Drunk | Zia



 

Partagez | 
 Drunk | ZiaVoir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
avatar

Date d'inscription : 01/02/2017

Messages : 134

Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: Drunk | Zia
Jeu 28 Sep - 12:13

L'espagnol titubait presque alors qu'il déambulait dans les rues déjà éclairés par les réverbères qui vomissaient une lueur jaunâtre artificielle. Il avait été ivre d'elle, il était à présent ivre d'alcool. Il avait bien sur toujours eu cette facilité déconcertante à boire sans sombrer. Il était toujours au contrôle de son corps, ses paroles étaient cohérente. Simplement, il était dans un état planant d'euphorie ou tout semblait si triste et si beau, ou tous les sentiments éclataient à fleur de peau. Si il n'était pas si perturbé, il aurait presque sautiller. Son cerveau le trompait quelques heures sur un semblant de bonheur. Pour une fois qu'il n'avait pas l'alcool triste. L'espagnol déambulait dans les rues, les clés en main, s'amusant à bipper encore et encore les voitures dans l'espoir que l'une d'elle s'allume et se révèle être la sienne. Mais rien n'y faisait, le véhicule était complètement introuvable. Et il marchait encore et encore, tournant en rond.

L'heure qui suivit ne fut qu'un immense trou noir, il était toujours dans le froid mordant, surement avait-il bu quelques verres de plus, surement que le bonheur apparent s'était peu à peu effondré. Tout ce qu'il savait c'est qu'il était là, devant cette porte; devant cette porte devant laquelle il n'aurait jamais du se trouver dans cet état. Encore une fois il comprenait, il entendait, il parlait. Tout était normal pourtant chez lui, sauf peut être son air perdu, la rose qu'il ne se souvenait plus vraiment avoir acheter et dont les épines avaient entaillé sa main tant il l'avait serré fort. Il n'avait toujours pas retrouvé sa voiture. Il porta sa main sur la porte, c'était caractéristique de lui, il ne sonnait jamais, préférant nettement frapper les bois plus classiquement.

Une demie seconde d'hésitation, une demie seconde de lucidité qui lui parut durer des heures. Une demie seconde ou son cerveau reconnecta enfin pour réfléchir à cet acte. Il prit conscience de l'impact qu'aurait cette rencontre. Conscient, qu'il aurait du la laisser à son indépendance, que cette soirée pouvait être la dernière, qu'il se montrait peut être trop insistant. L'éclair de lucidité fut pourtant vite écarté. Une simple demi-seconde.

Il abattit le poing sur la porte alors que l'alcool et la raison menait un grand combat. Il était là, les traits tirés, peut être encore un peu d'espoir sans trop savoir si son esprit ou son alcool était la cause de tout ça. Enfin la porte s'ouvrit et le seul truc qui sortit de sa bouche fut :
- Zia ... J'ai perdu ma voiture.

C'était sacrément pathétique, ça semblait une excuse bidon, mais il ne savait plus par où commencer. Il avait véritablement perdu sa voiture. Pourquoi c'était tombée sur elle ? Peut être simplement parce qu'il ne parvenait plus à avoir quelqu'un d'autre en tête ?
Revenir en haut Aller en bas
Pro
avatar

Date d'inscription : 06/08/2014

Messages : 361

Age : 27

Localisation : France les gueux

Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: Re: Drunk | Zia
Jeu 28 Sep - 22:27


Elle aurait voulu y retourner, dans cet appartement bien cachée derrière sa fenêtre. Ne pas être vue et ne pas sortir pour que personne ne la connaisse; pire, la reconnaisse. L'après midi, elle l'aura passé à nettoyer de fond en comble l'entièreté de son appartement. Rien ne traînait au sol, aucune poussière dans les coins ni aucune couche de saleté ne se déposait en fine pellicule sur les meubles. On se croirait dans un magazine de ventes immobilière tellement c'était beau. Zia aura mérité sa pause autour d'un thé bien infusé. Assise en tailleur dans son canapé devant une série d'amour cucul au possible. Elle s'exaspérait rien qu'à la vue de ses filles en pleurs parce que leurs copains leurs offraient divers bijous et parrure de luxe. C'était à vomir.

Cette émission ennuyeuse la lasse vite et une fois sa tasse finie, elle coupe la télé et dépose sa tasse précieusement dans l'évier. De la musique apaisante en fond, la brune passe ses mains dans ses cheveux raccourcis, elle avait pour habitude de les replacer correctement sur une épaule. Même ça elle ne peut plus le faire, comme un t'as d'autres choses, comme ... Comme se blottir dans ses bras réconfortants. Sans le voir, elle y pensait encore. Elle était plus lâche encore qu'elle ne l'aurait cru. A l'appui sur le côté de sa fenêtre, les lampadaires éclairent d'un halot chaud le bord du trottoir. Aucun passant dans la rue pour divertir la soirée de la brune. Elle réfléchit encore à tout ce qu'elle pourrait lui dire. Parler c'est simple, c'est toujours plus simples. Sauf qu'elle comme lui n'était pas du genre à se confier. Un soupir passe le bord de ses lèvres avant de se mettre à tourner en rond de sa chambre au salon machinalement. Lorsqu'elle repassé une énième fois près de son armoire, elle se prend d'une pulsion pour enfiler un pull gris chiné parfait pour se réchauffer. Le temps que Zia se conforte dans son nouveau bouclier, quelqu'un frappe à la porte. L'heure était totalement inconvenue pour une visite à l'improviste. Vérifiant le cadre qui faisait tic-tac dans la cuisine à plusieurs reprises avant d'aller ouvrir.

Bien évidemment ce n'était jamais simple et elle ne pourra pas dormir la conscience tranquille ce soir non plus. Elle reste figée là dans l'embrasure de la porte les bras ballants. Alors que ses yeux se baissent, Zia se mord la lèvre sans s'en rendre compte, triprote ses doigts pour au final planter ses yeux dans les siens. Alors il avait perdu sa voiture. C'était bien mieux ainsi de toute façon, elle préfère le voire dormir ici plutôt que de le savoir mort dans deux jours dans les journaux.
L'homme empestait l'alcool, sa voix était un peu traînante bien qu'il se comportait comme un vrai gamin. On pourrait presque y voir une lueur d'espoir dans le regard. Elle qui ignore ses attentions ce soir ne peut pas non plus lui claquer la porte à la figure. Le peu de temps qu'elle s'est mise à réfléchir aux diverses possibilités qui se présentaient, elle réagit presque au quart de tour.

"Pourquoi est ce que tu as bu ?" rétorque la brune de but en blanc.

Sans plus tarder, elle le laisse entrer et déambuler dans la pièce comme un semi-cadavre en pleine redécouverte de l'espace qui l'entoure. En quelques pas, elle le rejoint presque en sautillant pour qu'il ne touche à rien et lui prend la main. Rien que ce contact était inespéré. Zia entraîne l'espagnol jusqu'au canapé pour le faire asseoir sagement dans le canapé.

"Ne bouges surtout pas. S'il te plait."

C'était comme si ce soir, c'était elle qui le supplierait. Il n'est clairement plus en pleine possession de ses moyens et incapable de prendre une décision.
En direction de la cuisine, Zia se presse pour prendre un grand verre d'eau et un morceau de pain. Il ne semble pas être blanc au point de vomir, un peu de diluant dans tout cet alcool, une éponge et il se porterait pour le mieux. Revenue à ses côtés, elle lui tend le verre en premier avant de poser une main sur son bras.

"Pourquoi est ce que tu as fais ça Ely ?"

_________________
"Tu m'avais dis m'avoir attendu trop longtemps. Où es-tu maintenant ?"
Zia Rockwell
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Date d'inscription : 01/02/2017

Messages : 134

Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: Re: Drunk | Zia
Dim 1 Oct - 16:50

Et voilà qu'une nouvelle fois il se retrouvait face à elle, l'alcool coulait dans ses veines. Il assimilait les mots pourtant, entrant dans le salon qu'il connaissait déjà, errant sans trop sa voir ce qu'il faisait là. La main toujours serrée autour de ce qui entaillait franchement ses doigts. Pourquoi il avait bu ? Il ne s'en souvenait plus vraiment, quoique si surement. Il obéit en s'asseyant là sur le canapé, son corps n'avait pas plus de volonté que cela de désobéir. Il restait là, comme un gamin face à sa mère ayant pris une cuite sans assumer. Sauf qu'un enfant se serai contenter de se faire hurler dessus. La tout était différent, il était face à elle cette fois ci. Elle réitéra sa question en lui tendant un verre d'eau pour diluer un peu l'alcool. Il l'attrapa presque fébrilement et répondit par un soupir :
- Je .. Je sais plus. J'ai perdu ma voiture.

Mais ça il l'avait déjà dit. Il continua alors que tout se mélangeait dans sa tête et qu'enfin la phrase qui tournait dans sa tête depuis de longs mois et qu'il prononça pour la toute première fois à haute voix.

- Je .. J'aurais du rester en Espagne.

Il avala une gorgée d'eau en la remerciant il baissa ses yeux vers sa mains ensanglantés et l'ouvrit avec une étrange sensation de brûlure, il lui tendit celle ci. Une rose qui n'était ni rouge, ni rose, ni même orange. Mais bleue. Bleue. Symbole de l’inaccessible, de la pureté d'un amour qui semble impossible, de l'espoir aussi. Une fleure artificielle, fruit d'un long travail de modification des roses blanches. L'avait-il choisit pour cela ? Avait-il seulement été assez lucide pour ça ?  Il lui tendit tout simplement :
- Je sais plus quand je l'ai acheté mais je suis sur que c'est pour toi.

Il restait assis là, à ses côtés, ne voulant plus qu'elle s'en aille, ne voulant pas partir non plus. Il mourrait d'envie de retrouver sa vie d'avant alors qu'il ne pouvait plus se passer d'elle. Il chercha le contact visuel avec elle, il n'avait plus son collier pour l'appuyer :
- Oublier. L'alcool ça sert à oublier un instant la réalité. Mon p.. P.. Padre le dice todo la dias.


Il avait la voix affreusement cassé, l'alcool parlait à sa place, c'était cela puisqu'il n'avait pas reparlé de son père depuis près de vingt ans. Son discours était décousu, il ne réfléchissait plus au mot qu'il économisait habituellement précieusement :
- Je suis un gamin paumé Zia. Un gamin.

Elle l'avait déjà dit il était jeune. Trop jeune peut être. Indépendant depuis son plus jeune âge peut être, mais trop jeune. Son enfance on lui avait simplement volé, peut être étais-ce là que tout .... Même ses pensées n'étaient plus claires il ferma un instant les yeux et répeta encore une fois, sans trop savoir pourquoi :
- J'ai perdu ma voiture ..
Revenir en haut Aller en bas
Pro
avatar

Date d'inscription : 06/08/2014

Messages : 361

Age : 27

Localisation : France les gueux

Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: Re: Drunk | Zia
Dim 1 Oct - 22:50


Seules les bougies sur la table basse et les lampes à la lumière tamisée maintenaient en vie la pièce. Elle n'avait qu'à tout éteindre et l'obliger à dormir sans plus parler mais elle ne pouvait se résoudre à l'abandonner ainsi. Cet homme était devenu l'exemple même de l'alcoolisme exagéré. Tandis qu'elle avait fait beaucoup d'efforts pour arrêter sa consommation excessive, lui allait se bourrer la gueule pour se montrer en spectacle à la fin de la soirée. L'attention de la coach dévie sur ces mains à l'affreuse teinte rouge. Le sang maculait les paumes de ce dernier qui ne réagit plus à ses entailles. Il laisse tomber son masque lorsqu'il lui tend une rose bleue. Elle était tout bonnement magnifique. Une petite goutte de sang c'était déposé sur l'une de ses pétales. Zia apporte la main tenant la rose à son coeur et s'empêche une fois de plus de verser une larme.

Il ne méritait pas de subir toute la méchanceté à laquelle elle pouvait l'accabler. Toutes les suppositions la ramène au même point final et elle ne s'imagine plus sans lui aujourd'hui ni demain. Son état du soir confirme ses pensées et Zia ne peut que s'en vouloir davantage de lui avoir fait tant de mal. Sans plus attendre, la brune se précipite à la salle de bain pour aller passer un gant sous l'eau et revenir auprès de lui pour nettoyer les plaies du chagrin qu'il avait enduré.

Zia - "Ely je ... Je suis vraiment désolé mais tu ne partiras pas en Espagne ce soir petit ange."

Il était tard, il était dans un sale état et elle ne le laisserait plus partir. Tout du moins pas sans elle. Si lui attendait à tout prix le moment où elle craquerait, elle était mal à l'aise avec lui tout en cherchant à faire passer l'information dans le bon sens et sans le briser.
Le gant passe lentement sur les paumes claires d'Elyzio alors que tout se bouscule à une allure folle dans la tête de la coach. Les neurones fonctionnent généralement à une vitesse de 700km/h. Imaginez vous quand vous êtes face à une personne qui changé l'aspect de votre vie, leurs performances peuvent se décupler.

Zia - "Je veux que tu te calmes et que tu te concentres sur ma voix."

Elle n'était pas très doué pour s'occuper des personnes saoules, elle ferait comme elle peut pour qu'il se sente en sécurité. Si déjà il était venu jusqu'à elle, c'est qu'il lui porte un minimum de confiance.
Un gamin .. Il avait bien raison. Elle ne pourra jamais assez le dire mais le facteur de l'âge prit en compte, elle ne peut s'empêcher de l'aimer. L'aimer pour sa jeunesse et leur écart même minime. Zia avait peur des réflexions qui pourraient être faites sur eux, et beaucoup d'autres choses rentrent en compte sur le seul point qui empêche la brune de dormir la nuit et de lui révéler ses véritables intentions.

Zia - "Je n'ai jamais vraiment eu d'amis dans la vie, alors en rentrant dans l'âge adulte, j'ignorais comment les hommes peuvent parfois nous regarder. J'ai toujours été énormément complexé de mon corps. Jusqu'à ce que je rencontre Lev ... Qui était un de mes anciens élèves. On a joué au jeu du chat et de la souris pendant des mois jusqu'à ce que je faute définitivement."

Sur le ton de la confession, la jeune femme se confondrais presque dans ses mots, le regard dans le vague pendant que le gant refroidit petit à petit sur les mains maintenant propres de l'homme perdu. Cette rose aurait besoin de remerciements un jour, mais elle veut se concentrer sur autre chose.

Zia - "À la dernière rentrée, j'ai su par les journaux que Lev était décédé et je n'avais jamais pris le temps de le revoir une derniere fois. C'est quelqu'un qui aura beaucoup aidé à forger ce que je suis aujourd'hui et je lui en suis très reconnaissant. Parce que j'ai appris à avancer dans mes projets et rester déterminée, comme lui. Mais sa disparition avait laissé un tel traumatisme que je m'étais juré de ne jamais plus tomber amoureuse."

Dans un monologue sans fin, elle passait par quarante chemins pour en venir au fait. Cette histoire était pénible pour elle a raconter mais elle aura au moins eut le courage de tout lui avouer ce soir. Peut être ne s'en souviendra-t-il pas demain matin mais elle ne pensera pas avoir parler dans le vide sur le coup. Assise à côté de l'espagnol, elle le verrait presque balancer la tête d'avant en arrière dans un délire puissant. Il ne manquerait plus qu'il ne vomisse sur le tapis. L'alcool fermenté avait prit le dessus sur son odeur naturelle d'huiles essentielles. C'était très désagréable. Les huiles qu'il fabriquait chez lui restaient imprégnées sur ses vêtements, ce qui donnait encore plus envie à Zia de se blottir contre lui. Enfin pour ce soir, il ferait mieux de prendre une bonne douche avant de faire quoique ce soit.

Son sang ne fait qu'un tour alors que son regard se tourne à nouveau vers la rose posée sur la table basse devant eux. Zia se retient de ne pas l'enlacer sur le champ, pour lui prouver qu'il lui avait beaucoup trop manquer pour qu'elle ne le laisse partir demain ou le mois prochain.

Zia - "Jusqu'à aujourd'hui Ely."

Ses yeux remontent petit à petit vers les siens, ils sont voilés par une fine pellicule humide alors que sa voix tournait à la déclaration; elle serre un peu plus la main qu'elle venait de serrer dans la sienne.

_________________
"Tu m'avais dis m'avoir attendu trop longtemps. Où es-tu maintenant ?"
Zia Rockwell
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Date d'inscription : 01/02/2017

Messages : 134

Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: Re: Drunk | Zia
Mer 4 Oct - 1:07

Ces derniers mois, il n'avait plus pensé qu'à rentrer dans son pays natal et pourtant à présent, il n'était plus sur de rien. Repartir pour perdre tout ce qu'il avait mis si longtemps à construire ? Il sentait simplement l'eau sur ses mains, sentait sa douce odeur qui contrastait franchement avec les relents d'alcools qui le caractérisait ce soir. Il acquiesça tout simplement lorsqu'elle lui demanda de l'écouter et de rester calme. Il garda donc son sang froid et se fixa sur les paroles de celles ci. Tout d'abord tout semblait lointain pue au fur et à mesure de ces mots, il comprenait des choses, beaucoup de chose. Il découvrait finalement ce Lev qu'il avait maudit dévoré par la jalousie, se rendant compte de l'absurdité de son acte. La maladie encore une fois, tout reposait sur la maladie.

Il en aurait presque eu les larmes aux yeux de l'entendre lui dire tout ça. Voilà où menait le chemin de la guérison ? Ou du moins l'une des parties de celui ci. Lev était donc cette fameuse pièce manquante, cette personne aimée et déchue, même défunte dans les circonstances. Le cerveau était enrayé par l'alcool et pourtant il tentait de réfléchir à tout cela. Une raison pour laquelle, elle n'avait pas voulu replonger la dedans. Par peur d'être blessé à nouveau. Il n'avait jamais connu l'amour véritable, chaque personne n'était qu'une simple expérience de plus, mais rien ne faisait réellement battre son coeur. Rien sauf peut être elle. Il contint le flot de paroles qui aurait voulu émerger d'entre ses lèvres : j'ai perdu ma voiture. Elle l'avait suffisamment entendu pour la soirée.

Il sentit les doigts de le jeune femme contre les siens, qu'allait-elle lui annoncer ? Il cru ne pas comprendre, il pensa que l'alcool lui jouait un mauvais tour. Jusqu'à lui. Jusqu'à lui. Jusqu'à lui. Les paroles faisaient échos dans sa tête mais aujourd'hui ce n'en était que plus doux.
- Merci ..de ta .. confiance.

Il sentit les doigts se serré autour des siens, alors qu'il faisait désormais face aux yeux brillants. Il n'avait encore dit mot et pourtant tout dans son regard indiquait cette profonde compassion, ce sentiment de désolement face aux mots irréfléchis qu'il lui avait lançé. Il soupira pourtant et posa la question fatidique, le ton bourré d'une émotions sourde et de sentiments :
- Alors qu'est ce qu'on est maintenant ?

A moins que les statuts ne change pas. Elle venait de lui faire la plus grande des révélations, mais ce soir il n'était pas du plus grand des réconforts. Pourtant il était las pour elle, il ferma ses doigts contre les siens, quoiqu'elle lui demande, il aurait pu suivre jusqu'à bout du monde et pourtant, il l'avait banalement trouvé dans son salon, assise à ses côtés, main dans la main alors qu'il ne voulait plus la lâcher. Son coeur battait plus fort, son estomac vrillait légèrement. L'alcool désinhibiteur, un souvenir explosa dans sa tête, comme au premier jour de toute l'histoire :
- On ne sera plus jamais seuls

Mots adaptés, il ne pouvait faire plus au vu de son état et pourtant c'était réel, du moins il l'espérait,le décor tournait autour de lui, il se perdait dans les yeux de la brune, son regard déviant parfois sur ses lèvres. Il jouait le rôle de poteau de soutien et raisonnablement, il ne tenta pas le diable au coeur ouvert, simplement à l'instant, il pensait les plaies.

-
Revenir en haut Aller en bas
Pro
avatar

Date d'inscription : 06/08/2014

Messages : 361

Age : 27

Localisation : France les gueux

Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: Re: Drunk | Zia
Jeu 5 Oct - 22:51


Bien qu'elle n'a que peu d'expérience dans ce domaine, elle voulait bien franchir le pas. Celui-ci était conséquent, énorme et terrifiant. Mais à côté d'Elyzio, Zia se sent un peu plus à l'aise face à la situation. Pour une fois, cette relation se baserait sur une réelle confiance et non plus sur un jeu pervers et toxique. Aujourd'hui, elle regrette le passé, demain elle sera encore à ses côtés. Cet aspect l'inspire d'un coup. Elle se sent aimer pour une fois, elle se sent regarder. Tout paraîtra plus simple, toutefois, elle l'espère de tout cœur et elle fera toujours, toujours ce qu'il faut. Elle ne se promet aucun pas de travers et cherchera à être parfaite. Cet angle enfoui la fait encore plus flipper ; à aimer elle va changer.



Zia - "Ne parles pas, tu t'épuises pour rien."



Si ce trop-plein d'émotion n'était pas intervenu, elle aurait pu lui balancer son irresponsabilité à la figure à l'accabler de tout ses mots. Elle est égoïste après tout. Il était comme une sorte de déchet affamé presque de travers sur son canapé. Zia pouvait entendre sa respiration peu contrôlée et elle ne peut s'empêcher de se redresser pour être à sa hauteur, à la recherche de ses yeux perdus on ne sait où.



Zia - "Je te dirais demain si tu restes sagement ici ce soir. Tu as besoin de quelque chose ? Dis moi."



Elle-même ne pouvait pas caractériser le sens que prenait leur aventure. C'était un long chemin sinueux et brumeux. Et puis elle parlait vite, plus qu'avant. C'est cette pointe de panique qui intervient lorsqu'elle le voit perdre me contrôle ne serait-ce que quelques secondes. L'état de l'homme avait le don de l'inquiéter, mais elle ne voulait pas l'étouffer. Il faudra donc trouver un juste-milieu.

Ils ne seront plus seuls, il avait raison et elle compte être présenté pour lui autant de fois et de temps qu'il le voudra. Si elle brave un interdit alors autant le faire avec toute la joie du monde. Si cela.ne tenait qu'à elle, elle l'aurait déjà embrassé, enlacé, plus lâché.

_________________
"Tu m'avais dis m'avoir attendu trop longtemps. Où es-tu maintenant ?"
Zia Rockwell
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Date d'inscription : 01/02/2017

Messages : 134

Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: Re: Drunk | Zia
Jeu 12 Oct - 21:33

Il restait là. Avachi sur ce canapé, étalé alors qu'il aurait voulu lui faire bonne impression. Faible alors qu'il avait toujours tenté d'être calme et froid pour ne rien montrer de ses émotions. Et voilà à présent qu'il déballait tout au pire moment. Ne sachant plus véritablement démêler le vrai du faux, le pourquoi du comment. Le maniaque du contrôle n'était plus pour un instant puisque la situation lui échappait. Il se tut pour une fois et laissa échapper un long soupir. Il ferma les yeux un court instant pour calmer les murs qui semblaient s'évertuer à danser autour de lui. Il n'avait pas pensé qu'il avait trop bu, l'alcool et ses foutus effets différés.

Il les rouvrit quelques secondes plus tard, toujours dans cet appartement aux murs indisciplinés. Tout lui dire demain. Il ne comptait aller nulle part et de toute façon, il n'aurait pas pu aller bien loin, sans voiture ou pied en état de marche. Au plus profond de lui, il savait bien que si il avait pu, il n'aurait pas chercher à quitter ce canapé, il aurait simplement profiter encore de la chaleur de cet appartement, des prunelles de la brune, de la jolie coach tout simplement. Il n'avait besoin de rien. Sauf peut être une chose :
- Si ton canapé me supporte je n'irais nul part.

Il hésita un long moment, en temps normal cette phrase n'aurait jamais traversé ses lèvres, et pourtant ce soir, l'alcool faisait défaut :
- Si toi tu me supportes. J'ai besoin d'une chose.. Toi.

Simplement de sa présence, rien de plus, rien de moins, qu'elle soit là et c'était tout.
Revenir en haut Aller en bas
 Drunk | ZiaVoir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Cause everybody's drunk, loud and pissed off {Feat. June
» Drunk on love (2)
» Let's get drunk and tell eachother everything we're too afraid to say sober [Feat. Alejandro] ~Le Marais~
» Got me feeling drunk and high. So high. (Mag)
» You're young, you're drunk, you have knives; shit happens...” [Lou&Sin]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: San Francisco :: Quartier résidentiel :: Appartement de Zia-
Sauter vers: