Partagez | 
 Come home | MATTVoir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
avatar

Date d'inscription : 23/02/2017

Messages : 289

Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: Re: Come home | MATT
Dim 19 Nov - 19:45

Come Home

CURARE & MATT


L'australien habité par un panne indescriptible d'émotions se laissa emporter par de long mouvements d'allers et venues. A son plus grand soulagement, l'information qu'il laissa échapper fourbement sembla passer inaperçue ou en tout cas ne lui valut pas une nouvelle défilade frustrante. Il s'adonna à la prendre très loin, à le combler de la meilleure façon qu'il le pouvait. Lui prouver qu'il ne s'était pas tromper en lui offrant une nouvelle sa confiance, en lui laissant une nouvelle fois le pouvoir de le toucher de la sorte et de lui faire plaisir. Étrangement c'est à cet instant qu'il prenait conscience de la chance qu'il avait d'avoir un tel homme. Il n'avait jamais eu de relations si longue, si intense.. Une fraction de seconde et tout redevenait parfait, absolument parfait. Un léger bruit de tissu lui fit comprendre que son nœud de fortune ne tiendrais pas bien longtemps si tenté qu'il soit encore d'actualité. Sa langue épousa parfaitement la courbure du corps de son homme alors qu'il se détachait de lui un court instant. Le cœur au bord des lèvres, la poitrine haletante, la peau brûlante, il contempla sans trop réagir le corps qui s'échappaient de sous ses lèvres pour exposer les hypnotisantes nuances de noirs et de gris que formaient le terrifiant crâne qui ornait son dos. Il épargna son mari du poids de son propre corps mais pas l'action de ses mains qui épousèrent la colonne vertébrale jusqu'à la chute des reins, regrettant presque de ne plus voir les joues empourprés et les pupilles dilatées de son homme. Si l'australien peinait à reprendre son souffle, il tenta de ne pas le montrer, reportant son attention que le corps nu et offert, portant ses mains encore plus basses, cherchant à créer un nouveau point de tension dans ce qui semblait déjà nu flot d'hormones ininterrompu, oubliant que lui même était douloureusement à l'étroit. Il voulait lui rendre ce qu'il avait pu lui donner, complètement hors du temps, il ne savait plus tellement combien de temps il se passa alors que ses mains se promenaient machinalement cette zone si intime et si délicate qu'il avait la chance de se voir offrir et s'ouvrir sous ses doigts. Son esprit se laissait aller à la divagation, il était long, trop long, surement, les yeux soudain plongé dans le vide, planant un instant dans un autre monde. Il reprit ses esprits, posant ses lèvres sur le dos de ce dernier pour y placer un baiser tendre. La phrase prononcé par la voix à demi étouffé dans l'oreiller était en boucle tournante. Il hésitait franchement sur la marche à suivre. Lui faire plaisir simplement ? L'australien se tortilla un instant sur lui, se débarrassant d'un tissu superflu qui le gênait encore, une simple caresse raviva la flamme déjà ardente. Laissant ses doigts s'échapper de leur prison étroite -et doré- il s'attarda malicieusement sur le périné avant de mettre fin à son supplice.

Se noyant dans les réactions pures et simples que le letton laissait transparraître alors qu'il s'était abandonné généreusement à lui. Habituellement sur la retenue, il était rare de le voir s'abandonner si honteusement à son doigté et à ses lèvres. Et ce fut bientôt plus encore alors que l'australien dépourvu de toute forme d'habillement se penchait au dessus de lui pour l'embrasser délicatement près de l'oreille, remplaçant ses doigts par quelque chose d'autrement plus conséquent. Un sifflement s'échappa d'entre ces lèvres alors qu'il étouffait un juron. Retrouvant cette sensation d'emprisonnement, de chaleur intense alors qu'il semblait se trouver un instant enfermer dans une cellule exiguë du paradis. Comme si c'était sa première fois, il eut presque l'impression que le flot d'hormones et de frustration accumulé allait précocement le faire abandonner la partie avant même qu'elle n'ai commencé. Son souffle se fit rauque et sa respiration encore plus irrégulière, une quinte de toux retenu le fit se tendre franchement et asséner un coup de reins plus fort que les autres. Le rouge aux joues, les yeux brillants, les dents mordillant la peau des épaules de ce dernier, il glissa une main sous son ventre le poussant à se redresser et à creuser le dos pour une satisfaction de plus. Dans une étreinte si charnelle, la passion et la bestialité se battait en duel pour l'emporter alors que l'australien se trouvait comblé.

(c) Madouce sur Epicode

_________________
I wouldn't change a thing about it
This is the best feeling This innocence is brilliant I hope that it will stay This moment is perfect Please don't go away I need you now And I'll hold on to it Don't you let it pass you by
Revenir en haut Aller en bas
Hope
avatar

Date d'inscription : 11/08/2014

Messages : 462

Voir le profil de l'utilisateur http://minibn.tumblr.com


MessageSujet: Re: Come home | MATT
Dim 3 Déc - 1:34

never alone, wait for me to come home
curare feodor ostrov & matt ostrov
Ils ne faisaient plus qu'un. Tentant avec plus ou moins de succès de ne pas se laisser aller tout de suite, le letton profita de ce fragile instant de communion totale. Ils étaient une seule et même personne ; leurs corps et leurs âmes semblaient comme connectés. Curare savourait, les yeux fermés, se laissant volontiers envahir par tout ce qu'il ressentait. Tout ce qu'il partageait avec son homme. Son mari. Son amant. L'autre partie de lui, qui lui manquait affreusement lorsqu'il était loin. Et même lorsqu'il était proche ; le tatoué avait l'impression qu'il ne serait jamais assez près de son compagnon.

Dans ces moments privilégiés, il parvenait aisément à oublier tout ce qui avait pu les séparer par le passé. Ils ne s'étaient jamais éloignés au point de ne pas retrouver leur chemin l'un vers l'autre, et c'était aujourd'hui le plus important pour le letton. Il ne voulait pas perdre Matt ; tout, mais pas ça. Il gravirait des montagnes, marcherait des kilomètres, et traverserait des océans si cela s'avérait nécessaire pour garder son précieux brun à ses côté.
Et dans ces moments sauvages, ces moments où son homme exigeait et prenait tout, Curare était certain qu'il ressentait la même chose. Qu'il se sacrifierait autant pour les sauver. Pour le sauver, lui, le letton effrayé à l'idée d'aimer à nouveau. Cette peur, sourde et chancelante, n'en était pas moins vivante jour après jour. Maintenant qu'il avait goûté au bonheur pur et simple, il doutait de pouvoir un jour s'en passer.
Il doutait de pouvoir un jour se passer de Matt. Et cette dépendance absolue et totale l'effrayait au plus haut point. Car, sans l'Australien, le tatoué n'était plus rien.

Le plaisir déferla, chez l'un comme chez l'autre. Comme détaché de son propre corps, il sembla à Curare qu'il observait la scène du dessus. Il aurait été étonné de se voir ainsi, complètement nu, entièrement à la merci d'un homme qui parvenait, si c'était encore possible, à lui donner toujours plus de plaisir. Les joues rouges, le souffle court, le letton s'affala pour de bon sur le matelas, bien peu ému par le fait qu'il l'avait allègrement tâché.
Le corps soudain courbaturé par la tension qu'il avait emprisonné pendant ces longues journées de frustration, il grimaça lorsqu'il se retourna, attirant de manière quasi-compulsive la tête de son homme sur son épaule. Matt avait beau avoir le privilège de la taille (du corps, voyons, me voyez-vous parler d'autre chose ?), Curare conservait aisément celui des muscles. Et tenir ainsi son compagnon au creux de son épaule le rendait béatement heureux. Tout simplement.

Il laissa leurs souffles se calmer, s'adapter à nouveau l'un à l'autre en cet immuable menuet qu'ils connaissaient sans même se rappeler l'avoir appris un jour. Il emmêla leurs jambes en un futile geste possessif ; Matt était à lui. Tout Matt était tout à lui. Et l'Australien n'était jamais assez près, encore et toujours cet éternel problème.
Le tatoué tourna délicatement la tête pour embrasser ce qui était à sa portée, à ce moment précis la tempe gauche de son compagnon. N'importe quoi faisait l'affaire de toutes façons, il était fou amoureux de cet homme et savait se réjouir de tout.
Si je n'avais pas peur de te vexer concernant tes performances passées, je dirais que c'est meilleur à chaque fois...
Un petit sourire niais s'ajouta à cette déclaration sortie de nulle part, mais qui caractérisait plus que jamais l'impulsivité du letton, presque encore plus exacerbée lorsqu'il était en présence de son cher mari...

THE END
Revenir en haut Aller en bas
 Come home | MATTVoir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2
 Sujets similaires
-
» Matt Finnegan
» Signature de contrat - Matt Moulson
» Fan club Chi sweet home ! SWEEEEEET ! =D
» Go big or go Home ~ ! [Terminer]
» and we don't wanna go home - le 26/01 à 20h15

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 ::  :: Corbeille :: V.3-
Sauter vers: