Partagez | 
 Drunk | ZiaVoir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
avatar

Date d'inscription : 01/02/2017

Messages : 137

Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: Drunk | Zia
Jeu 28 Sep - 12:13

L'espagnol titubait presque alors qu'il déambulait dans les rues déjà éclairés par les réverbères qui vomissaient une lueur jaunâtre artificielle. Il avait été ivre d'elle, il était à présent ivre d'alcool. Il avait bien sur toujours eu cette facilité déconcertante à boire sans sombrer. Il était toujours au contrôle de son corps, ses paroles étaient cohérente. Simplement, il était dans un état planant d'euphorie ou tout semblait si triste et si beau, ou tous les sentiments éclataient à fleur de peau. Si il n'était pas si perturbé, il aurait presque sautiller. Son cerveau le trompait quelques heures sur un semblant de bonheur. Pour une fois qu'il n'avait pas l'alcool triste. L'espagnol déambulait dans les rues, les clés en main, s'amusant à bipper encore et encore les voitures dans l'espoir que l'une d'elle s'allume et se révèle être la sienne. Mais rien n'y faisait, le véhicule était complètement introuvable. Et il marchait encore et encore, tournant en rond.

L'heure qui suivit ne fut qu'un immense trou noir, il était toujours dans le froid mordant, surement avait-il bu quelques verres de plus, surement que le bonheur apparent s'était peu à peu effondré. Tout ce qu'il savait c'est qu'il était là, devant cette porte; devant cette porte devant laquelle il n'aurait jamais du se trouver dans cet état. Encore une fois il comprenait, il entendait, il parlait. Tout était normal pourtant chez lui, sauf peut être son air perdu, la rose qu'il ne se souvenait plus vraiment avoir acheter et dont les épines avaient entaillé sa main tant il l'avait serré fort. Il n'avait toujours pas retrouvé sa voiture. Il porta sa main sur la porte, c'était caractéristique de lui, il ne sonnait jamais, préférant nettement frapper les bois plus classiquement.

Une demie seconde d'hésitation, une demie seconde de lucidité qui lui parut durer des heures. Une demie seconde ou son cerveau reconnecta enfin pour réfléchir à cet acte. Il prit conscience de l'impact qu'aurait cette rencontre. Conscient, qu'il aurait du la laisser à son indépendance, que cette soirée pouvait être la dernière, qu'il se montrait peut être trop insistant. L'éclair de lucidité fut pourtant vite écarté. Une simple demi-seconde.

Il abattit le poing sur la porte alors que l'alcool et la raison menait un grand combat. Il était là, les traits tirés, peut être encore un peu d'espoir sans trop savoir si son esprit ou son alcool était la cause de tout ça. Enfin la porte s'ouvrit et le seul truc qui sortit de sa bouche fut :
- Zia ... J'ai perdu ma voiture.

C'était sacrément pathétique, ça semblait une excuse bidon, mais il ne savait plus par où commencer. Il avait véritablement perdu sa voiture. Pourquoi c'était tombée sur elle ? Peut être simplement parce qu'il ne parvenait plus à avoir quelqu'un d'autre en tête ?
Revenir en haut Aller en bas
Pro
avatar

Date d'inscription : 06/08/2014

Messages : 362

Age : 27

Localisation : France les gueux

Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: Re: Drunk | Zia
Jeu 28 Sep - 22:27


Elle aurait voulu y retourner, dans cet appartement bien cachée derrière sa fenêtre. Ne pas être vue et ne pas sortir pour que personne ne la connaisse; pire, la reconnaisse. L'après midi, elle l'aura passé à nettoyer de fond en comble l'entièreté de son appartement. Rien ne traînait au sol, aucune poussière dans les coins ni aucune couche de saleté ne se déposait en fine pellicule sur les meubles. On se croirait dans un magazine de ventes immobilière tellement c'était beau. Zia aura mérité sa pause autour d'un thé bien infusé. Assise en tailleur dans son canapé devant une série d'amour cucul au possible. Elle s'exaspérait rien qu'à la vue de ses filles en pleurs parce que leurs copains leurs offraient divers bijous et parrure de luxe. C'était à vomir.

Cette émission ennuyeuse la lasse vite et une fois sa tasse finie, elle coupe la télé et dépose sa tasse précieusement dans l'évier. De la musique apaisante en fond, la brune passe ses mains dans ses cheveux raccourcis, elle avait pour habitude de les replacer correctement sur une épaule. Même ça elle ne peut plus le faire, comme un t'as d'autres choses, comme ... Comme se blottir dans ses bras réconfortants. Sans le voir, elle y pensait encore. Elle était plus lâche encore qu'elle ne l'aurait cru. A l'appui sur le côté de sa fenêtre, les lampadaires éclairent d'un halot chaud le bord du trottoir. Aucun passant dans la rue pour divertir la soirée de la brune. Elle réfléchit encore à tout ce qu'elle pourrait lui dire. Parler c'est simple, c'est toujours plus simples. Sauf qu'elle comme lui n'était pas du genre à se confier. Un soupir passe le bord de ses lèvres avant de se mettre à tourner en rond de sa chambre au salon machinalement. Lorsqu'elle repassé une énième fois près de son armoire, elle se prend d'une pulsion pour enfiler un pull gris chiné parfait pour se réchauffer. Le temps que Zia se conforte dans son nouveau bouclier, quelqu'un frappe à la porte. L'heure était totalement inconvenue pour une visite à l'improviste. Vérifiant le cadre qui faisait tic-tac dans la cuisine à plusieurs reprises avant d'aller ouvrir.

Bien évidemment ce n'était jamais simple et elle ne pourra pas dormir la conscience tranquille ce soir non plus. Elle reste figée là dans l'embrasure de la porte les bras ballants. Alors que ses yeux se baissent, Zia se mord la lèvre sans s'en rendre compte, triprote ses doigts pour au final planter ses yeux dans les siens. Alors il avait perdu sa voiture. C'était bien mieux ainsi de toute façon, elle préfère le voire dormir ici plutôt que de le savoir mort dans deux jours dans les journaux.
L'homme empestait l'alcool, sa voix était un peu traînante bien qu'il se comportait comme un vrai gamin. On pourrait presque y voir une lueur d'espoir dans le regard. Elle qui ignore ses attentions ce soir ne peut pas non plus lui claquer la porte à la figure. Le peu de temps qu'elle s'est mise à réfléchir aux diverses possibilités qui se présentaient, elle réagit presque au quart de tour.

"Pourquoi est ce que tu as bu ?" rétorque la brune de but en blanc.

Sans plus tarder, elle le laisse entrer et déambuler dans la pièce comme un semi-cadavre en pleine redécouverte de l'espace qui l'entoure. En quelques pas, elle le rejoint presque en sautillant pour qu'il ne touche à rien et lui prend la main. Rien que ce contact était inespéré. Zia entraîne l'espagnol jusqu'au canapé pour le faire asseoir sagement dans le canapé.

"Ne bouges surtout pas. S'il te plait."

C'était comme si ce soir, c'était elle qui le supplierait. Il n'est clairement plus en pleine possession de ses moyens et incapable de prendre une décision.
En direction de la cuisine, Zia se presse pour prendre un grand verre d'eau et un morceau de pain. Il ne semble pas être blanc au point de vomir, un peu de diluant dans tout cet alcool, une éponge et il se porterait pour le mieux. Revenue à ses côtés, elle lui tend le verre en premier avant de poser une main sur son bras.

"Pourquoi est ce que tu as fais ça Ely ?"

_________________
"Tu m'avais dis m'avoir attendu trop longtemps. Où es-tu maintenant ?"
Zia Rockwell
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Date d'inscription : 01/02/2017

Messages : 137

Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: Re: Drunk | Zia
Dim 1 Oct - 16:50

Et voilà qu'une nouvelle fois il se retrouvait face à elle, l'alcool coulait dans ses veines. Il assimilait les mots pourtant, entrant dans le salon qu'il connaissait déjà, errant sans trop sa voir ce qu'il faisait là. La main toujours serrée autour de ce qui entaillait franchement ses doigts. Pourquoi il avait bu ? Il ne s'en souvenait plus vraiment, quoique si surement. Il obéit en s'asseyant là sur le canapé, son corps n'avait pas plus de volonté que cela de désobéir. Il restait là, comme un gamin face à sa mère ayant pris une cuite sans assumer. Sauf qu'un enfant se serai contenter de se faire hurler dessus. La tout était différent, il était face à elle cette fois ci. Elle réitéra sa question en lui tendant un verre d'eau pour diluer un peu l'alcool. Il l'attrapa presque fébrilement et répondit par un soupir :
- Je .. Je sais plus. J'ai perdu ma voiture.

Mais ça il l'avait déjà dit. Il continua alors que tout se mélangeait dans sa tête et qu'enfin la phrase qui tournait dans sa tête depuis de longs mois et qu'il prononça pour la toute première fois à haute voix.

- Je .. J'aurais du rester en Espagne.

Il avala une gorgée d'eau en la remerciant il baissa ses yeux vers sa mains ensanglantés et l'ouvrit avec une étrange sensation de brûlure, il lui tendit celle ci. Une rose qui n'était ni rouge, ni rose, ni même orange. Mais bleue. Bleue. Symbole de l’inaccessible, de la pureté d'un amour qui semble impossible, de l'espoir aussi. Une fleure artificielle, fruit d'un long travail de modification des roses blanches. L'avait-il choisit pour cela ? Avait-il seulement été assez lucide pour ça ?  Il lui tendit tout simplement :
- Je sais plus quand je l'ai acheté mais je suis sur que c'est pour toi.

Il restait assis là, à ses côtés, ne voulant plus qu'elle s'en aille, ne voulant pas partir non plus. Il mourrait d'envie de retrouver sa vie d'avant alors qu'il ne pouvait plus se passer d'elle. Il chercha le contact visuel avec elle, il n'avait plus son collier pour l'appuyer :
- Oublier. L'alcool ça sert à oublier un instant la réalité. Mon p.. P.. Padre le dice todo la dias.


Il avait la voix affreusement cassé, l'alcool parlait à sa place, c'était cela puisqu'il n'avait pas reparlé de son père depuis près de vingt ans. Son discours était décousu, il ne réfléchissait plus au mot qu'il économisait habituellement précieusement :
- Je suis un gamin paumé Zia. Un gamin.

Elle l'avait déjà dit il était jeune. Trop jeune peut être. Indépendant depuis son plus jeune âge peut être, mais trop jeune. Son enfance on lui avait simplement volé, peut être étais-ce là que tout .... Même ses pensées n'étaient plus claires il ferma un instant les yeux et répeta encore une fois, sans trop savoir pourquoi :
- J'ai perdu ma voiture ..
Revenir en haut Aller en bas
Pro
avatar

Date d'inscription : 06/08/2014

Messages : 362

Age : 27

Localisation : France les gueux

Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: Re: Drunk | Zia
Dim 1 Oct - 22:50


Seules les bougies sur la table basse et les lampes à la lumière tamisée maintenaient en vie la pièce. Elle n'avait qu'à tout éteindre et l'obliger à dormir sans plus parler mais elle ne pouvait se résoudre à l'abandonner ainsi. Cet homme était devenu l'exemple même de l'alcoolisme exagéré. Tandis qu'elle avait fait beaucoup d'efforts pour arrêter sa consommation excessive, lui allait se bourrer la gueule pour se montrer en spectacle à la fin de la soirée. L'attention de la coach dévie sur ces mains à l'affreuse teinte rouge. Le sang maculait les paumes de ce dernier qui ne réagit plus à ses entailles. Il laisse tomber son masque lorsqu'il lui tend une rose bleue. Elle était tout bonnement magnifique. Une petite goutte de sang c'était déposé sur l'une de ses pétales. Zia apporte la main tenant la rose à son coeur et s'empêche une fois de plus de verser une larme.

Il ne méritait pas de subir toute la méchanceté à laquelle elle pouvait l'accabler. Toutes les suppositions la ramène au même point final et elle ne s'imagine plus sans lui aujourd'hui ni demain. Son état du soir confirme ses pensées et Zia ne peut que s'en vouloir davantage de lui avoir fait tant de mal. Sans plus attendre, la brune se précipite à la salle de bain pour aller passer un gant sous l'eau et revenir auprès de lui pour nettoyer les plaies du chagrin qu'il avait enduré.

Zia - "Ely je ... Je suis vraiment désolé mais tu ne partiras pas en Espagne ce soir petit ange."

Il était tard, il était dans un sale état et elle ne le laisserait plus partir. Tout du moins pas sans elle. Si lui attendait à tout prix le moment où elle craquerait, elle était mal à l'aise avec lui tout en cherchant à faire passer l'information dans le bon sens et sans le briser.
Le gant passe lentement sur les paumes claires d'Elyzio alors que tout se bouscule à une allure folle dans la tête de la coach. Les neurones fonctionnent généralement à une vitesse de 700km/h. Imaginez vous quand vous êtes face à une personne qui changé l'aspect de votre vie, leurs performances peuvent se décupler.

Zia - "Je veux que tu te calmes et que tu te concentres sur ma voix."

Elle n'était pas très doué pour s'occuper des personnes saoules, elle ferait comme elle peut pour qu'il se sente en sécurité. Si déjà il était venu jusqu'à elle, c'est qu'il lui porte un minimum de confiance.
Un gamin .. Il avait bien raison. Elle ne pourra jamais assez le dire mais le facteur de l'âge prit en compte, elle ne peut s'empêcher de l'aimer. L'aimer pour sa jeunesse et leur écart même minime. Zia avait peur des réflexions qui pourraient être faites sur eux, et beaucoup d'autres choses rentrent en compte sur le seul point qui empêche la brune de dormir la nuit et de lui révéler ses véritables intentions.

Zia - "Je n'ai jamais vraiment eu d'amis dans la vie, alors en rentrant dans l'âge adulte, j'ignorais comment les hommes peuvent parfois nous regarder. J'ai toujours été énormément complexé de mon corps. Jusqu'à ce que je rencontre Lev ... Qui était un de mes anciens élèves. On a joué au jeu du chat et de la souris pendant des mois jusqu'à ce que je faute définitivement."

Sur le ton de la confession, la jeune femme se confondrais presque dans ses mots, le regard dans le vague pendant que le gant refroidit petit à petit sur les mains maintenant propres de l'homme perdu. Cette rose aurait besoin de remerciements un jour, mais elle veut se concentrer sur autre chose.

Zia - "À la dernière rentrée, j'ai su par les journaux que Lev était décédé et je n'avais jamais pris le temps de le revoir une derniere fois. C'est quelqu'un qui aura beaucoup aidé à forger ce que je suis aujourd'hui et je lui en suis très reconnaissant. Parce que j'ai appris à avancer dans mes projets et rester déterminée, comme lui. Mais sa disparition avait laissé un tel traumatisme que je m'étais juré de ne jamais plus tomber amoureuse."

Dans un monologue sans fin, elle passait par quarante chemins pour en venir au fait. Cette histoire était pénible pour elle a raconter mais elle aura au moins eut le courage de tout lui avouer ce soir. Peut être ne s'en souviendra-t-il pas demain matin mais elle ne pensera pas avoir parler dans le vide sur le coup. Assise à côté de l'espagnol, elle le verrait presque balancer la tête d'avant en arrière dans un délire puissant. Il ne manquerait plus qu'il ne vomisse sur le tapis. L'alcool fermenté avait prit le dessus sur son odeur naturelle d'huiles essentielles. C'était très désagréable. Les huiles qu'il fabriquait chez lui restaient imprégnées sur ses vêtements, ce qui donnait encore plus envie à Zia de se blottir contre lui. Enfin pour ce soir, il ferait mieux de prendre une bonne douche avant de faire quoique ce soit.

Son sang ne fait qu'un tour alors que son regard se tourne à nouveau vers la rose posée sur la table basse devant eux. Zia se retient de ne pas l'enlacer sur le champ, pour lui prouver qu'il lui avait beaucoup trop manquer pour qu'elle ne le laisse partir demain ou le mois prochain.

Zia - "Jusqu'à aujourd'hui Ely."

Ses yeux remontent petit à petit vers les siens, ils sont voilés par une fine pellicule humide alors que sa voix tournait à la déclaration; elle serre un peu plus la main qu'elle venait de serrer dans la sienne.

_________________
"Tu m'avais dis m'avoir attendu trop longtemps. Où es-tu maintenant ?"
Zia Rockwell
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Date d'inscription : 01/02/2017

Messages : 137

Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: Re: Drunk | Zia
Mer 4 Oct - 1:07

Ces derniers mois, il n'avait plus pensé qu'à rentrer dans son pays natal et pourtant à présent, il n'était plus sur de rien. Repartir pour perdre tout ce qu'il avait mis si longtemps à construire ? Il sentait simplement l'eau sur ses mains, sentait sa douce odeur qui contrastait franchement avec les relents d'alcools qui le caractérisait ce soir. Il acquiesça tout simplement lorsqu'elle lui demanda de l'écouter et de rester calme. Il garda donc son sang froid et se fixa sur les paroles de celles ci. Tout d'abord tout semblait lointain pue au fur et à mesure de ces mots, il comprenait des choses, beaucoup de chose. Il découvrait finalement ce Lev qu'il avait maudit dévoré par la jalousie, se rendant compte de l'absurdité de son acte. La maladie encore une fois, tout reposait sur la maladie.

Il en aurait presque eu les larmes aux yeux de l'entendre lui dire tout ça. Voilà où menait le chemin de la guérison ? Ou du moins l'une des parties de celui ci. Lev était donc cette fameuse pièce manquante, cette personne aimée et déchue, même défunte dans les circonstances. Le cerveau était enrayé par l'alcool et pourtant il tentait de réfléchir à tout cela. Une raison pour laquelle, elle n'avait pas voulu replonger la dedans. Par peur d'être blessé à nouveau. Il n'avait jamais connu l'amour véritable, chaque personne n'était qu'une simple expérience de plus, mais rien ne faisait réellement battre son coeur. Rien sauf peut être elle. Il contint le flot de paroles qui aurait voulu émerger d'entre ses lèvres : j'ai perdu ma voiture. Elle l'avait suffisamment entendu pour la soirée.

Il sentit les doigts de le jeune femme contre les siens, qu'allait-elle lui annoncer ? Il cru ne pas comprendre, il pensa que l'alcool lui jouait un mauvais tour. Jusqu'à lui. Jusqu'à lui. Jusqu'à lui. Les paroles faisaient échos dans sa tête mais aujourd'hui ce n'en était que plus doux.
- Merci ..de ta .. confiance.

Il sentit les doigts se serré autour des siens, alors qu'il faisait désormais face aux yeux brillants. Il n'avait encore dit mot et pourtant tout dans son regard indiquait cette profonde compassion, ce sentiment de désolement face aux mots irréfléchis qu'il lui avait lançé. Il soupira pourtant et posa la question fatidique, le ton bourré d'une émotions sourde et de sentiments :
- Alors qu'est ce qu'on est maintenant ?

A moins que les statuts ne change pas. Elle venait de lui faire la plus grande des révélations, mais ce soir il n'était pas du plus grand des réconforts. Pourtant il était las pour elle, il ferma ses doigts contre les siens, quoiqu'elle lui demande, il aurait pu suivre jusqu'à bout du monde et pourtant, il l'avait banalement trouvé dans son salon, assise à ses côtés, main dans la main alors qu'il ne voulait plus la lâcher. Son coeur battait plus fort, son estomac vrillait légèrement. L'alcool désinhibiteur, un souvenir explosa dans sa tête, comme au premier jour de toute l'histoire :
- On ne sera plus jamais seuls

Mots adaptés, il ne pouvait faire plus au vu de son état et pourtant c'était réel, du moins il l'espérait,le décor tournait autour de lui, il se perdait dans les yeux de la brune, son regard déviant parfois sur ses lèvres. Il jouait le rôle de poteau de soutien et raisonnablement, il ne tenta pas le diable au coeur ouvert, simplement à l'instant, il pensait les plaies.

-
Revenir en haut Aller en bas
Pro
avatar

Date d'inscription : 06/08/2014

Messages : 362

Age : 27

Localisation : France les gueux

Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: Re: Drunk | Zia
Jeu 5 Oct - 22:51


Bien qu'elle n'a que peu d'expérience dans ce domaine, elle voulait bien franchir le pas. Celui-ci était conséquent, énorme et terrifiant. Mais à côté d'Elyzio, Zia se sent un peu plus à l'aise face à la situation. Pour une fois, cette relation se baserait sur une réelle confiance et non plus sur un jeu pervers et toxique. Aujourd'hui, elle regrette le passé, demain elle sera encore à ses côtés. Cet aspect l'inspire d'un coup. Elle se sent aimer pour une fois, elle se sent regarder. Tout paraîtra plus simple, toutefois, elle l'espère de tout cœur et elle fera toujours, toujours ce qu'il faut. Elle ne se promet aucun pas de travers et cherchera à être parfaite. Cet angle enfoui la fait encore plus flipper ; à aimer elle va changer.



Zia - "Ne parles pas, tu t'épuises pour rien."



Si ce trop-plein d'émotion n'était pas intervenu, elle aurait pu lui balancer son irresponsabilité à la figure à l'accabler de tout ses mots. Elle est égoïste après tout. Il était comme une sorte de déchet affamé presque de travers sur son canapé. Zia pouvait entendre sa respiration peu contrôlée et elle ne peut s'empêcher de se redresser pour être à sa hauteur, à la recherche de ses yeux perdus on ne sait où.



Zia - "Je te dirais demain si tu restes sagement ici ce soir. Tu as besoin de quelque chose ? Dis moi."



Elle-même ne pouvait pas caractériser le sens que prenait leur aventure. C'était un long chemin sinueux et brumeux. Et puis elle parlait vite, plus qu'avant. C'est cette pointe de panique qui intervient lorsqu'elle le voit perdre me contrôle ne serait-ce que quelques secondes. L'état de l'homme avait le don de l'inquiéter, mais elle ne voulait pas l'étouffer. Il faudra donc trouver un juste-milieu.

Ils ne seront plus seuls, il avait raison et elle compte être présenté pour lui autant de fois et de temps qu'il le voudra. Si elle brave un interdit alors autant le faire avec toute la joie du monde. Si cela.ne tenait qu'à elle, elle l'aurait déjà embrassé, enlacé, plus lâché.

_________________
"Tu m'avais dis m'avoir attendu trop longtemps. Où es-tu maintenant ?"
Zia Rockwell
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Date d'inscription : 01/02/2017

Messages : 137

Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: Re: Drunk | Zia
Jeu 12 Oct - 21:33

Il restait là. Avachi sur ce canapé, étalé alors qu'il aurait voulu lui faire bonne impression. Faible alors qu'il avait toujours tenté d'être calme et froid pour ne rien montrer de ses émotions. Et voilà à présent qu'il déballait tout au pire moment. Ne sachant plus véritablement démêler le vrai du faux, le pourquoi du comment. Le maniaque du contrôle n'était plus pour un instant puisque la situation lui échappait. Il se tut pour une fois et laissa échapper un long soupir. Il ferma les yeux un court instant pour calmer les murs qui semblaient s'évertuer à danser autour de lui. Il n'avait pas pensé qu'il avait trop bu, l'alcool et ses foutus effets différés.

Il les rouvrit quelques secondes plus tard, toujours dans cet appartement aux murs indisciplinés. Tout lui dire demain. Il ne comptait aller nulle part et de toute façon, il n'aurait pas pu aller bien loin, sans voiture ou pied en état de marche. Au plus profond de lui, il savait bien que si il avait pu, il n'aurait pas chercher à quitter ce canapé, il aurait simplement profiter encore de la chaleur de cet appartement, des prunelles de la brune, de la jolie coach tout simplement. Il n'avait besoin de rien. Sauf peut être une chose :
- Si ton canapé me supporte je n'irais nul part.

Il hésita un long moment, en temps normal cette phrase n'aurait jamais traversé ses lèvres, et pourtant ce soir, l'alcool faisait défaut :
- Si toi tu me supportes. J'ai besoin d'une chose.. Toi.

Simplement de sa présence, rien de plus, rien de moins, qu'elle soit là et c'était tout.
Revenir en haut Aller en bas
Pro
avatar

Date d'inscription : 06/08/2014

Messages : 362

Age : 27

Localisation : France les gueux

Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: Re: Drunk | Zia
Jeu 19 Oct - 22:06


Le laisser dans le canapé lui faisait pitié. Elle n'avait jamais considérer qu'il viendrait chez elle à une heure pareille, à sa mettre en danger. Doué comme il est, la voiture est garée au fond d'un parking c'est juste qu'il a du s'arrêter un bar trop loin. Un rire nerveux s'échappe de ses lèvres quand elle relève les yeux vers lui. Cet homme était exaspérant, un vrai gamin mais c'était ça aussi quelle avait apprit à aimer chez lui. Cette relation aura été improbable, Zia aura était impitoyable mais tout finira bien. Enfin demain.

Une image dansait sur la télévision dans le coin. Le volume au minimum, Zia se blottit un instant contre lui à imaginer la scène de sa série qui passe. Un petit sourire aux lèvres, elle réprime son envie de lui coller une baffe de plus à se traîner une odeur à coucher dehors.

Zia - "Je ferais au moins une machine de t'es vêtements cette nuit si tu n'es pas apte à te laver ce soir. Sinon demain tu vas le regretter."

Un rictus amusé et mutin se colle aux lèvres de la coach. Elle fonctionnera toujours sur de la provocation.

Zia - "Et si tu veux éviter mon vieux canapé d'internat j'ai mon lit à condition que tu ne vomisses pas à l'intérieur."

Un petit avertissement en pleine figure, elle se lève déjà, coupant l'image sans parole au coin et se tournant pour tendre les bras à l'espagnol négligemment allongé. Elle fera les efforts qu'il faut pour qu'il se remette, ce n'est pas parce qu'elle joue avec lui qu'elle ignore les effets du verre de trop. Le chemin jusque là chambre est lent, long mais Zia est toujours la bonne béquille de l'histoire. Quand elle le relâche sur le bord du lit, elle lui retiré sa veste pour qu'il soit déjà plus à l'aise.

Zia - "Dis moi surtout si tu as besoin de quelque chose. D'un seau, d'une douche, d'eau ... de thé."

Sans bruit, elle était grimpé sur le matelas dans son dos pour l'enlacer et l'embrasser dans le cou. Elle ne veut plus le lâcher dans des moments comme ceux là. En appui sur elle, Zia pouvait sentir une odeur de parfum, de gel douche et de bière; et peut être un peu de bourbon aussi. Ce mélange fort s'atténue depuis qu'il est entré comme un ivrogne décérébré.

_________________
"Tu m'avais dis m'avoir attendu trop longtemps. Où es-tu maintenant ?"
Zia Rockwell
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Date d'inscription : 01/02/2017

Messages : 137

Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: Re: Drunk | Zia
Jeu 26 Oct - 23:28

Il la sentait là, tout proche de lui, son corps contre le siens comme il l'avait toujours voulu. Et pourtant, il avait fallu que ce soit à cause de l'alcool qui semblait l'envelopper dans un immonde halo. Les murs semblaient eux aussi titubants, mais peu à peu, il revenait à la normale. Il sentait les picotement aux bouts de ses doigts alors que tout son corps semblait en permanent flottement.

La voix lui parut lointaine, il se concentra et revint sur terre. Il acquiesça à son propos et répondit gentiment : - Merci Zia.

Il releva la légère provocation dans sa voix par la suite, ce dernier se releva et retint une réplique comme quoi il n'était jamais malade après avoir bu. Il sentit les bras autour de lui le guider jusqu'à la chambre sans rechigner, il retomba mollement sur le lit, délesté de sa veste qui lui pesait. Ne restait plus qu'un simple jean noir et un pull bleu. Il manquait la chaîne d'argent qu'il détestait quitter et qu'il avait pourtant abandonner. Les temps changeaient et les gens aussi, lui le premier. Il balaya la pièce du regard, ne trouvant soudain plus la jeune femme, il la sentit dans son dos, il se contracta sous les légers baisers de celles ci. L'alcool le mettait à fleur de peau, il avait l'habitude d'être complètement au contrôle, tout était soudain différent. Il laissa échapper un long soupir qui oscillait entre frustration et soulagement. Le sous entendu ne fut pas saisit immédiatement, mais il finit par le comprendre. Il hésita un long moment, bien sur il aurait pu tenter de la plaquer contre le lit, mais de peur de la baraquer alors qu'elle l'accueillait déjà gentiment sous son toit, il s'abstint. Il fut tout de même pris d'un grand sourire, posant ses mains sur celle de la brune, il ferma les yeux avant de reprendre :
- Une douche, j'aime pas l'odeur de l'alcool. Mais si tu as de l'eau chaude aussi pour le thé je ne suis pas contre.

Le fort accent espagnol reprenait ces droits, il était même possibles que certains mots ne soient plus vraiment français. Il était partagé entre rester dans ses bras ou s'en détacher. Finalement il se releva un peu maladroitement et lui demanda l'emplacement de la salle de bain. Il entra dans la pièce et ferma la porte derrière lui sans tirer le verrou trouvant une pseudo pudeur inutile au vu des débuts tumultueux de leur relation. Un violent haut le cœur le saisit soudain, un étrange relent âcre sembla s’immiscer dans sa gorge sans qu'il ne se produise rien d'autre, puis plus rien. Il respira profondément et se calma un peu. Penché au dessus du lavabo, les mains accrochées à la céramique blanche. Il finit par ouvrir le robinet et boire un peu d'eau froide qui s'en écoulait. Il se passa un peu d'eau sur le visage avant de laisser tomber le haut puis le bas et d'entrer dans la cabine de douche pour se glisser sous l'eau tiède. Le liquide ruisselait doucement sur son corps qu'il avait nettement travaillé pendant ce long temps de déprime, compensant les sentiments en vrac par le sport, le travail et l'errance la plus totale. Si il y avait eu jadis un peu de superficialité dans cet avantage physique, désormais c'était un peu plus de force véritable et un bien meilleur dessin des muscles qui subsistait. Il se laissa aller à se débarrasser de tous ces relents d'alcool, remettant peu à peu les idées au clair. Il emprunta une touche d'un simple savon. Un peu remis de ses émotions, il s'extirpa enfin de la salle de bain, une simple serviette nouée rapidement autour de la taille, quelques gouttelettes s'échappant encore de ses cheveux en bataille. Les nombreuses cicatrices qui balafraient son dos et ses hanches ressortaient malheureusement pour lui à cause du nouveau bronzage. Il avança dans l'appartement, s'appuyant contre la chambranle de la porte croisant les bras contre son torse pour regarder la jolie brune s'affairer de dos. Si il n'était pas totalement là, il avait au moins le mérite de faire façade. Le cerveau encore un peu embrumé, une voix un peu trop grave s'échappa d'entre ses lèvres :
- Zia ?

Un léger sourire niais presque triste au coin des lèvres :
- Y'a plein d'eau chaude ici, ça veut dire qu'il y a plus d'excuses.... C'est triste.

Les mots n’avaient pas de réels sens, ou justement peut être trop. A moins que l'alcool ne lui enlève le sens du jeu des mots pour ne laisser que l'honnêteté.
Il laissa sa tempe venir s'appuyer contre le bois avant de la couver d'un regard indescriptible, alors que :
- On t'as déjà dit que tu étais canon ? Même carrément canon ?

Il n'était pas dans les touches de son vocabulaire habituel, complètement décalé, pourtant c'était le fond de sa pensée. Peut être un peu moins subtil jamais très honnête, sans filtre, sans superficialité, sans cette petite tournure qu'il s'amusait à donner à chacune de ses phrases pour tester, provoquer sans trop en dévoiler. La faute de l'alcool, ou de l'idée d'un thé peut être ?
Revenir en haut Aller en bas
Pro
avatar

Date d'inscription : 06/08/2014

Messages : 362

Age : 27

Localisation : France les gueux

Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: Re: Drunk | Zia
Ven 27 Oct - 2:24


Ce remerciement lui semblait prendre une toute autre forme à entendre. Bien qu'elle n'ose se l'avouer, elle ne voudrait plus quitter ses bras. Le contact de ses mains lui réchauffent le coeur malgré l'odeur. Une ébauche de sourire traverse le visage de la brune quand elle le voit se démener pour atteindre sain et sauf la salle de bain. Il marchait déjà un peu plus droit qu'à son arrivée, ce qui était une bonne chose. Seule accroupi au bord du lit, les yeux se Zia passe dans la pièce, recouverte de plusieurs vêtements dispersés par ci et là. Un tee shirt un boule, un jean retourné, une petite culotte jeté en plein milieu de la pièce. D'un bond, Zia s'active pour ramasser tout son bazar et les remettre au moins dans un panier pour la lessive.

Alors qu'elle écoute l'eau couler en fond, elle repense à tout ce qu'ils auront pu se dire. Tout est allé si vite, elle a encore du mal à s'en rendre compte. Mais sa présence lui manque déjà. Sa voix, ces blagues et ces allusions salaces faisait que Zia le voulait bien au delà du physique. Elle pourrait se sentir l'écouter des heures où même rester main dans la main dans le parc sous le saule pleureur. Tout lui convenait du moment que ce qu'elle partage ce soit avec lui et personne d'autre.
Lorsque la voix d'Elyzio perce le silence, Zia sursaute presque, comme prise sur le fait encore des affaires en mains pour remettre de l'ordre.

Zia - "Tu le veux ce thé ?"

Même si il est sur le ton de l'émotion depuis le début de la soirée, elle se rend bien compte que pour le moment, c'est l'alcool qui parle un peu plus abruptement que le Elyzio qu'elle connaît. A moins qu'il ne cache un petit penchant pour la bière et un comportement de bourru post douche. En tout cas, si il veut une réponse à sa question, il l'aura. Un gros second degrés pour lui faire une leçon. Une fois de plus, elle veut prendre le dessus. D'un signe de main et un regard traînant calculé, elle se dirige vers la cuisine pour sortir deux tasses d'un placard et faire chauffer l'eau sur la plaque chauffante. A attendre, Zia s'appuie pour prendre de la hauteur et s'asseoir sur le comptoir tandis qu'elle voit l'espagnol arriver nonchalamment jusqu'à l'entrée.

Zia - "Alors, ma douche te plaît ?"

A le voir ainsi, elle réalise la chance qu'elle a que ce soit elle et pas une autre. La culpabilité au bout des doigts, elle a encore peur de se brûler et de pleurer à la fin. Elle voudrait tellement lui accorder toute sa confiance mais elle le connaît si peu. Il faudra qu'elle apprenne à le connaître petit à petit. Son passé semble un peu compliqué mais sa rencontre avec Kiwi l'intéresse beaucoup. En tailleur sur le comptoir, les mains de part et d'autres de sa mâchoire et un regard béat en sa direction, Zia se surprend à se mordre la lèvre.

Zia - "C'est ... bientôt prêt."

A la suite, elle quitte le visage de son amant sur lequel elle insistait depuis tantôt et se prendre en passion pour guetter la boulloire de près. C'est comme si depuis leur pseudo séparation, elle s'était protégée derrière ces retranchements et son attitude était plus sur la défensive. L'impression d'avoir commit un crime juste pour avoir laissé traîné des sous vêtements à terre, le fait qu'elle ne puisse s'empêcher de le regarder et qu'elle cherche parfois ses mots. On dirait une adolescente qui découvre son premier amour. A s'en rendre compte, la brune glousse toute seule comme une imbécile incompréhensible.

_________________
"Tu m'avais dis m'avoir attendu trop longtemps. Où es-tu maintenant ?"
Zia Rockwell
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Date d'inscription : 01/02/2017

Messages : 137

Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: Re: Drunk | Zia
Dim 5 Nov - 15:39

Dans sa tête rien n'était plus vraiment clair, ne parvenant pas vraiment à déterminer ce qui lui semblait être une allusion, et ce qui n'était qu'une simple question. Il répliqua sans vraiment réfléchir :
- Tant qu'il est très chaud et bien corsé.

Toujours appuyé dans l'encadrement de la porte, rendant son regard à la brune assise dans une bien drôle de position sur le comptoir. Il ne réfléchissait plus vraiment à ce qu'il disait, répondant presque spontanément à ses questions :
- Parfait.

Il sourit gentiment presque niaisement :
- Tu sais Zia, l'alcool c'est mal. Je ne devrais même pas t'approcher après avoir bu. J'ai toujours eu peur de devenir comme mon père.

Un sentiment de culpabilité soudain l'envahissait soudain. Il ne serait pas comme lui. Il n'était pas aussi violent, il était désinhibé au pire des cas mais jamais il ne boirait jamais assez pour lever la main sur quelqu'un et encore moins sur elle. Il la regarda longuement, restant bien à distance. La première fois qu'il évoquait l’existence de son paternel à voix haute, un drôle de sentiment l'envahit soudain. Il chassa toutes ces pensées et divagua un instant, s'écartant de la chambranle de la porte pour retourner vers la salle de bain, un coup d'eau sur le visage, il en profita pour passer un boxer, gardant la serviette nouée autour de sa taille -savait-on jamais- avant de retrouver la cuisine très rapidement, assis sur une chaise. Décidant de jouer la carte de l'enfant sage, il prit place sur une chaise toute proche bercé par le bruit de l'eau en ébullition qui ne tarderait pas à se taire sous une impulsion de la jeune femme. Cherchant le contact visuel encore et toujours.
Revenir en haut Aller en bas
Pro
avatar

Date d'inscription : 06/08/2014

Messages : 362

Age : 27

Localisation : France les gueux

Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: Re: Drunk | Zia
Dim 5 Nov - 21:21


Alors ils étaient là, dans cette cuisine, à se regarder en chiens de faïence et rien de plus ? Assise en tailleur à ne plus quitter du regard la bouilloire du regard. C'est maintenant; maintenant qu'elle se rend compte qu'il ne sera plus un simple passant dans sa vie. Ce tournant peut faire peur et face à la réalité, Zia se surprend à guetter les réactions vaseuses de son nouveau dit petit ami. On peut dire ça comme ça ? Si elle voulait profiter de la situation, elle aurait lâcher un "Elyzio, qu'est-ce que ça veut dire ?" yeux dans les yeux. Cette soirée n'avait aucun sens. Quand ils se disent vouloir du temps le voilà qui débarque à une heure pas possible et embaumé d'alcool. Le silence passe avant qu'il ne réponde machinalement. La brune n'avait même pas remarqué qu'il avait soudainement quitté la pièce. Se prendre la tête entre les mains, souffler et encaisser. Elle a toujours tendance à exagérer les problèmes qu'elle rencontrait et elle n'arrête pas de se repasser la soirée en boucle, c'est mauvais.

A vrai dire, elle ne savait pas vraiment comment l'aider à continuer sur ses dires. Tout ça sonnait sur le ton de la révélation. Il avait donc une peur, son père. En sautant de son perchoir, Zia éteint la plaque et en profite pour venir verser l'eau chaude dans les tasses sur la table et proposer plusieurs sachets de thé à l'homme qui décuve en face d'elle.

Zia "Tu ne l'aurais pas voulu tu ne l'aurais pas fais. Et Ely, tu ne seras pas comme ton père."

Etrangement, elle voulait le comprendre même si c'était impossible. Elle ignorait tout de son mal être et le pourquoi du comment son père puisse être une mauvaise personne mais instinctivement, elle pose sa main sur la sienne. Peut-être avait-elle pitié ou reconnaissait-elle peut-être d'avoir connu quelques mésaventures de se côté aussi. Mais tout ce que Zia pouvait prouver, c'était que Elyzio était un homme bien et en aucune raison elle ne pourrait penser qu'il ne lui voudrait du mal. Elle avait confiance en lui, c'était déjà une grande chose. Un long silence s'installe pendant qu'ils boivent leurs thé et aucune mouche ne vole. Elle voudrait tellement en dire plus mais elle avait aussi peur de mal faire. Il prenait une telle importance qu'elle avait peur qu'il s'en aille maintenant. De sa soudaine déclaration, Zia reste confuse qu'il se confesse à elle. Keaweaheulu serait-elle au courant de quelque chose aussi ? Voilà que mademoiselle se repose encore mille questions en le regardant avec compassion comme on regarderait un petit chiot.

Les tasses vides dans l'évier, Zia prend une énième fois les mains d'Elyzio pour l'encourager à se lever et à la suivre. Même après une douche il reste un gros brouillard qui doit faire joujou avec ses neurones. Destination accomplie, elle replace des coussins pour qu'il puisse être à l'aise et elle s'assoit à côté de lui, presque protectrice.

Zia "Qu'est-ce que tout ça veut dire Ely ?"

La soirée, son attitude, sa révélation .. Est-ce que tout ce bazar avait un sens, elle était perdue et égoïste comme elle est, elle va l'obliger à réfléchir. A vrai dire, elle ne sait pas trop. Bien déterminée au départ, elle avait maintenant le rouge aux joues rien qu'à le regarder à moitié nu à côté d'elle. On ne ment pas, elle retombe littéralement à l'adolescence et sa quête de sens. Il pourrait faire ce qu'il veut qu'elle ne s'y opposerait pas, bien convaincu qu'il pourrait s'endormir d'une seconde à l'autre. D'un coup d'épaule, elle le réveillerait presque, dans l'attente d'une quelconque réaction.

_________________
"Tu m'avais dis m'avoir attendu trop longtemps. Où es-tu maintenant ?"
Zia Rockwell
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Date d'inscription : 01/02/2017

Messages : 137

Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: Re: Drunk | Zia
Mer 15 Nov - 21:13

Pourquoi diable avait-il dit ça ? Les mots lui brûlaient la gorge presque autant que le thé sui venait d'être servi. Son regard dérivait sans grande raison sur la tasse d'eau fumante alors que le sachet parfumé déversait son arôme. Il tentait de remettre ses idées à sa place, son estomac abimé par l'alcool se sera un peu lorsqu'il ingéra le liquide. Il la fixait, oscillait d'un regard vide et perdu sur les éléments de la pièce avant d'en revenir toujours à telle. Un peu rassuré, il finit par murmurer :
- Oublie tout ça c'est l'alcool qui parle.

Sentant les mains se poser sur les siennes, il la suivit sans vraiment penser à émettre une quelconque opposition. Allongé à ses côtés, une nouvelle question pour tenter de rallumer son cerveau bien trop en vrac :
- J'en sais rien Zia. Je suis perdu

Il se redressa simplement, passant au dessus d'elle, une main appuyé de chaque côté de son corps, il porta son poids sur la gauche, laissant la droite venir courir le long de sa joue, effleurant cette dernière du bout des doigts, comme si il la redécouvrait. Un baiser sur la joue et il se laissa retomber à ses côtés, entrelaçant ses doigts dans les siens lançant soudain, cherchant un contact physique pour se rassurer :- Si il te restait qu'un jour à vivre qu'est ce que tu ferais ?
Revenir en haut Aller en bas
Pro
avatar

Date d'inscription : 06/08/2014

Messages : 362

Age : 27

Localisation : France les gueux

Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: Re: Drunk | Zia
Jeu 16 Nov - 21:52


Et alors ils étaient dans cette chambre à se parler dans le vide ? Un recommencement infini qui commence à donner un mal de crâne à Zia qui se perd un instant le temps que l'espagnol reprenne ses esprits. Il avait l'air autant perdu qu'elle et il ne semble pas pouvoir plus l'aider que respirer bruyamment, un hoquet sur quatre inspiration. Un soupire traverse l'atmosphère et la brune veut pour se redresser mais Elyzio la coupe dans son élan, prenant une initiative qui la surprend une fois de plus. Si l'un des deux devait découvrir l'autre, elle devrait au moins apprendre à se connaître soi-même avant de se jeter dans la gueule du loup. C'était étrange et grisant ce genre de ressentit qui faisait qu'on sent une gêne irrécupérable. Les lèvres pincées, elle se retient de lui arracher un baiser sur le champ. Il était si sage qu'elle en perd un moment ses moyens.

Retombé comme une larve sur le matelas, Zia redescend sans peine vers la réalité. Le lourdaud négligemment avachi à ses côtés n'en finit pas là et tremblote presque pour prendre sa main dans la sienne. Le pauvre, on dirait qu'il panique. Il avait le chic pour retourner d'un romantisme fou à un vaseux alcoolique prêt à s'endormir. Il la faisait rire, même dans des moments comme ça. Si elle joue de lui ce soir, il ne se souviendra plus demain. Et sa question semblait lui tenir à cœur.

Zia -"Je pense que je me tirerai une balle dans le pied et que j'irai aux urgences me faire soigner par un de ses beaux médecins en blouse blanche." sort-t-elle fièrement.

Et il sera jaloux d'un médecin inexistant. Zia peut être très cruelle parfois. Mais il sait qu'il n'a pas à s'en faire et qu'elle ne pourrait jamais aller voir ailleurs. Pas après tout ça. Tout ce qu'il c'était passé depuis ses quelques mois tourne en boucle dans sa tête et cette sensation désagréable ne s'estompe pas pour autant. Ils allaient bien. Elle allait bien -ok très égoïste tout de même-.
Toujours de côté, elle garde sa main dans la sienne et caresse du bout des doigts son avant-bras. A le regarder ainsi, elle espère toujours le voir à son réveil. Elle ne pourrait pas s'empêcher de s'attendrir devant sa tête d'ange; elle était beaucoup trop attaché à lui pour ça.

Zia -"Bien sûr il y aura des complications et il faudra que je subisse une opération pratiquée par un de ses beaux chirurgiens ..." continue Zia sur la même lancée tout en prononçant bien les deux derniers mots. La coach voulait jouer et voir si il lui restait un minimum de conscience pour réagir, il n'y avait pas de mal après tout dans un petit peu de taquinerie, un sourire mutin collé au visage.

_________________
"Tu m'avais dis m'avoir attendu trop longtemps. Où es-tu maintenant ?"
Zia Rockwell
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Date d'inscription : 01/02/2017

Messages : 137

Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: Re: Drunk | Zia
Ven 17 Nov - 0:24

Il regretta bien vite sa question lorsqu'il l'entendit lui répondre. Le corps encore légèrement humide, les cheveux en bataille qui lui retombait devant les yeux. Il sentait soudain une chaleur étouffante qui le gagnait, le désir au bout des lèvres.

Si l'on restait dans la jargon, ce fut comme un coup de défibrillateur qui agita la poitrine d'Elyzio. Un médecin ? Un autre que lui. Il était atteint bien plus qu'il ne le pensait. Il se mettait à imaginer les hommes en blouse tout près d'elle, baladant leur mains librement sur les chevilles délicates et le corps qu'il voulait être le seul à toucher. Un frisson le parcourut. L'alcool sembla redescendre tout d'un coup -ou monter peut être ? - Il ne savait pas vraiment si tout cela était prémédité ou si simplement il s'inventait toute une vie mais dans tous les cas ça fonctionnait. Il serra sa main avant de repasser franchement - et définitivement il l'espérait - au dessus. Emprisonnant ses poignets, une lueur sombre au fond des yeux qui ne masquaient plus rien dans cet état :
- Je vais te faire oublier tes beaux médecins.

Il ne trouvait rien d'autre à redire. Simplement, il était jaloux d'un imaginaire qu'il avait provoqué. Sans autre forme de négociations, il s'empara de ses lèvres, retrouvant de bon droit ce qui lui appartenait, se félicitant presque d'avoir eu la lucidité d'ôter comme il le pouvait la fichue odeur d'alcool qui lui imprégnait la bouche lorsqu'il occupait la salle de bain. Un baiser embrumé et désinhibé, envolant les tourments passagers de son esprit malades. Il se fondit sur la joue puis dans le cou de cette dernière, insistant légèrement sur l'épaule sans pour autant laisser sa trace. Continuant sa descente aux enfers s'amusant à jouer avec le feu, s'emparant pleinement du corps de cette dernière, presque prêt à user de sa force pour la garder contre lui. Près de lui. Égoïstement rien que pour lui.

S’amusant à balayer les rares couches de tissus qui e trouvaient sur son chemin et qu'il repoussa maladroitement. Il cessa un instant. Il n'était pas méthodique, il n'allait pas à l'essentiel, il ne cherchait pas à la faire fondre d'une fois une seule. Désordonné, dispersé, il tentait de reprendre ses esprits alors qu'il insistant sur les creux du tour de taille. L'alcool le changeait Le maniaque du contrôle et du self-contrôle, il perdait déjà sur toute la ligne? Trop hâtif, effleurant les points les plus sensibles sans aucune retenue, marquant sa trace à l'intérieure de la cuisse de cette dernière :
- Rien qu'à moi.
Revenir en haut Aller en bas
Pro
avatar

Date d'inscription : 06/08/2014

Messages : 362

Age : 27

Localisation : France les gueux

Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: Re: Drunk | Zia
Dim 19 Nov - 23:19


Si elle voulait une réaction qui ressemble quelque peu à un soupçon de vie, elle était servie. Elle hésite, sentant avoir réveillé une partie peut-être trop sombre de son ami pour qu'elle puisse vouloir le pousser à bout comme elle venait de le faire. D'un petit chiot quémandant un peu d'affection, Zia se retrouve à la merci de l'espagnol. Ses yeux s'assombrissent et la lueur que prennent ses iris feraient presque peur à la petite américaine qui se retrouve sous l'emprise de ses mains puissantes.


_________________
"Tu m'avais dis m'avoir attendu trop longtemps. Où es-tu maintenant ?"
Zia Rockwell


Dernière édition par Zia Rockwell le Jeu 23 Nov - 19:30, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Date d'inscription : 01/02/2017

Messages : 137

Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: Re: Drunk | Zia
Lun 20 Nov - 1:07

Il y avait cette bête noire en lui, cette sorte de pulsion autodestructrice qui le poussait à agir irraisonnément. Toute sa vie, il avait été au contrôle des gens et de lui même, cherchant une explication à tout et pour tout. Il avait voulu analyser un puzzle bien trop complexe pour lui et il s'y était simplement perdu. Il se retrouvait là reprenant ses droits, affrontant des médecins qui n'existaient pas. Les lèvres s'appropriant la moindre parcelle de la peau, laissant sa trace. Si un jour tout devait finir, il aurait au moins été marquant pendant un temps. Il la sentit se raidir sous ses geste quelques peu entreprenants, fermer les jambes pour le tirer d'enter celles ci. Le doute commença à s'insinuer dans son esprit, il sentait que quelques choses se tramait, une tension qui faisait opposition avec ce qu'elle avait pu laisser paraître précédemment. Il ne s'en formalisa pas tout de suite mais fut stopper de tous mouvements lorsque celle ci lui demanda de s'arrêter. Il releva les yeux pour répondre à sa demande, remontant près de son visage, plongeant la lueur quasi animale qui régnait au fond de ses yeux dans le trouble qui embuait ceux de Zia.

Il respira profondément, ferma les paupières et se redressa quelques peu, tentant de chasser cette attitude complètement dingue qui commençait à prendre sérieusement le dessus, l'alcool et la jalousie aidant malheureusement. Soudain troublé par le doute de la brune, il relâcha totalement l'emprise qu'il avait sur elle, et se plaça hors d'atteinte comme si il avait été soudainement brûlé par ses moments. Il lui faisait du mal, on lui avait appris à ne jamais faire de mal à une femme, or ses sentiments semblaient déranger celle ci. Impossible de savoir quoi faire. Il resta là au dessus d'elle, presque haletant sous le tension qu'il venait de faire monter tout seul dans son esprit. Il la fixa intensément pesant encore le pour et le contre, se demandant si il devait tenter le tout pour le tout pour parvenir à ses fins ou au contraire abandonner là le combat. Il approcha sa main de son visage, longea la lèvre inférieure de son pouce avant de lui offrir un baiser ardent, dernier test pour observer sa réaction, il la voulait, elle, toute entière. Visiblement ce soir n'était pas le bon soir.

Il se rallongea à ses côtés, glissa un bras sous elle et l'attira contre elle, effaçant le côté bien trop sombre qu'il avait laissé transparraître un instant plus tôt. Il reprit :
- C'est pas dans mes plans de te forcer la mains Zia. On m'a appris à respecter la femme depuis que je suis petit.

Il tenta tant bien que mal de réfléchir, d'essayer de lui dire quelque chose de censé, de rassurant peut être. Mais il ne savait pas ce qu'elle voulait entendre, ce qu'il fallait comme remède à ses maux et ses démons. Il tenta :
- Le passé ça hante, mais faut savoir avancer. Je ne partirai pas Zia.

Ces paroles décousues suffiraient-elles. D'autres mots moururent avant d'être prononcés. Tu es à moi .. Rien qu'à moi.. La possessivité à son paroxysme et pourtant respectueusement, il se tut. Laissant la trouble et le silence livrer une lutte sans merci :
- Tu as peur ?

De lui, de tout, des changements, de l'engagement ?
Revenir en haut Aller en bas
Pro
avatar

Date d'inscription : 06/08/2014

Messages : 362

Age : 27

Localisation : France les gueux

Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: Re: Drunk | Zia
Lun 20 Nov - 20:57


Elle répéterait presque tout pour se rassurer; un principe simple qui lui permettrait de continuer. L'arrêter dans cet élan est bien égoïste mais l'un comme l'autre ce soir l'était un peu après tout. Les lèvres pincées à se bousculer pour démêler la vérité, elle se sent libérée qu'après un long instant de silence. Et dans cette histoire, c'est le plus jeune le plus raisonné des deux, toujours là à prendre soin d'elle alors qu'elle n'est pas fichue d'appliquer la notion de prendre sur soi. Mais avant même qu'elle ne puisse rappliquer, tout s'arrêta et l'alchimie présente quelques secondes plus tôt avait comme disparue. Elyzio avait du en prendre un sacré coup et la brune s'en voulait. Lui qui n'avait plus aucune raison de penser que de se faire diriger par l'alcool venait de la prendre dans ses bras pour la consoler. Et ce soir encore, elle mesure la chance qu'elle a de l'avoir à ses côtés. Il était sans doute trop protecteur mais dans un cas comme celui-là, elle ne pouvait s'empêcher de se blottir dans ses bras.

Qu'est-ce qui n'allait pas chez elle ? C'est à se demander si elle ne devait pas tirer un trait sur tous les principes qu'elle s'était ordonné pour pouvoir avancer avec lui. C'était comme une lutte fatigante où elle ne se résout définitivement pas à baisser les armes. Peut-être pensait-elle trop à elle et pas assez à lui, et c'est à son simple regard qu'il lui suffit de se convaincre.

Zia -"Et si tu ne pars pas aujourd'hui qu'est-ce qui t'empêcheras de fuir demain ?"

Toujours d'affreux doutes planent au dessus de sa tête, à croire qu'elle ne lui faisait pas assez confiance pour s'abandonner à lui entièrement. Une main sur son torse, elle s'apaise avec le rythme de sa respiration, n'écoutant plus les voitures qui passaient, se cassant presque la nuque juste pour apercevoir ses prunelles protectrices. Si elle n'avait pas un minimum confiance en lui, elle ne l'aurait pas laisser prendre autant d'importance.

Zia -"Je t'aime, et tant que tu seras là alors j'irais bien."

C'était pour lui signifier surtout qu'elle n'en parlerait pas, même en étant sur le ton de la confessions depuis son arrivée. Zia se redresse et place ses mains de part et d'autre du visage piquant de son amant, un demi sourire aux lèvres. Cette fois-ci, c'est à elle de reprendre ce qu'il lui revenait de droit et elle sait pertinemment qu'il ne refusera pas. Plus stratégique, plus lente et plus têtu, elle pose délicatement ses lèvres sur les siennes, l'embrassant petit à petit avec plus d'ardeur, une main glissant dans son cou pour ne plus le lâcher.

_________________
"Tu m'avais dis m'avoir attendu trop longtemps. Où es-tu maintenant ?"
Zia Rockwell
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Date d'inscription : 01/02/2017

Messages : 137

Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: Re: Drunk | Zia
Mar 21 Nov - 0:43

Les démons du passé restait bien encré, de peur qu'il ne s'envole pour ailleurs et ne la compromette pour quelques temps avant de la laisser là, obligée de tout recommencer. Il ne partirai pas, il avait tout ici désormais. L'espagne ne lui avait jamais tant manqué qu'il y a quelques jours et pourtant il ne serait parti pour rien au monde. Il y avait sa meilleure amie et ses enfants, cette américaine pour qu'il il ressentait des choses bien trop peu orthodoxes, son métier et unique gagne pain. Tout était là, il ne rentrerait plus pour l'instant :
- Il y a quelques semaines, j'ai abandonné un billet d'avion pour l'Espagne. Je ne partirai pas.

Il était complètement à l'ouest, parfois des paroles plus cohérentes s'échappaient d'entre ses lèvres, comme de petits éclairs de lucidités illuminant l'orage qui embrumait son crâne où sang et alcool se mélangeait dans des dosages approximatifs. La frustration s'était emparé de son corps à l'instant même où elle lui avait dit stop. Il s'était coulé dans ses bras en bon protecteur, jouant la carte de la gentillesse qui ressurgissait parfois entre deux étincelles bien sombres. Voilà tout ce que reflétait un Elyzio alcoolique, l'instabilité, la perte de contrôle et l'incohérence dans des mouvements qui n'avait rien à voir entre eux.

La brune n'avait pas besoin d'alcool pour être dans ce genre d'état d'incohérence. Il ne la comprenait pas vraiment et ne l'avait jamais vraiment compris, tout ce qu'il avait retenu c'est qu'elle l'aimait.. Elle l'aimait et ... Il sentit les lèvres contre les siennes, fermant les yeux dans un réflexe vieux comme le monde, lui rendant ce qu'elle demandait, sentant la tension monter peu à peu, la sagesse d'un doux baiser s'évasant dans un contact bien plus ardent. Il sentit les mains dans son cou, ses mains se mirent à courir elles aussi pour trouver un point d'appui sur le corps de celle ci et la garder tout contre lui. Il ne se mouillait pas trop de peur de s'emballer à nouveau de l'effrayer. Son cœur se serrait, son ventre papillonnait, entre le coma et les sentiments il ne savait plus vraiment quoi penser.
Revenir en haut Aller en bas
Pro
avatar

Date d'inscription : 06/08/2014

Messages : 362

Age : 27

Localisation : France les gueux

Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: Re: Drunk | Zia
Sam 2 Déc - 23:42


Il ne partirait pas. Du moins pas dans l'immédiat et ça lui allait amplement. Elle découvre des sentiments nouveaux, qu'elle pensait enfermés à jamais dans un coin sombre de sa tête. Tout allait si bien qu'elle ne veut plus s'embêter avec des questions ce soir. L'instant présent comptait plus que tout et elle lui avait causé bien du tort pour ne pouvoir penser qu'à elle dans tout ça.
Alors c'est bon, elle pourrait crier sur tout les toits qu'il est l'homme qu'elle aime ? Rien que d'y penser était surréaliste. Elle ne c'était jamais sentie assez importante pour compter vraiment pour quelqu'un.

Les mains tirant sur la pointe de ses cheveux, elles glissent lentement sous le tee shirt d'Elyzio. C'était comme une manière de se réchauffer. Une approche de plus en plus insistante, Zia se s'élève légèrement en hauteur par rapport à lui pour lui rendre mot pour mot les secondes de silence qu'ils passent à s'enlacer comme des amants désemparés.

Zia "Elyzio ?.., souffle-t-elle entre deux étreintes, Non rien."

Entre deux, elle eut le temps de chercher ses yeux, mais même à ce stade les mots ne servent plus. Elle n'avait pas besoin de lui dire qu'elle l'aime il semblait déjà le savoir et en redemander. Malgré tout, il reste très subtil et patient puisqu'il ne s'emballe plus comme tantôt.

Zia"Allez, les hommes qui boivent doivent dormir, une partie de jambes en l'air n'est pas ce qu'il y a de plus raisonnable." annonce la brune fièrement un sourire illuminé sur le visage.

Bien qu'elle conserve des doutes, il fallait qu'il se repose et il avait juste à tendre la joue pour faire une bonne nuit et puis il serait encore là au matin si il a un peu de chance, il pourrait se voir négocier.
Comme victorieuse, elle entoure ses bras autour de son cou pour lui offrir un dernier baiser et s'avachir comme une masse sur le côté. Des déplacements tout en finesse qui marque un profond besoin de dormir sur le champ. Toute cette soirée l'avait un peu retournée.

_________________
"Tu m'avais dis m'avoir attendu trop longtemps. Où es-tu maintenant ?"
Zia Rockwell
Revenir en haut Aller en bas


MessageSujet: Re: Drunk | Zia

Revenir en haut Aller en bas
 Drunk | ZiaVoir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Cause everybody's drunk, loud and pissed off {Feat. June
» Drunk on love (2)
» Let's get drunk and tell eachother everything we're too afraid to say sober [Feat. Alejandro] ~Le Marais~
» Got me feeling drunk and high. So high. (Mag)
» You're young, you're drunk, you have knives; shit happens...” [Lou&Sin]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 ::  :: Quartier résidentiel :: Appartement de Zia-
Sauter vers: