la chose la plus importante j'avais envie de dire... Ce fut donc grâce à ma position, je me penchai en arrière, que je réussi à la calmer légèrement. Rebelote, je fis encore les mêmes figures que précédemment, voltes, demi-voltes,... Mais je rajoutai le travail sur un cercle que je réduisais petit à petit grâce à mes jambes et qu'ensuite j'élargissais de la manière inverse. Le but n'étant pas là de venir se plier à l'intérieur, mais juste qu'elle me réponde bien. Puis, je vins tranquillement sur la croix isolée. Première fois, ma jument s'arrêta au dernier moment devant l'obstacle. Cela me surprit car d'habitude elle ne me faisait jamais ça. C'était donc un petit peu frustrée que je la remis au trot, et avec une assez grande volte, me revoilà prête à aborder l'obstacle. Cette fois-ci, Osiris resta calme à l'entrée, dans le saut mais à la sortie, madame profita de son petit galop pour faire des coups de cul, montrant tout simplement qu'elle était contente. Mais de quoi ? De sauter, d'enfin galoper ou de tout ? Les deux réponses étaient forts bien possible, mais je ne m'y attardais pas trop, préférant la récupérer et la remettre sur le droit chemin. Habituellement, je l'aurais repassée au trot quelques minutes avant de la relancer dans son galop, mais avec cette chaleur - mieux vaut le préciser plusieurs fois - je n'allais pas le faire, la bobonne serait trop crevée seulement au début de la leçon. C'est donc dans un trot moyen que je revins sauté cette croix calmement, et cette fois-ci, sans encombre. Je décidai ensuite, après ce beau saut, d'aller faire ma ligne. J'avais déjà mis les deux verticaux ainsi que l'oxer sur un petit cinquante centimètres. Sur une grande longueur je me mis en trot assis et je reculai ensuite la jambe extérieur un peu plus en arrière. Douce pression et voilà Osiris dans un bon galop de travail. Je fis mon doublé et avant de rentrer dans la ligne, je la retins légèrement. Suspension. J'accompagnai ma jument dans ses sauts. Dès que j'en avais l'occasion, je me rassis pour l'aider à se remettre sur ses hanches. Et comme je me l'attendais, entrée et sortie propre. Osiris, était plus qu'à l'écoute. J'avais fait cet exercice beaucoup beaucoup de fois à la maison. Je le refaisais ici juste pour recommencer en "douceur" ici.
Je la laissai marcher rênes longues pour qu'elle puisse reprendre son souffle. J'en profité pour mettre les pieds à terre et de monter le deuxième verticale à soixante et l'oxer à septante-cinq. Je regrimpai sur Osiris grâce à mon ami le plot. Après ces dix minutes de marche, je repris les rênes en cuir et refermai mes dix doigts, lentement, dessus. Du pas, je réussis à passer au galop. Je dû forcer un petit peu, mais sans plus. Bref, je me lançai de nouveau sur la fameuse ligne. Je sentis Osiris sous moi, quand elle bandait ses muscles pour se préparer à sauter et puis, à sauter. Je l'accompagnai parfaitement bien dans le premier vertical, malheureusement, dans le deuxième, je m'étais pris un taxi. Rien de grave car ma jument, d'une extrême gentillesse, me pardonna cette faute. Et c'est donc normalement que l'on franchit l'oxer. Néanmoins, malgré sa grande énergie de départ, Osiris commençait à faiblir. Je choisis donc de faire la ligne une dernière fois avant de la laisser la dessus.

« Courage ma grande, dernière fois et c'est fini. Alors on ne se dégonfle pas ! »

Je lui tapotai l'encolure. Ma main collait. Effectivement, elle avait déjà bien travailler la grande. C'est alors une dernière fois que je la remis au galop sur un des grands cotés de la piste. Je fixai mes objectifs et au bon moment, tournais avec mes deux mains. Suspension, nous passâmes les obstacles d'un coup d'aile. Le vent sur le visage, qu'est-ce que cela faisait du bien. Je fis attention de bien la retenir avant les obstacles, mais toujours avec les jambes présentes, pour ne pas qu'elle me refasse un stupide refus... Je restai concentrée jusqu'au bout, ne la laissant pas couper la fin de la ligne comme une bourrine. A la dernière minute, je tournai à gauche. Je lâchai ses rênes, encore au galop, et la laissai descendre la tête pour relâcher son cou, ainsi que pour la laisser revenir au pas a son rythme. Et c'est alors, de nouveau au pas, que je quittai la piste, décidant de revenir défaire les obstacle plus tard.
Doucement, nous rentrâmes dans l'écurie, je l'arrêtai juste devant son boxe. Un. Deux. Je fis voler ma jambe droite par dessus son postérieur. Et dans un petit saut gracieux, je me retrouvai par terre. Je désanglai et débridai ma jument en un tour de main. Je retournai le tapis de sorte a ce qu'il puisse sécher. Puis, je regardai ma jument. Trempée de sueur jusqu'aux os.

« Bon, go à la douche ma grande, parce que là, c'est plus possible ! »

Osiris me regarda avec les oreilles en avant. J'avalai un rire. Désolé, c'était méchant, mais dans son état, cette tête était vraiment drôle. Je lui donnai des friandises aux fruits rouges, ce sont les préférés de la jument. Et c'est dans se petit moment d'amour que je lui mis son licol direction la douche. Le jet d'eau recouvrant tout son corps pour finalement retrouver une jument plus que propre et bien rafraichie. Qu'est-ce que je l'enviais. Bon, tant pis pour les barres, vite que je la remette dans son boxe pour que je puisse, moi aussi, profiter d'eau fraiche !
@CookieCat
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Date d'inscription : 23/02/2017

Messages : 291

Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: Re: Reprendre en "douceur"
Jeu 29 Juin - 20:47


Alors aujourd'hui c'est moi qui note Razz

Je suis désolé ça ne sera surement pas très long XD

Partie Préparation : Bon pour tout ça, c'est un peu toujours pareil ce que je vais dire. On voit que le caractère de la jument est respecté et que toutes les actions sont bien décrites de fait qu'on peut facilement visualiser la scène et même comment la jument est harnachée

Partie monte : Tout d'abord on a une partie échauffement plutôt bien décrite pas trop longue par respect de la chaleur et pas trop courte pour permettre de travailler les différentes allures et courbes abordées à l'obstacle par la suite.
Je trouve la partie travail de l'obstacle très intéressante puisque le côte "gymnastique" du saut de puce permet de bien développer la souplesse et de concentrer le cheval sur ses foulées et sur ses barres. On voit aussi une remise en question du cavalier et de sa position Wink
Le refus, les excès de joie, les questions du cavalier, tout cela apporte un bon réalisme à la séance ce qui est très agréable.

Le retour au calme et au box est détaillé de sorte à ce qu'on ne reste pas sur notre faim.

Très bon résu pour la grande, tu mérites tes points, hâte de la voir évoluer en parcours, cette drôle de demoiselle Wink

    +20 xp
    +20% confiance [Nono]
    + 20 obstacle

    - 10 Energie
    + 10 Moral

    MàJ sunny

Revenir en haut Aller en bas
 Reprendre en "douceur"Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Avant de reprendre son service.. [Pv Fabien]
» Poutine se prépare à reprendre le pouvoir.. pour longtemps!
» [Vidéo][Next Gen] Une introduction tout en douceur ...
» La douceur estivale d'une conversation jardinière [Katrina]
» C'est le grand jour ! ~ Nuage de Douceur & Pluie Torrentielle ~ [END]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 ::  :: Corbeille :: V.3-
Sauter vers: