Partagez | 
 Crown of Thorns - Cyan & ZiaVoir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Pro
avatar

Date d'inscription : 23/09/2014

Messages : 204

Age : 19

Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: Crown of Thorns - Cyan & Zia
Dim 8 Jan - 22:32




Zia Rockwell
448 MOTS

I wear my crown of thorns
and pull the knife out of my chest.



Encore une journée. Il n'y avait pas beaucoup de poulains, pour l'instant, alors Ciaran avait pas mal de temps libre. Il en profitait surtout pour travailler sa choupette de Holy Navy, et pour superviser tant bien que mal sa Keaweaheulu avec son bébé supersonique. Tout un programme, en soi, même si les deux chevaux semblaient s'être liés d'amitié. Et le bébé supersonique n'avait jusque là rien tenté de "plus si affinité" avec sa jument, donc tout allait pour le mieux. Ciaran profitait un maximum des structures de l'académie, autant que de ses journées d'ailleurs, et il prenait de plus en plus de plaisir à monter sa jument en western ces derniers temps. Le retour au pays lui faisait vraiment du bien, même si la famille espagnole de Kiwi avait été plus qu'accueillante.

Ce jour-là, il avait même prit le temps de passer à la cafétéria. Fini, les sandwichs pris sur le pouce, il voulait manger bien, manger mieux. Bien que faire attention à sa ligne ne soit pas du tout dans sa liste de priorité. Bien au contraire, en passant devant le buffet avec son plateau, il craqua littéralement sur tout ce qui se présenta devant lui. Il se retrouva donc, avec un air désolé de lui-même sur le visage, avec sur son plateau : une timbale de saumon, un feuilleté aux chèvres, une blanquette de veau, un hamburger maison, un peu de lasagnes, un fondant au chocolat, un tiramisu, une île flottante, et pour se donner bonne conscience une pomme. Les agents de service le regardait définitivement avec de grands yeux noirs, prêts à le découper en rondelle à la moindre remarque. Il se contenta donc de soigneusement fermer sa bouche en leur adressant un regard d'excuse, et s'éloigna vers une table à part, en sifflotant, comme de plus en plus souvent ces derniers temps.

Il sortit rapidement son téléphone, et, le sourire aux lèvres, envoya un petit sms à sa Kiwi. En espérant qu'elle ne faisait pas, une fois de plus, les 400 coups avec son Humminbird dans son dos, bien qu'il lui ait clairement spécifié qu'il voulait assister au moins aux dix premières séances qu'elle faisait avec son bébé supersonique. Pas qu'il voulait la corriger, ou la protéger, non, non ... Enfin, presque pas. Enfin, si, clairement, il était terrifié à l'idée qu'elle se rompe le cou, mais ça, il ne se l'avouait peut-être pas à lui-même. Il se contenta donc de se remplir un verre d'eau, et saisissant son couteau et sa fourchette, s'attaqua avec appétit au feuilleté au fromage de chèvre.
code par Junnie sur Apple-Spring Ҩ 2013
Revenir en haut Aller en bas
Pro
avatar

Date d'inscription : 06/08/2014

Messages : 362

Age : 27

Localisation : France les gueux

Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: Re: Crown of Thorns - Cyan & Zia
Dim 8 Jan - 23:07

Crown of Thorns
▬▬▬▬▬▬▬▬
ft. Ciaran A. Atkins & Zia Rockwell


Enfin de retour, et ce n'était pas plus pour lui plaire que pour lui déplaire. La coach faisait une sorte de come back aujourd'hui et elle avait à peine installé Boston dans son boxe de grand bébé à câlin qu'elle était partie enfiler un jean dans sa chambre qui avait demeurée inchangée depuis son départ. Bien que son lit fut refait par les femmes de ménages avant l'ouverture sans doute. Ce petit pincement au cœur lorsqu'elle rentre dans cette pièce lui fous les chocottes. C'est dingue d'avoir autant peur d'affronter la réalité comme elle à cet instant. Mais elle n'y pouvait plus rien, le journal avait parlé et maintenant, elle devra faire sans cette autosatisfaction lorsqu'elle croisera son regard. Ce regard qu'elle ne croisera plus d'ailleurs. Rien qu'à cette pensée, c'est carrément son estomac qui se retourne et elle a envie de vomir, subitement. La belle jambe tiens, vivre dans un endroit qu'on hait, plutôt pratique comme style de vie, non ?

Mais il faut s'aérer, se changer les idées. Ce ne sont pas ces cernes qui parlent pour la fatigue déjà présente mais plutôt son temps de réaction lorsqu'elle à le temps de penser à une chose jusqu'à le faire qui marque. Café. Il lui faut un café. Cafétéria. Vite. Ok, pas de panique Zia, la cafét' est juste un étage en dessous, on va y arriver plus vite que prévue si elle ne s'écroules pas en plein milieu d'un couloir.

A peine la porte de l'espace poussée, Zia se précipite vers la machine à café pour en tirer un café court et serré, il faut savoir se revigorer avec les bonnes choses et les bonnes et anciennes habitudes tout de même. Le temps que son breuvage divin se prépare, la jeune femme a le temps de regarder qui occupe la salle. Quelques élèves .. Des personnes encore inconnus. Du neuf, des gens neufs. De nouvelles personnalités à affronter. Bon, un bon point. Encore un léger demi-tour et elle aperçoit une tête familière. Ca commence par un C. Il était prof ou coach auparavant. Il doit toujours l'être d'ailleurs ... Ciaran ! Ciaran on sait plus quoi Atkins. Oui c'est ça. Super. Vive l'incruste.

Elle attrape son café à pleine mains et se brûle déjà avec les dernière gouttes qui tombent du distributeur. Et merde. Tant pis elle peut pas faire pire. Se dirigeant vers la table de celui qu'elle n'a vu qu'une minute dans sa vie, elle s'installe sans demander, lui lançant un regard généreux. "Merde tu vas manger tout ça ?" demande-t-elle les yeux grands ouverts, ébahit sur un plateau si remplit. Comment peut-on manger autant ? Il est autant épais qu'elle. "Tu vas pas te formaliser si je t'empruntes ça ?" Et elle lui pique son tiramitsu et une cuillère qu'elle prend sur une table d'a côté, propre aussi Dieu soit loué. Elle prend donc une bouchée et enchaîne avec une grande gorgée de café avant de s'affaler sur la table en soupirant. "Ahhh désolé Ciaran, je suis épuisée."

_________________
"Tu m'avais dis m'avoir attendu trop longtemps. Où es-tu maintenant ?"
Zia Rockwell
Revenir en haut Aller en bas
Pro
avatar

Date d'inscription : 23/09/2014

Messages : 204

Age : 19

Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: Re: Crown of Thorns - Cyan & Zia
Lun 9 Jan - 9:10




Zia Rockwell
528 MOTS

I wear my crown of thorns
and pull the knife out of my chest.




Le feuilleté était décidément délicieux. Le goût du fromage de chèvre était présent, et le feuilleté bien rempli. En trois bouchées, la première entrée avait disparue. Et Ciaran en goba tout jusqu’à la moindre miette qui avait osé tomber dans la petite assiette lors du crime.

Mais alors qu’il commençait tout juste l’entrée au saumon, il sursauta quand quelqu’un devant lui tira une chaise pour s’y affaler littéralement. C’était une femme au visage doux, au corps mince et aux cheveux d’un brun sombre. Zia Rockwell. Ciaran n’avait vraiment aucun mal à se rappeler d’elle, oh non, puisqu’elle avait participé à toute la manigance de l’attentat Keaweaheulesque sur sa personne. Ça, il ne l’oublierai jamais. Quand Kiwi avait joué à son petit jeu de quille, elle avait été la seconde à rentrer, après Narcyz. Et à poser sur le couple (qui n’en était même pas encore un, hélas …) un regard à la fois songeur et inquiet. Oui, bon, elle les avait franchement défendus devant Narcyz-le-sauvage, mais il ne l’avait guère croisée depuis, si ce n’était une fois à la cafétéria. Mais c’était encore une autre histoire …

Alors, quand elle s’assit devant lui, il l’accueillit avec un large sourire, heureux de la retrouver. Et même, heureuse de la retrouver saine et sauve. Tant de gens avaient péris … Il pinça des lèvres imperceptiblement, perturbé par cette pensée.
    Ciaran - Salut Zia !
Bon, il ne pouvait pas faire mieux. Mais déjà, la jeune femme qui semblait à la fois excitée et immensément fatiguée lui piqua son tiramisu, et il acquiesça avec un sourire, sourire qui disparut bien vite. Non pas qu’il lui en voulait d’avoir piqué volontairement sa nourriture –il en avait à revendre-, mais que son visage trahissait quelque chose de … D’étrange.

Sous ces yeux, elle portait deux valises, deux cernes presque violacées qui lui donnait un teint maladif. Et ses yeux étaient trop ternes, plus joyeux comme ils l’avaient été. Il pinça des lèvres, la regardant faire quelques secondes. Clairement, il s’inquiétait, et ce n’était pas sa mine étonné et perplexe qui allait dire le contraire. Finalement, il serra la mâchoire, et tendit le bras à travers la table pour saisir son poignet, alors qu’elle s’était déjà écrasée sur la table comme une mouette à qui on avait coupé les ailes, et la força à relever les yeux.
    Ciaran - Tu es sûre que ça va ?
Il n’avait jamais vraiment été très doué pour prendre soin des autres, enfin de ceux qu’il ne connaissait pas tant que ça. Mais cette femme avait eu l’air si épanouie, la dernière fois qu’il l’avait rencontré, alors que là … Là, ses yeux transpiraient la détresse. Et tout cela touchait beaucoup le jeune homme.
    Ciaran - Dis-moi ce qui ne va pas.
Et il se contenta de la fixer, droit dans les yeux, un air inquiet dans le regard, clairement prêt entendre tout ce qu’elle voudrait bien lui dire. Il n’était pas prêt de la laisser seule et moisissant dans sa solitude.


code par Junnie sur Apple-Spring Ҩ 2013
Revenir en haut Aller en bas
Pro
avatar

Date d'inscription : 06/08/2014

Messages : 362

Age : 27

Localisation : France les gueux

Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: Re: Crown of Thorns - Cyan & Zia
Lun 9 Jan - 19:06

Même mâcher convenablement était presque une épreuve. Mais pourquoi ça semble si dur aujourd'hui alors que c'était encore si simple hier dans l'avion ? Aaah mais pourquoi faut que ça tombe sur elle, un jour comme ça, où elle devrait être au top de sa forme. Même Ciaran ne lui dit rien lorsqu'elle lui dérobe le surplus de nourriture qu'il avait pu mettre sur son plateau. Il n'y avait plus un millimètre carré de plateau. Tout était recouvert de plats divers et variés. Un court instant, elle pense à ces pâtes carbonara qu'elle n'avait pas pu savourer un midi car il n'y en avait plus. Il devait en être la cause à aller se resservir tout le temps sûrement. Une loi devrait être établie pour le nombre de plats qu'on devrait pouvoir prendre et ingérer dans cette cafétéria. C'est illégal de manger autant que lui, vraiment.

Les pensées ailleurs, la tête dans les vapes, les yeux presque rouges et la tête en milles morceaux. Impossible de savoir à quoi elle pensait en ce moment mis à part dormir. Etant arrivée hier soir, elle a balancée sa valise et n'a pas pu se résoudre de dormir dans sa chambre et est restée près de sa fenêtre, avec une multitudes de bouquins près d'elle en cas d'ennuis. Et elle ne s'est pas ennuyé. En tout cas c'est ce qu'elle laissait paraître croire. Mais jamais une seule seconde de la nuit elle n'aurait pu s'endormir.

L'ancien prof ou coach allez savoir lui relève la tête. Non, pitié. La table avait réussie à être confortable pour une fois. Pas très professionnel de s'étaler ainsi devant tant d'élèves. Mais dans le fond, Zia s'en foutait. Elle n'allait pas dégager pour avoir faiblit un jour seulement. Et elle ne pouvait pas mentir face à Ciaran, même ces yeux criaient déjà à l'aide à la personne. Mon dieu, dans quel état devait être sa tête. Déjà moins pire qu'hier, c'était certain. Pour la suite, elle n'est plus trop sûre d'un coup et doute. Relevant la tête d'un coup comme une prise de conscience, elle se met presque à basculer sur le côté et soutient sa tête avec sa paume de main. Il faut reprendre du vif ma grande. Café.

Il semblait si intéressé par ton histoire mais tu ne raconteras rien. Pas aujourd'hui, tu ne le connais pas, il risquerait de balancer, qui sait ? Même en étant une histoire enterré dans le passé, on peut dire qu'il peut y avoir récidive, ce que Zia ne souhaite plus. Tout est finit maintenant, sa confiance aura été piétiné. "Je suis juste exténuée. Sûrement le décalage horaire." Ouh la sale menteuse, on va la clouer au pilori pour lui lancer de la nourriture de Ciaran à la figure !

Et d'un sourire compatissant, ou plutôt rassurant même, elle retire son poignet de la main de Ciaran, lui faisant comprendre qu'elle ne peut pas parler rien que par un regard et un léger sourire qui s'efface en une fraction de seconde, le regard presque à terre. "Comment va ta copine ? Keawhualu ? Kiwi ?.. Kiolutoyi .. Ta copine ?" Pas de fatigue, là c'est clairement sa mémoire qui lui fait défaut et il faut dire que c'est à la limite du prononçable !

_________________
"Tu m'avais dis m'avoir attendu trop longtemps. Où es-tu maintenant ?"
Zia Rockwell
Revenir en haut Aller en bas
Pro
avatar

Date d'inscription : 23/09/2014

Messages : 204

Age : 19

Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: Re: Crown of Thorns - Cyan & Zia
Lun 9 Jan - 20:10




Zia Rockwell
528 MOTS

I wear my crown of thorns
and pull the knife out of my chest.





Visiblement, Zia n’avait pas du tout envie d’en parler. « Juste exténuée » ? La bonne blague. Ah oui, c’est vrai, il était con. Ciaran fronça légèrement les sourcils, les lèvres pincées. Qu’elle ne veuille pas en parler, c’était son droit, mais qu’elle ne le prenne pas non plus pour un jambon hein. Piètre menteuse, la Zia, visiblement.

Mais il se tut. Sans doute à cause du regard timide, sensible, fragile qu’elle lui lança. Qui lui demandait de ne pas insister. Ses sourcils revinrent à leur position initiale, alors que ses yeux dardaient sur elle un regard toujours inquiet. Il ne la connaissait pas, mais elle avait l’air si mal. Et elle se libéra de son poignet. Et elle changea de sujet. Un bon moyen de lui demander de fermer sa gueule. Un mot de plus, sans doute, et elle s’en irait. Tiramisu ou pas.

Alors, quand Zia évoqua sa chère et tendre, Ciaran osa un petit sourire, en baissant les yeux d’un air gêné.
    Ciaran – Keaweaheulu.
Au fil du temps, son accent était presque devenu parfait. Il prononçait ce nom comme une mélodie, avec douceur, et ne put retenir un sourire, les yeux fixés sur sa prochaine bouchée. Il avala d’une traite la seconde entrée, avant de s’essuyer la bouche avec une serviette.
    Ciaran – Et bien, plutôt très bien ! On est rentrés de chez ses parents la semaine dernière.
Il goba une première bouchée de la blanquette de veau, qui était bien évidemment délicieuse. La viande fondait sur sa langue, et la crème était tellement douce … Son regard se perdit une seconde dans l’observation du comptoir des desserts, se demandant comment le cuisinier pouvait faire des trucs aussi simples, et pourtant si bons. Il revint finalement à ses moutons et fixa Zia droit dans les yeux.
    Ciaran – D’ailleurs, si t’as envie de sortir un peu, on pourrait très bien aller faire un tour ensemble, avec Kiwi, un de ces soirs. Si tu veux.
Bon. Il pouvait peut-être faire ça pour elle, même s’il doutait qu’elle accepterait. Il la dévisagea, et se remit à manger.
    Ciaran – Et puis, tu devrais croiser Kiwi plus souvent, maintenant ! Elle a fini ses études, et est palefrenière ici, maintenant.
Son plat de banquette fut bientôt vide, et il s’attaqua, avec envie, aux lasagnes. Il faisait de son mieux pour lui proposer son aide. Il ne la connaissait pas beaucoup, alors il essayait comme il pouvait.

code par Junnie sur Apple-Spring Ҩ 2013
Revenir en haut Aller en bas
Pro
avatar

Date d'inscription : 06/08/2014

Messages : 362

Age : 27

Localisation : France les gueux

Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: Re: Crown of Thorns - Cyan & Zia
Jeu 12 Jan - 17:45

Eviter le sujet était la meilleure solution pour ne pas s'écrouler sur place après tout. Toujours en se demandant pourquoi une chose aussi étrange qu'elle puisse être la dérange, la retourne à ce point là. Elle envisage presque de prendre un appartement en ville pour le coup. Son indépendance se devait plus forte que tout et tout les mauvais souvenirs resteraient dans cette pièce de l'académie. Cette chambre au fond du couloir, cette chambre avec cette plaque placardée sur le haut de la porte. Cette chambre au fond à gauche de l'académie de San Francisco serait enfin du passé.

Il ne semble pas perturbé, enfin ne semble plus l'être. Un bon point déjà. Elle déteste le genre de personne qui cherche à s'apitoyer sur le sort des autres. S'apitoyer c'est pleurer inconsciemment pour celui qui cherche à ne pas le faire. Et justement le visage de Ciaran semblait pleurer un instant avant qu'elle lui dise limite de se taire. Il n'y est pour rien après tout. "Désolé." S'excuser de le voir s'inquiéter, quoi de plus banal. Tout le monde agit ainsi mais même ces excuses la dérangerait presque du fait qu'il ne devrait pas être dans un état pareil.

Keaweaheulu. Un nom du pays de l'Est sûrement. Déjà qu'elle suppose que le sien n'est un peu plus original que la moyenne, mais celui de la copine d'Atkins semblait bien plus recherché déjà. La rencontrer ? Enfin elle veut dire, encore une fois ? Pourquoi pas mais l'impression de déranger par une sortie serait de trop. Il ne doit pas non plus faire un effort pour elle. Zia à toujours apprit à se débrouiller seule sans les autres, ça ne sera pas aujourd'hui parce qu'un ancien collègue lui propose qu'elle sortira pour se changer les idées. Surtout qu'elle, elle est seule. "Oui bien sûr ça me ferais plaisir." argumente-t-elle d'un sourire léger après une énième bouchée de tiramistu qu'elle a achevé en quelques morceaux.

Dur de dire non, même si Zia se supplie intérieurement, tout le contraire à finit par sortir de sa bouche. Sûrement que sa conscience ne veut plus teinter sa veste tâchée pour vexer une personne de plus. Qui plus est une connaissance qu'elle a juste défendue au biais d'un passage rapide dans une pièce. Elle pense même qu'elle avait toujours ignoré le nom de Keaweaheulu, même si elle avait maintes et maintes fois tenter de l'apprendre. Aujourd'hui, elle aura apprit un mot.

Se ressortant de ces pensées, le regard dans le vide, Ciaran se remet à parler. Concentration s'il te plaît. Finir ces études .. Ah oui elle était élève ici. Nous avons affaire à la plus étourdie des coach aujourd'hui messieurs dames, elle en oublie quasiment son prénom. Une gorgée de café va la réveiller. "Son travail lui plaît alors ? Si elle est revenue c'est qu'elle doit déjà un peu être à sa place." Les demandes sans raisons, il doit bien s'en fiche de savoir si elle était déjà bien avant. Il fallait juste qu'elle trouve un travail, elle a juste pu en trouver un dans le domaine qu'elle aime et près de son copain. La bile dans la gorge, Zia peine à finir son café.

Tout sera trop dur à encaisser visiblement, il faut vite se ressaisir. Le travail est plus important que ces petites peines de cœur. Après tout, personne n'était au courant et le regard de Ciaran lui implorait encore de tout raconter. Il semblait si heureux, lui. Quelle était la clef de son bonheur ? Sa copine et son cheval bien sûr. Alors juste ça ? "Lev est mort."

_________________
"Tu m'avais dis m'avoir attendu trop longtemps. Où es-tu maintenant ?"
Zia Rockwell
Revenir en haut Aller en bas
Pro
avatar

Date d'inscription : 23/09/2014

Messages : 204

Age : 19

Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: Re: Crown of Thorns - Cyan & Zia
Ven 13 Jan - 10:07




Zia Rockwell
600 MOTS

I wear my crown of thorns
and pull the knife out of my chest.



Ciaran sentait bien que quelque chose n'allait pas. Le regard fuyant, les lèvres soudées dans un mutisme, l'esprit visiblement perdu bien loin de leur discussion. Quand elle s'excuse, le jeune homme lui lança un long regard interrogateur. De quoi s'excusait-elle, si bas ? De ne pas vouloir parler ? Et bien, elle n'avait pas à s'excuser de ses choix. Mais était-ce vraiment un choix, que de ne pas en parler ? Peut-être ne pouvait-elle tout simplement pas ... Ciaran ne la connaissait pas suffisamment pour le savoir, et il se trouvait le cul assis entre deux chaises. Soit il insistait, soit il abandonnait l'idée. En fait, dans les deux cas, il avait peur de faire le mauvais choix. En fonction des personnes, l'un était mieux que l'autre. Toutefois, la jeune femme se renfermait bel et bien sur elle-même, la mine déconfite, surement à intérioriser des pensées trop peu agréables.

Alors sa réponse le laissa dubitatif. Se forçait-elle ? Peut-être bien. Il se contentait de soutenir son regard, pour essayer de chercher quelque chose qui pourrait le guider. Son regard, certes triste, n'appelait pas à l'aide, loin de là. Elle avait une sacrée force morale, la jeune femme.
    Ciaran – Visiblement. Elle a l'air de se sentir bien.
Mais à peine eut-il laissé ses mots s'échapper de sa bouche, il s'en mordit la langue. Et aller, il enchaînait connerie sur connerie. Bien évidemment, dire à une femme à moitié dépressive que les autres s'en sortent mieux, c'est pas très intéressant. En tout cas, pas si l'objectif était de lui remonter le moral.

Mais la phrase suivante tomba comme une sentence. "Lev est mort." Sentence irrévocable, et lourde de sens. Mort. Parti. Décédé.
Le regard un peu perdu, Ciaran mit quelques secondes à resituer le Lev en question. C'était un élève qu'il avait croisé dans ses cours, avant de partir en Espagne. Au tout début, à son arrivée même. Un élève comme les autres selon lui, et indéniablement riche. Et visiblement, le poids que portait Zia sur ses épaules était le deuil de cet élève.

Les pensées de l'homme furent tout de suite confuses. Elle pleurait la mort d'un élève ? Etaient-ils proches ? Avaient-ils un lien quelconque ? Une même famille ? Ou alors, le connaissait-elle depuis longtemps ? Ou alors, pire, étaient-ils plus que ça ?
Dans tous les cas, l'air hagard de la jeune femme ne laissait décidément rien présager de bon. Il se mordit la lèvre, impuissant face à tout ça. Il ne savait vraiment pas comment réagir face à cette femme qu'il ne connaissait que trop peu. Il ne savait pas s'il devait pleurer, ou bien se montrer ferme. Mais ferme, il était incapable de l'être, à cet instant. Bien qu'il n'ait pas connu l'individu en question plus intimement qu'un simple bonjour dans les couloirs, la tristesse de Zia était pire que contagieuse. Il pinça donc des lèvres, et se leva soudainement, incapable de se dire à lui-même ce qu'il faisait. Et, faisant le tour de la table en deux enjambées, sous le regard étonné des personnes assises aux tables voisines, prit Zia dans ses bras, la forçant presque à se relever. Il allait peut-être s'en prendre une, peut-être se voir insulter de tous les noms, mais lui voulait juste lui proposer une présence rassurante, peut-être. Et, fermant ses bras autour d'elle, il se tut, en la pressant légèrement contre lui.

code par Junnie sur Apple-Spring Ҩ 2013
Revenir en haut Aller en bas
Pro
avatar

Date d'inscription : 06/08/2014

Messages : 362

Age : 27

Localisation : France les gueux

Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: Re: Crown of Thorns - Cyan & Zia
Ven 13 Jan - 15:57

Non elle ne se fichait pas de ce que Ciaran pouvait bien lui dire. Même sa copine qu'elle ne connaît que très peu l'intéresse tout autant que quelqu'un d'autres. Ce couple est très touchant d'ailleurs et le fait qu'ils soient restés ensemble même si il y avait la contrainte prof/élève est vraiment attendrissante. Le fait qu'ils aient construits leurs avenirs ensembles est vraiment adorable et la coach les a toujours respectés même si leur peur de se faire prendre la main dans le sac était remarquable.

Aujourd'hui, ils sont heureux. Alors Zia ne pouvait que l'être pour eux également. Elle n'allait pas pleurer pour leur bonheur d'ailleurs. Mais à cet instant, Ciaran tente de ramasser les morceaux perdus que Zia a laissé sur sa route pour reconstruire le peu qui lui reste. La connaissant, cette passe va durer quelques jours et puis elle reprendra du poil de la bête, se dira que ce n'est pas grave et que la vie continue, mais la confiance qu'elle voue aux hommes en particulier ne sera plus jamais la même. La blonde à toujours eu une peur bleue de l'abandon et de la violence. Ayant déjà vécut la seconde catégorie étant plus jeune, voilà qu'elle se retrouve dans la première. Pas très glorieux ni chanceuse, la petite.

Plus de café mais il fallait dire que Ciaran lui faisait un peu remonter la pente. Enfin jusqu'à ce qu'il la fixe, les yeux presque écarquillés par ce qu'elle venait de lui avouer. Bon, ce n'était pas forcément la meilleure solution visiblement et elle regrette presque de lui avoir dit mais pourquoi se taire alors qu'il avait vu que rien n'allait ? Et voilà qu'il se lève. Il se tire ? Non, que fait-il ? Zia sent soudainement des bras l'entourer et des regard de jeunes cavaliers les fixer. Et merde elle n'avait rien vu venir pour le coup, comme si elle c'était endormie un instant avant ça.

Gênée, elle ne sait pas encore trop comment réagir et analyse la situation. Un homme qu'elle ne connaît quasiment pas la tient dans ces bras, signe sûrement de réconfort et il semble vouloir être une épaule pour pleurer. Or, elle ne pleurera pas. Euh ... C'est un peu la panique dans la tête de la blonde là. Comme un girophare rouge qui tourne et clignote au beau milieu de son crâne, signalant une alerte imminente. Réagis bon sang ! "Ciaran je .. Merci." Elle ne peut rien sortir de plus et le repousse gentiment, non pour le vexer mais comme pour lui dire qu'elle n'a pas besoin de ça. Il était adorable et très généreux mais Zia n'était pas du genre câline non plus lorsqu'elle a besoin d'aide. Ses yeux lui indique tout de même le plus grand des merci encore une fois et elle sourit, légèrement mais c'est un sourire véritable. Il aura réussit une belle chose aujourd'hui.

_________________
"Tu m'avais dis m'avoir attendu trop longtemps. Où es-tu maintenant ?"
Zia Rockwell
Revenir en haut Aller en bas
Pro
avatar

Date d'inscription : 23/09/2014

Messages : 204

Age : 19

Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: Re: Crown of Thorns - Cyan & Zia
Sam 14 Jan - 10:32




Zia Rockwell
564 MOTS

I wear my crown of thorns
and pull the knife out of my chest.



Ciaran n'avait rien calculé du tout. Il n'avait pas prévu de prendre cette femme dans ses bras, d'essayer de la rassurer à sa manière, un tant soit peu. Il se sentait profondément ridicule, et lorsqu'il l'étreint, il ne voulut que lui réchauffer un peu le coeur, lui signifier qu'il était là, qu'il comprenait sa douleur. Car oui, il la comprenait. En tout cas, il essayait vraiment de la comprendre.
Se pressant contre elle, il la sentait à la fois infiniment forte, et terriblement fragile. Cette femme qu'il n'avait vu qu'une fois, il se l'était toujours imaginé tête haute. Et la voir défaillir ainsi, devant quelque chose d'aussi fort que la mort d'un être proche, le troublait beaucoup. Il ne savait vraiment pas quoi faire d'autre ...

Mais déjà, Zia rompait leur étreinte. Bien évidemment ... Il n'était qu'un inconnu. Un bougre d'inconnu, pas foutu d'aligner deux mots rassurants. C'était terrible, d'être aussi impuissant ... Même le petit "Merci" qu'elle lui lâcha ne suffit pas à éclaircir ses doutes. Il naviguait en plein brouillard. Tout était terriblement complexe. Il s'éloigna donc d'elle, presque à contre coeur. Cette étreinte n'avait rien eut de magique, certes, et n'était vraiment pas comparable à celles que lui offrait Keaweaheulu, mais il ne savait tellement pas quoi faire d'autre ... Il se contenta de pincer des lèvres, et de murmurer vaguement un "Ca va aller" peu convainquant.

Alors qu'il allait se rasseoir, en silence, une femme s'approcha, l'air morose, et, faisant claquer sa langue, lui jeta un regard froid. Et, après un charabia incompréhensible où il ne comprit qu'une chose, qu'ils devaient se dépêcher car il fallait libérer des tables, elle repartit d'où elle était venue. Complètement troublé, Ciaran en avait perdu l'appétit, à vrai dire, et se contenta d'essayer d'esquisser un sourire à peu près convainquant, tandis qu'il tendait l'île flottante à Zia.
    Ciaran – Tu m'aides à finir ?
Oui, bah, bon, hein, il n'avait définitivement pas trouvé mieux que ça. Lui-même enquilla son repas en une minute à peine, juste le temps de se reprendre. Et un vrai sourire, franc, était réapparu sur son visage. Il était bien décidé à égayer un peu Zia. La sortir de sa routine morose. Alors, se levant pour débarrasser son plateau, il revint rapidement vers la jeune femme pour attraper sa main, et lui lâcher un clin d'oeil.
    Ciaran – Allez, viens, on va faire un tour !
Sans son accord, il la traîna aux détours de l'académie, à travers les couloirs, comme un gamin trop heureux d'aller jouer. Il serrait d'une main sa sacoche et de l'autre traînait tant bien que mal Zia. Ils s'éloignèrent bien vite de la cafétéria, et grimpèrent les étages les uns après les autres. Jusqu'à, bien sûr, atterrir sur le toit. Un coin qu'appréciait vraiment Ciaran. D'ici, ils surplombaient vraiment tous les parcs alentours, et avaient une vue imprenable sur la ville. Sur la ville, sur le parc national et ses falaises aussi. C'était vraiment magnifique, et Ciaran avait de nombreuses fois esquissés les traits de ce paysage extraordinaire. Alors, les yeux brillants, tout sourire, il se tourna vers Zia, guettant sa réaction.



code par Junnie sur Apple-Spring Ҩ 2013
Revenir en haut Aller en bas
Pro
avatar

Date d'inscription : 06/08/2014

Messages : 362

Age : 27

Localisation : France les gueux

Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: Re: Crown of Thorns - Cyan & Zia
Lun 16 Jan - 18:38


Elle ne pouvait pas faire mieux pour l'instant. Mais elle se jurait intérieurement qu'elle irait mieux, et qu'elle le lui prouvera un jour. Elle leur offrira un dîner pour lui et Keaweaheulu. Qu'ils puissent être à deux. Même si la contrainte d'argent n'est sûrement pas un problème pour eux, elle leur devra bien ça un jour ou l'autre. Même si sa tentative avait quasiment échouée, il sembler lui rester un espoir au fond de son crâne, bien enfouie et son regard s'illumina presque.

Elle n'était pas la fille la plus convaincante du monde non plus et ne le sera jamais mais Zia ne cherche juste pas à l'être le moindre du monde. Toute personne qui la voit pourrait se douter que quelque chose ne va pas et elle s'en doute bien. Mais rien ni personne ne peut l'aider sauf elle-même pour le coup. En abaissant le regard, elle découvre cette île flottante qui n'attends qu'une chose, qu'elle disparaisse et Ciaran lui demande déjà se l'aider à finir. Son ventre lui hurlait de ne rien faire et attendre la fin mais sa tête, contrainte d'être bien trop gentille avec lui l'obligea à finir entièrement cette coupelle où il ne resta plus rien à la fin.

A peine finit que Zia ne comprends plus rien. Elle se retrouve propulsée vers l'avant presque obligée de courir avec Ciaran pour qu'il l'emmène "faire un tour" ? Pardon ? Mais où ça ?! Elle n'a plus le temps de demander maintenant, c'est décidé, ils couraient. Mais qu'est-ce qu'il lui passait par la tête enfin ? Des dalles, des marches en bétons, une porte et là voilà lâchée en pleine nature sur le toit de l'académie. Elle qui n'y avait encore jamais mit un pied auparavant. Le souffle coupé, elle à besoin d'avaler sa salive à plusieurs reprises pour bien comprendre ce qu'elle faisait ici. En s'approchant du bord, elle s'appuie sur un petit muret qui doit être sûrement là pour empêcher les tentatives de suicides. C'était une vue magnifique.

"Je cherche toujours à savoir pourquoi ça me touche autant. De savoir qu'une personne de plus dans mon entourage ne devrait pas autant m'affecter. Et pourtant je suis là pour la première fois de ma vie à me morfondre pour quelqu'un que je ne devrais pas regretter. Dis, Ciaran. Si un jour Keaweaheulu partait, que deviendrais-tu ?" Balancer autant d'un coup, elle manque d'air. Comme si on lui comprimait la poitrine, une larme coulant sur sa joue qu'elle efface immédiatement. C'est égoïste et totalement absurde de lui dire ça, surtout très méchant, mais elle avait besoin d'un avis.

_________________
"Tu m'avais dis m'avoir attendu trop longtemps. Où es-tu maintenant ?"
Zia Rockwell
Revenir en haut Aller en bas


MessageSujet: Re: Crown of Thorns - Cyan & Zia

Revenir en haut Aller en bas
 Crown of Thorns - Cyan & ZiaVoir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» i wear this crown of thorns upon my liar's chair + godric
» ⊱ THE CRIMSON CROWN.
» ~La vie de Cyan, journal~
» Guilty crown
» Nell Cyan Simonns - terminé

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 ::  :: Corbeille :: V.3-
Sauter vers: